Archives

Mes Recettes Maison au Rhassoul Pour un Corps et des Cheveux au Top.

Avoir une peau purifiée, lisse et tonique, des cheveux souples et volumineux… un rêve qui devient réalité grâce au rhassoul et nos recettes maison.D’origine marocaine, le rhassoul est une argile volcanique, autrement dit une terre glaise naturelle qui nettoie le corps et les cheveux en douceur. Calcium, magnésium, fer et aluminium composent cette argile orientale qui agit ainsi de manière moins agressive qu’un simple savon. En effet, celle-ci est

Source : Mes Recettes Maison au Rhassoul Pour un Corps et des Cheveux au Top.

La Boisson Méconnue Pour S’Endormir Rapidement.

Vous avez des problèmes pour vous endormir et pas envie de prendre des somnifères ?Le problème de ces insomnies, c’est que lorsqu’elles sont répétitives, elles peuvent réellement nous handicaper. Pour remédier à ce problème de façon parfaitement naturelle, vous pouvez donc essayer notre petite boisson spéciale ! Elle est faite à base de lait, de miel, de vanille et de cannelle. Que du naturel, donc.

Source : La Boisson Méconnue Pour S’Endormir Rapidement.

10 activités sympas à faire en forêt

10 activités sympas à faire en forêt

Ce n’est pas parce qu’il fait froid qu’on ne doit pas mettre le nez dehors, bien au contraire ! Pour changer des promenades estivales en bord de mer, les balades en forêt sont parfaites pour changer d’air, se dépenser et surtout prendre du plaisir. Voici 10 activités vraiment sympas à faire dans les bois.

1. Se promener

Tout simplement, une balade dans les bois, en famille, entre amis ou en couple, fait le plus grand bien ! On respire, on observe, on profite de la nature à fond !

2. Cueillir des champignons

La cueillette des champis est une activité très sympa, mais qui requiert beaucoup de patience ! Attention, pour les novices, demandez conseil en pharmacie ou préférez cueillir accompagné(e) d’un connaisseur !

3. Faire un parcours de santé

Certains bois proposent des parcours avec des obstacles et des consignes en tout genre, pour les promeneurs les plus sportifs ou les jeunes qui ont besoin de se défouler de manière ludique !

4. Se balader en vélo

Un bon vtt et c’est parti pour une balade soit toute douce, pour rouler et profiter de l’environnement, soit plus rapide, en mode sensations fortes. Chacun ses goûts !

5. Pique-niquer

Il n’y a pas que l’été sur la plage ou dans un champ que l’on peut pique-niquer ! Bien couverts, sur une bonne couverture, un repas sous les arbres peut aussi être une expérience très agréable.

6. Faire du land art

Avec vos bambins ou en artiste solitaire, découvrez les possibilités créatives que vous offre la forêt. Rien qu’avec les feuilles mortes de toutes les formes et couleurs, vous allez vite trouver l’inspiration !

7. Créer une cabane

Pour les enfants, rien de plus génial qu’une cabane ! Et surtout quand on la construit soi-même avec trois fois rien. Quelques branches (déjà tombées !), des feuilles, de l’ingéniosité et le tour est joué !

8. Faire de l’équitation

Certains centres équestres proposent des balades à cheval dans les bois. Une activité qui permet de renouer totalement avec la nature, de l’animal au végétal !

9. Ramasser des éléments de déco

Marrons tout ronds, feuilles multicolores, pommes de pins, mousse amusante… Les enfants et les grands décorateurs adoreront ramasser toutes sortes de trésors, à utiliser ensuite dans des loisirs créatifs au top !

10. Faire de l’accrobranche

Tyroliennes, passerelles, cordes, filets… Jouez les aventuriers en baudrier lors d’une journée sensationnelle ! Les parcs d’accrobranche se sont beaucoup développés ces dernières années. Vous en trouverez facilement un pas loin de chez vous !

Tout savoir sur les allergies au soleil

Tout savoir sur les allergies au soleil

Il existe plusieurs sortes d’allergies solaires, qui se manifestent de façon bien spécifique. Si vous êtes fréquemment sujette à une intolérance au soleil, nos explications pourront vous aider à les reconnaître pour pouvoir mieux les gérer.

