Archive | 8 avril 2020

La recette facile et délicieuse du cordon-bleu maison

Vous adorez les cordons-bleus ? Voici une recette facile pour les faire à la maison !

Le cordon-bleu, c’est le repas d’enfance par excellence. Souvent servi avec des pâtes ou des légumes, on le retrouve dans les rayons plats préparés de nos magasins. Une solution pratique et rapide lorsqu’on a pas le temps de cuisiner.

Le cordon-bleu est composé d’une escalope de dinde garnie de jambon et de fromage. Il n’est donc pas difficile à réaliser à la maison.

Des escalopes bien fines

Pour cette recette, vous n’aurez pas besoin de beaucoup de matériel. Il faudra choisir des escalopes de dinde assez fines ou les aplatir pour les rendre plus faciles à manipuler. Vous pouvez demander à votre boucher de le faire pour vous. Il ne vous restera plus qu’à garnir votre cordon-bleu.

Le choix du fromage

Le cordon-bleu, on l’adore pour son coeur au fromage coulant. Vous pouvez donc le garnir de fromages différents selon vos goûts. La recette traditionnelle utilise de l’emmental en tranches, mais vous pouvez le remplacer par du cheddar, du comté, du gouda ou encore de la tome.

La chapelure

Pour apporter du croustillant au cordon-bleu, il faudra le tremper dans de la chapelure. Pour cela, vous pouvez utiliser de la chapelure toute prête achetée en magasin ou mixer des restes de pain. Le rendu sera réussi dans les deux cas.

Ingrédients pour 2 cordon-bleus:

  • 2 tranches de jambon
  • 2 escalopes de dinde
  • 4 tranches d’emmental
  • 1 oeuf
  • chapelure

Préparation :

  • Aplatir l’escalope pour former une viande fine.
  • Sur la moitié de l’escalope, déposer une tranche de jambon pliée en deux.
  • Ajouter les tranches de fromage au dessus du jambon.
  • Rabattre l’autre moitié de l’escalope sur la partie garnie.
  • Battre l’oeuf et disposer dans une assiette creuse.
  • Dans une autre assiette, déposer de la chapelure.
  • Tremper le cordon-bleu dans l’oeuf puis la chapelure en enrobant bien l’ensemble.
  • Répéter l’opération deux ou trois fois pour former une croûte bien craquante.
  • Faire cuire le cordon-bleu dans un poêle avec un peu de beurre ou d’huile. Retourner pour qu’il soit bien doré des deux côtés.

C’est prêt !

Comment se débarrasser d’un bouton de fièvre en 1 nuit ?

Comment se débarrasser d'un bouton de fièvre en 1 nuit ?

Soyons franches : il est moche, il fait mal, il est contagieux, le bouton de fièvre n’a vraiment rien pour lui. Et on aimerait bien, vraiment bien, le voir s’évaporer en une nuit comme si rien ne s’était passé, on y croit, avec des remèdes de grand-mère éprouvés !

D’où vient le bouton de fièvre ?

Les boutons de fièvre sont provoqués par la présence d’un virus incurable, l’herpès simplex… dont 65% d’entre nous sommes porteurs. Et si certains l’ignorent toute leur vie en l’absence de manifestation, d’autres voient éclore ces fameux boutons de fièvre rouges autour de la bouche, plus correctement appelés herpès labial. Ils se manifestent en cas de fièvre, d’où leur nom, mais aussi de stress, de fatigue, de règles, de froid ou de soleil, d’alimentation trop riche, etc.

Agir le plus tôt possible

Le véritable secret pour se débarrasser d’un bouton de fièvre en une nuit est d’agir dès les premiers symptômes ! En principe, les habitués reconnaissent les picotements apparaissant autour de la bouche. D’autres savent identifier les climats ou périodes à risque, afin de traiter en préventif le stress ou la fatigue à l’aide de médecines douces.

Dans tous les cas, les boutons de fièvre se manifestent différemment chez chacun : un traitement appliqué tôt suffira à empêcher le bouton de fièvre de sortir chez nous, tandis que le même traitement n’aura aucun effet chez le voisin. Autrement dit, on teste jusqu’à trouver le bon… et quoi qu’il arrive, on ne tripote pas, on ne frotte pas, on ne gratte pas, et encore moins avec les doigts !