La lucite estivale bénigne

Si vous avez entre 15 et 35 ans, vous êtes plus susceptible d’être concernée par cette forme d’allergie au soleil, mais elle peut toucher tout le monde. Elle est causée par une exposition à un soleil intense et apparaît dès la première exposition. Elle se caractérise par une éruption cutanée sur le décolleté, le dos des mains et les bras ainsi que des démangeaisons. Les boutons s’en iront en une petite semaine si vous restez à l’ombre. Si vous vous remettez au soleil, ils réapparaîtront sans doute. Cette allergie au soleil dure parfois quelques années, puis disparaît sans raison apparente.

La lucite polymorphe

Hommes et femmes sont égaux devant la lucite polymorphe. Comme la lucite bénigne, elle touche le décolleté, le dos des mains et les bras, mais peut également s’étendre au visage et à l’arrière des oreilles. Ce qui la différencie de l’autre lucite, c’est qu’une exposition au soleil, même courte et modérée, ou même par temps nuageux, peut la provoquer. Elle n’apparait pas aussitôt, mais environ 12 heures après l’exposition. Si vous êtes touchée par cette lucite, chaque exposition au soleil recréera les symptômes et les éruptions risquent d’être de plus en plus importantes. Mieux vaut donc rester à l’ombre !

L’urticaire solaire

L’urticaire solaire touche principalement les femmes entre 20 et 50 ans. Elle apparaît dès que vous vous mettez au soleil, quelques secondes ou quelques minutes suffisent. Elle disparaît rapidement dès que vous vous mettez à l’ombre. L’éruption cutanée est reconnaissable car elle crée des plaques surélevées, un peu comme le ferait une piqûre d’orties. Les plaques sont le plus souvent situées sur les zones découvertes de la peau, mais elles peuvent également s’étendre aux zones couvertes. Bien souvent bénigne, il existe des formes d’urticaires solaires qui sont très invalidantes car elles empêchent la personne qui en souffre de sortir.

La photosensibilisation

La photosensibilisation ne provient pas directement de votre peau, mais d’un produit qui réagit avec le soleil. Il peut s’agir d’un parfum, de colorants ou de certains médicaments. Elle se traduit par des rougeurs, ou des brûlures. Lorsque votre médecin vous prescrit un traitement et que vous prévoyez un séjour au soleil, il faut toujours l’en informer. 

A chaque type d’allergie au soleil correspond un comportement à adopter. Avec nos explications, vous êtes désormais prêtes pour l’été qui arrive !

Retour de vacances : comment se faire une beauté ?

Retour de vacances : comment se faire une beauté ?

Le retour de vacances, c’est un peu comme une valise. De l’extérieur, tout paraît impeccable, mais dès qu’on l’ouvre, c’est la ca-tas-trophe ! Quel rapport avec cet article nous direz-vous ? Eh bien ce n’est pas parce que tout le monde vous rabâche que vous avez bonne mine et que vos mèches de surfeuse vous vont à ravir que dans les faits votre peau et le reste ne sont pas en alerte rouge ! UV, sel et chlore sont revenus à la charge tout l’été et il est maintenant temps de contre-attaquer !

Étape 1 : les cheveux

Vos cheveux, parlons-en… Bien qu’il existe quelques astuces pour limiter les dégâts, votre crinière n’échappe jamais totalement au combo soleil-mer-piscine. La première chose à faire est de les régénérer. Pour cela, on n’hésite pas à faire un saut chez son coiffeur préféré au retour de vacances. En plus de couper les pointes, ce dernier en profitera pour vous poser un soin profond permettant d’hydrater vos cheveux des racines à la pointe.

À la maison, on ne se relâche pas pour autant. Le combat n’est pas terminé ! Passage chez le coiffeur ou non, on reproduit la routine masque au moins une fois par semaine (deux fois si vos cheveux sont très secs, décolorés ou crépus). Et on fait ça bien ! C’est-à-dire pas seulement 2 minutes sous la douche, mais bien 2h voire toute une nuit ! Si d’ordinaire, on conseille de n’appliquer un soin que sur les pointes, n’hésitez pas à passer par vos racines au moins une fois. Eh oui ! Votre crâne aussi a pris le soleil et il ne serait pas étonnant que vous peliez légèrement à ce niveau-là. Sauf si vous préférez vous la jouer pellicule mania, mais ça vous regarde…