Appliquer un glaçon sur un bouton de fièvre

Dès les premiers picotements, on applique un glaçon à l’endroit concerné, et on tient aussi longtemps que possible, au moins quelques secondes. Oui, la sensation est particulièrement désagréable, mais permet de calmer la poussée ! À noter qu’il s’agit là d’un pré-traitement d’urgence, pour ralentir le virus avant de passer à la suite.

Traiter un bouton de fièvre avec du miel

Un truc de grand-mère éprouvé, à condition d’être utilisé dès les premiers symptômes : le miel et ses vertus antiseptiques. On l’applique aussi souvent que possible sur la zone, au fil de la journée, puis une bonne dose avant de dormir. Au matin, terminé !

Utiliser les huiles essentielles contre un bouton de fièvre

L’huile essentielle d’arbre à thé est célèbre pour ses qualités antiseptiques. On en dépose quelques gouttes et on applique directement au coton-tige sur la zone des picotements, toutes les deux heures. Attention, pour les peaux sensibles ou allergiques, on dilue l’huile essentielle dans une base neutre (huile végétale de millepertuis ou calendula si possible) pour éviter les réactions.

Pour les boutons de fièvre les plus résistants, on teste de la même façon un mélange d’huile essentielle de lavande aspic, de ravintsara, de niaouli et de menthe poivrée dans 3 gouttes d’huile végétale. Avant la sortie du bouton de fièvre, on tamponne le mélange dix fois par jour, puis seulement cinq fois après sa sortie.

Miser sur les médicaments

Il existe plusieurs crèmes, médicaments et patchs disponibles en pharmacie pour traiter ou prévenir l’apparition des boutons de fièvre. Les patchs ont le mérite de combiner la diffusion d’un gel en continu, la protection et la dissimulation du bouton de fièvre. Là encore, on teste, et avec de la chance, le patch suffit à se débarrasser d’un bouton de fièvre en une nuit !

Comment retirer son vernis à ongles sans dissolvant ?

Comment retirer son vernis à ongles sans dissolvant ?

 

À court de dissolvant, comment faire ?

Votre manucure ne ressemble plus à rien et vous n’avez pas de dissolvant pour mettre fin à ses souffrances ? On vous explique comment retirer son vernis à ongles sans dissolvant !

Le déodorant en spray

Voilà une astuce très surprenante, mais qui fonctionne dans la plupart des cas ! Le déodorant en spray peut en effet remplacer votre dissolvant pour retirer votre vernis. Pour cela, vaporisez du déodorant à quelques centimètres de vos ongles, attendez quelques instants, puis utilisez de l’essuie-tout pour frotter le vernis jusqu’à le retirer. Et voilà !

La laque

Tout comme le déodorant en spray, la laque peut aider à retirer du vernis. La manière de procéder est identique, si ce n’est qu’ici il ne faut surtout pas laisser le temps à la laque de sécher ! Vaporisez, frottez, vaporisez, frottez, et ainsi de suite jusqu’à retrouver des ongles propres !

Le vernis

Retirer du vernis avec du vernis, non, ce n’est pas une blague ! En fait, les vernis contiennent des ingrédients communs à ceux des dissolvants. D’ailleurs vous l’aurez peut-être constaté lors d’une manucure, lorsque l’on applique la seconde couche de vernis, la première couche semble tout à coup moins résistante aux chocs, alors même qu’elle paraissait pourtant sèche. C’est parce que le vernis ramollit le vernis déjà présent en dessous. Utilisez cette astuce pour retirer votre vernis : appliquez une dose généreuse de vernis par-dessus, attendez quelques secondes, puis frottez avec un coton-tige. En frottant, le vernis tout frais emporte avec lui l’ancien !

Le top coat

On reprend ici le même principe qu’avec le vernis, si ce n’est que vous ne gâchez pas votre vernis préféré pour enlever votre manucure. Le principe est presque le même : appliquez une couche généreuse de top coat sur un ongle et frottez immédiatement à l’aide d’un coton pour enlever l’ancien vernis en même temps que le top coat. Recommencez pour chaque ongle.

Le jus de citron

Le citron peut vous aider à retirer le vernis, mais avec un peu plus d’efforts et de patience qu’un dissolvant traditionnel. C’est cependant une bonne solution de secours. Pour procéder, pressez le jus d’un citron dans un bol, puis utilisez-le comme vous le feriez avec votre dissolvant habituel.