Étape 2 : le visage

Alors certes, votre teint est au top, mais très souvent, tout ceci n’est qu’un leurre… Vous vous pavanez les premières semaines avec votre bronzage jusqu’à ce qu’à l’arrivée de la grisaille, votre hâle digne de Santa Barbara se transforme en zone minée ! Acné, microkystes et autres parasites cutanés ont remporté la bataille ! Eh oui ! Quand on vous dit que le soleil est l’ennemi n°1 de notre peau ce n’est pas pour rien. Pour s’en protéger, celle-ci produit une barrière de sébum en s’épaississant. Quand elle vient à « tomber », toutes les impuretés, jusque-là « mises en attente » resurgissent de plus belle. Et là, autant vous dire que c’est la cata ! Du coup, on reprend les bonnes habitudes avec une routine visage adaptée à sa peau :

– lotion ou gel nettoyant

– tonique, eau micellaire ou eau florale

– soin hydratant

Attention, on regarde la composition des produits et on n’en abuse pas. D’ailleurs une « diète » cosmétique est plus que la bienvenue. Le temps que votre peau se régénère, l’idéal serait encore de ne pas l’étouffer à coup de fond de teint, terra cota et autre blush. Un gommage doux une fois par semaine peut également être appliqué pour réduire le grain de peau. Pour celles qui le peuvent, un peeling chez le dermato est envisageable. Vous faites face ou craignez une poussée d’acné sévère ? Pensez à la cure de zinc !

Étape 3 : le corps

Bronzée certes, mais souvent desséchée, votre peau a besoin d’une hydratation +++. Pour cela, ajoutez à votre crème hydratante habituelle une huile nourrissante. Idem pour vos pieds. S’ils ont pavané toutes les vacances hors des chaussures, ils n’ont pas moins pris un petit « coup de sec ». On mise alors sur les bains d’huile pendant au moins 15 minutes, en enlevant au préalable les callosités si elles sont importantes. N’oubliez pas également de bien hydrater vos mains et vos ongles. Vos cuticules sont surement passées à la trappe cet été… Rattrapez le coup en les massant chaque soir à l’aide d’une l’huile (le ricin c’est top et en plus ça accélère la pousse !).

Le Masque à l’Huile de Coco Que Vos Cheveux Fatigués Vont ADORER.

Comment faire pour revitaliser les cheveux secs et abîmés ?

– 2 cuillères à soupe d’huile de coco bio –

1 cuillère à soupe d’huile de jojoba bio –

3 gouttes d’huile essentielle de votre choix (perso, j’ai mis de l’huile essentielle de menthe poivrée et ça sent SUPER bon !!!)

1. Avant de commencer, assurez-vous que tous les ingrédients sont à température ambiante (surtout l’huile de coco, qui doit avoir une texture épaisse et onctueuse).

2. Mettez deux cuillères à soupe d’huile de coco dans un bol et commencez à mélanger. La chaleur générée par le mouvement va rendre l’huile de coco plus lisse et malléable.

3. Ajoutez une cuillère à soupe d’huile de jojoba et continuez de mélanger, jusqu’à ce que l’huile de jojoba soit totalement incorporée à l’huile de coco.

4. Ajoutez les 3 gouttes d’huile essentielle de votre choix.

5. Continuez à mélanger les trois ingrédients jusqu’à obtenir un mélange épais et huileux.

Comment utiliser ce masque

1. Pour utiliser votre masque revitalisant, appliquez le mélange directement sur votre chevelure, en partant de la racine des cheveux vers les pointes.

2. Prenez soin de bien recouvrir toutes les zones les plus sèches de votre chevelure.

3. Ensuite, attachez vos cheveux avec une pince.

4. Recouvrez vos cheveux avec un bonnet de douche, idéalement un bonnet de douche auto chauffant.

Si vous n’avez pas de bonnet de douche, pas bien grave. Vous pouvez aussi utiliser un sac plastique. Mais je vous préviens : c’est beaucoup moins glamour

5. Gardez vos cheveux couverts pendant 15-30 min.

Pour un meilleur résultat, utilisez un sèche-cheveux pour réchauffer votre chevelure pendant les premières 5-10 min.

6. Une fois le soin terminé, lavez vos cheveux avec vos shampooing et après-shampooing habituels.

Pour profiter au maximum de tous ses bienfaits, faites ce soin 1 fois par semaine.

Apprendre à respirer pour mieux vivre

Apprendre à respirer pour mieux vivre

Nous respirons tous sans y penser, telle une évidence. Pourtant la respiration est au cœur de notre vie. Dès que l’on respire mal, c’est tout l’organisme qui s’encrasse, entraînant de la fatigue et un moral en berne. Voici comment apprendre à bien, voire mieux respirer pour optimiser le fonctionnement de tout votre organisme.

La respiration, une base essentielle

Savoir respirer, c’est pouvoir relier votre corps et votre mental car la respiration remplit certes des fonctions organiques mais elle peut trahir aussi nos émotions : souffle saccadé, coupé, comme à pleins poumons, nous respirons de différentes façons à chaque émotion.

Savoir respirer est la clé d’une excellente forme physique, c’est aussi un moyen simple et efficace de maitriser notre équilibre psychique et nerveux, voire émotionnel.

Bien respirer, c’est bien vivre tout comme mal respirer, c’est mal vivre.

Un mécanisme inné ?

Respirer permet d’oxygéner tous les organes de notre corps, et cela se déroule sans effort particulier. Le mécanisme est instinctif : à l’inspiration, la cage thoracique s’élargit et le dôme du diaphragme (muscle puissant qui sépare la cavité thoracique de l’abdomen) s’abaisse pour que vos poumons puissent se remplir d’air frais au maximum ; à l’expiration, c’est l’inverse : le diaphragme remonte et les côtes se resserrent pour expulser l’air chargé de toxines (sous forme de CO2) produit par l’activité des cellules.

Dès la naissance, c’est un processus qui se met en place tout seul et qui permet d’orchestrer d’autres fonctions vitales comme le battement du cœur ou la régulation de notre température. 

Toutefois, il est possible d’améliorer sa respiration, de prendre le contrôle de son souffle : le bloquer volontairement de quelques secondes à quelques minutes, accroître sa cadence, inspirer par la bouche, souffler par le nez.

Apprendre à respirer

On pense qu’une personne sur 10 ne sait pas respirer, elle respire trop ou pas assez : l’apport en oxygène est trop important ou insuffisant par rapport au gaz carbonique émis. On sait également que la respiration est naturelle et instinctive (dès la naissance, le bébé respire de façon automatique), mais au fur et à mesure de l’évolution de chacun, de son environnement, de ses activités, la façon de respirer va changer. Le souffle est le miroir de nos émotions.

Pour se sentir bien dans son corps, pour déstresser, pour combattre une crise d’hyperventilation ou autre, savoir respirer est vital et accessible à tout le monde.

Remarquez comme votre respiration peut se bloquer ou s’accélérer lors d’émotions fortes ou lors d’efforts violents !

De l’importance du diaphragme

La respiration optimale, celle qui crée un environnement propice à l’équilibre de l’organisme, se déroule paisiblement, sans à-coup.

Ample et fluide, elle prend sa source dans le périnée et mobilise tout le ventre comme le font spontanément les bébés. Seulement, voilà, avec les contrariétés de la vie moderne, le stress, la fatigue nerveuse et même une mauvaise alimentation (trop grasse par exemple), elle s’accélère et perd en amplitude. 

Le souffle devient plus court, plus superficiel, haletant. Le diaphragme, trop sollicité, se contracte en position basse. On n’inspire plus avec le ventre mais en gonflant seulement le thorax. Ou, pire encore, on respire à l’envers, en sortant le ventre à l’expiration. 

Pour mieux respirer, faites d’abord travailler votre diaphragme à la respiration : gonflez votre ventre à l’inspiration en poussant pour l’étendre au maximum, tenez 2 ou 3 secondes et rentrez le ventre à l’expiration. Cette technique permet de réduire efficacement les états de stress, mais également d’améliorer la concentration et d’apporter une sensation de bien-être.

Une méthode de respiration

Pour savoir si vous respirez par le ventre ou par l’abdomen, mettez vous en position allongée, une main sur la poitrine et l’autre main sur le ventre.

Prenez une inspiration : si votre poitrine se gonfle en premier, vous respirez par le thorax. Dans le cas contraire, vous respirez par l’abdomen.