L’alcool à 90°

On a toutes une bouteille d’alcool à 90° dans nos placards (ou du moins, on devrait, car ce produit pratique est indispensable). L’alcool à 90° permet de retirer le vernis aussi facilement, ou presque, que du dissolvant classique. La technique est la même : imbibez un coton de produit, frottez vos ongles, et recommencez jusqu’à retrouver des ongles nus.

Vous pouvez également utiliser du parfum, qui contient aussi de l’alcool.

Grâce à ces astuces, vous savez à présent comment retirer son vernis à ongles sans dissolvant. Vous ne serez plus jamais coincée avec une manucure négligée !

 

Comment garder un jean en bon état ?

Comment garder un jean en bon état ?

On lave avec modération

On ne vous dit pas de ne jamais laver vos jeans, comme vous le conseilleront – véridique – certains afficionados : les bactéries ne sont pas les meilleures amies du denim. On vous dit, par contre, de ne pas laver vos jeans tous les trois jours, à moins de ne jamais changer de pantalon ! Les pros préconisent un lavage après avoir porté son jean environ cinq fois, trois pour les accros du lavage. Certains vous suggéreront même de placer le denim au congélateur le temps de tuer les bactéries, plutôt que de le laver trop souvent.

On lave correctement

Et c’est là que les choses se corsent, puisque les spécialistes du jean rejettent la machine à laver. Seule solution pour garder son jean en l’état selon eux, opter pour un lavage à la main, avec trempage dans une bassine d’eau froide, lessive douce et frottements délicats. Dans tous les cas, et même pour ceux ou celles qui cèdent à l’appel de la machine, on lave un jean sur l’envers et on évite absolument l’adoucissant qui laisse des traces. Plan C ? Un nettoyage à sec au pressing.

On fixe la couleur

Qu’il est beau, ce jean brut… Seul hic, faire durer sa couleur. Pour y arriver, les pros ont quelques astuces, à savoir faire tremper le jean neuf une nuit dans un bain d’eau tiède additionnée d’une tasse de vinaigre blanc et d’une poignée de gros sel, avant de le porter. Ou attendre un mois avant de le laver pour la première fois.

On choisit du lycra

N’en déplaise aux puristes du vrai jean d’origine, le choix d’un denim doté d’un faible pourcentage de lycra lui permet de garder sa forme plus longtemps. Sans dose d’élasthanne, le jean finira certes par s’adapter à la forme de notre corps, mais gardera surtout des poches aux genoux ou aux fesses impossibles à faire disparaître. Attention, en revanche, on a bien dit faible dose ! On se cantonne à 1 ou 2% d’élasthanne, sous peine de voir le jean prendre deux tailles.

On ne tord pas

Globalement, le conseil est valable pour tout lavage à la main : tordre le vêtement le détend et le déforme. Même topo pour le jean donc, et ceux ou celles assez courageux pour choisir un lavage manuel, on essore en douceur entre deux serviettes éponge propres.

On zappe le sèche-linge et le fer à repasser

En théorie, tout le monde le sait. Dans la réalité, on cède parfois à la tentation de passer un jean au sèche-linge pour économiser le temps de séchage, et on termine en pleurant devant le pantalon rétréci. Quant au fer à repasser, il abîme les fibres et favorise l’usure de notre denim chéri. Encore une fois, on en reste donc aux classiques : on étend le pantalon et on patiente.

8 choses que vous ignorez sur le fromage

Le fromage, vous ne pouvez pas vous en passer ! Pourtant, il y a encore de nombreuses choses que l’on ignore sur le sujet.

1/ Le premier fromage date de la Préhistoire

Vieux comme le monde, ou presque ! Le premier fromage pourrait dater de la Préhistoire. Les archéologues auraient retrouvé un petit récipient troué contenant des traces de lactose. On ne connait pas l’identité précise de ce fromage, mais il pourrait s’agir d’une sorte de faisselle.

2/ Tous les fromages ne contiennent pas de lactose

On associe souvent le fromage au lactose… à tord ! Lors de la fabrication du fromage, le lactose est éliminé pendant l’étape du caillage (le petit lait). Mais on retrouve du lactose dans les fromages frais ! En tout cas, c’est une bonne nouvelle pour les intolérants !

3/ Les français sont les plus gros consommateurs de fromage au monde

Sans grande surprise, ce sont les français qui consomment le plus de fromage mais… avec une moyenne de 27 kilos par personne et par an. Il n’y a pas à dire, on est des professionnels !

4/ Il existe plus de 1200 variétés de fromages

On vous rassure, ils ne sont pas tous français. Mais ça laisse du choix pour ne pas se lasser !

5/ Le fromage aurait un effet positif sur le sommeil 

Le tryptophane est un acide aminé présent dans le fromage. Ce composé aurait un impact positif sur le corps puisqu’il réduirait le niveau de stress et provoquerait l’endormissement. En tout cas, c’est plus gourmand qu’un somnifère.

6/ Le fromage qui sent le plus n’est pas le Maroilles 

Si ce n’est pas le Maroilles qui a l’odeur la plus forte, c’est tout de même un fromage du Nord de la France ! Le Vieux Boulogne remporte la palme d’or du fromage qui « pue ».

7/ Le fromage le plus vendu est… 

La vache qui rit ! Exit la mozzarella, place au petit fromage triangulaire qui est le fromage le plus consommé au monde ! 4 milliards de portions seraient vendues chaque année !

8/ Le pays qui produit le plus de fromage au monde n’est pas la France

Contre toute attente, ce n’est pas la France qui produit le plus de fromage… il s’agit de notre voisine allemande !

Mijoté de carottes et d’endives à la crème légère

INGRÉDIENTS

  • NB DE PERSONNES : 4
  • 600 g de carottes
  • 400 g d’endives
  • 2 oignons
  • 1 gousse d’ail
  • 15 cl de crème fraîche liquide légère
  • 5 brins de cerfeuil frais
  • 40 g de beurre allégé
  • sel, poivre

PRÉPARATION

  • PRÉPARATION : 20 MIN
  • CUISSON : 40 MIN
    1. Pelez et coupez les carottes en rondelles.
    2. Lavez, ôtez les bases et les feuilles abîmées, puis émincez les endives en fins morceaux.
    3. Pelez et hachez finement les oignons et l’ail.
    1. Lavez, épongez et hachez les brins de cerfeuil.
    2. Faites fondre le beurre dans une cocotte sur feu moyen.
    3. Quand le beurre est bien fondu, faites revenir les oignons et l’ail haché pendant 4 min en mélangeant bien.
    1. Ajoutez les rondelles de carottes et les morceaux d’endives, puis prolongez la cuisson pendant 5 min supplémentaires en remuant de temps à autre.
    2. Versez ensuite 10 cl d’eau, puis salez et poivrez selon vos goûts. Couvrez, baissez le feu à feu moyen et laissez cuire pendant 20 min en mélangeant fréquemment.
    3. Au bout de ce temps, ajoutez la crème fraîche liquide et le cerfeuil haché. Baissez le feu à feu doux et laissez encore cuire pendant 10 min en remuant toujours régulièrement.
  1. À la fin de la cuisson, rectifiez l’assaisonnement en sel et en poivre si besoin.
  2. Servez bien chaud accompagné de viande ou de poisson grillé.

L’astuce pour faire mûrir un avocat en moins de 10 minutes

L'astuce pour faire mûrir un avocat en moins de 10 minutes

Zut, vous qui souhaitiez déguster des avocats en vinaigrette ce midi, vous venez de vous apercevoir qu’ils ne sont pas assez mûrs ? Vous avez encore suffisamment de temps afin de les manger aujourd’hui ; oui, faites accélérer leur maturation en dix minutes seulement ! Mais comment faire ?

En 10 minutes chrono

La peau de vos avocats est épaisse et ferme ; ces derniers sont durs comme de la pierre ? Plutôt que de les laisser de côté au déjeuner de ce midi, faites-les mûrir en quelques minutes à peine. Oui, oui, c’est possible et c’est facile à faire !

Vous avez besoin d’un four, d’une plaque de cuisson et de papier aluminium. L’astuce consiste à soumettre vos avocats à la chaleur. Mais pourquoi ? Car les avocats libèrent de l’éthylène gazeux, sous l’effet de la chaleur, et mûrissent plus rapidement à son contact.

Préchauffez alors votre four à 90°C. Enveloppez vos avocats dans des feuilles de papier aluminium et déposez-les sur votre plaque de four. Quand le four est préchauffé, enfournez vos avocats et patientez 10 minutes. Au bout de ce temps, sortez vos avocats du four et retirez les feuilles de papier aluminium. Vos avocats sont désormais mûrs et seront prêts à être consommés comme vous le souhaitez une fois qu’ils auront refroidi. Facile, non ?