La respiration par le thorax ne permet pas d’utiliser la totalité de votre capacité respiratoire : vous êtes plus rapidement fatiguée parce que l’apport en oxygène n’est pas optimal, il est trop important par rapport à votre expiration.

Apprenez à respirer par le ventre, prenez votre temps !

Voici un exercice simple : allongez-vous et mettez un ballon à gonfler dans votre bouche. Inspirez profondément et expirez aussitôt en poussant sur le ventre pour que tout l’air s’échappe et que le ballon se gonfle entièrement.

C’est un exercice très efficace à répéter plusieurs fois.

La respiration profonde

Apprendre à bien respirer est simple : il suffit de déterminer dans la journée des moments où vous vous obligez à prendre de longues respirations. On parle alors de respiration profonde.

Vous pouvez, par exemple, inspirer en comptant jusqu’à trois, puis expirer de la même manière, sans faire de pause entre les deux. Non seulement vous prenez conscience de votre respiration mais cela vous oblige à vous calmer et à ramener votre attention vers l’intérieur.

Un nouvel exercice

Pour bien respirer, apprenez dès à présent à utiliser de façon optimale votre ventre et de façon minimum votre cage thoracique. Voici comment faire :

Placez votre main gauche sur le ventre et la main droite en bas de votre dos.

Expirez par le nez longtemps et doucement tout en appuyant sur votre ventre avec votre main gauche et en vérifiant avec la main droite que votre dos reste droit.

Puis inspirez lentement par le nez en gonflant votre ventre au maximum comme si l’air entrait directement en lui.

Attention, votre cage thoracique ne doit pas bouger (ou très peu) pendant tout l’exercice.

Au début, faites cet exercice tranquillement, à votre rythme, sans forcer et pendant deux à trois minutes seulement.

Ensuite, avec un entraînement régulier (l’idéal étant de vous entraîner quelques minutes tous les jours, car la régularité est importante), n’hésitez pas à pratiquer sans vos mains.

Puis, dès que vous avez besoin de gérer votre stress ou une tension, il vous suffira de mettre en place cette respiration et de vous concentrer sur ses effets positifs.

Avec de la pratique et de l’entrainement régulier, votre respiration va se déclencher toute seule dès que vous en éprouverez le besoin.

Connaissez-vous la respiration dite « de la lune » ?

Assise, le dos bien droit, vous êtes décontractée. Vous bouchez votre narine droite et inspirez par la narine gauche durant 1 seconde. Vous inversez ensuite le procédé.

A répéter 15 fois pour chaque narine.

Turista : les bons réflexes pour l’éviter

Turista : les bons réflexes pour l'éviter

La turista, que l’on appelle aussi la « diarrhée du voyageur », arrive bien souvent aux touristes mal avertis sur les conditions d’hygiène alimentaires ou hydriques de certains pays. Il s’agit en fait d’une gastro-entérite aiguë, qui se traduit par des coliques, des nausées et vomissements, des crampes intestinales et une grosse fatigue.

Quand on n’a pas pris de précautions, ni adopté les bons réflexes pour l’éviter, elle peut survenir au bout d’environ trois jours, et peut durer quelques jours encore… De quoi ruiner un beau voyage.

Alors, si vous avez prévu de vous échapper pour une destination exotique et de vivre au jour le jour, on vous donne quelques bons réflexes pour prévenir cette maladie, qui touche 20% à 50% des voyageurs…

  1. Se renseigner sur les conditions d’hygiène des pays que l’on visite

Tout passe d’abord par là. On ne peut pas devenir psychorigide sur ce que l’on consomme avant d’avoir un minimum d’informations sur la destination. Premièrement, il faut savoir que les pays tropicaux, et tempérés chaud (Asie, Afrique), et globalement avec des conditions d’hygiène précaires sont les plus touchés. A titre d’exemple, l’Egypte est l’un des pays qui en recense le plus, avec environ 82 cas pour 100 000 visites. Il faut savoir qu’au Mexique on en recense 13 pour 100 000 visites.

  1. Faire attention aux aliments que l’on consomme

L’un des premiers conseils est d’éviter les aliments crus, ou pas suffisamment cuits, même les fruits et légumes. Généralement vendus sur les marchés, ils restent souvent plusieurs heures à température ambiante (qui peut être élevée), et finissent par tourner. Globalement, faites attention aux aliments que l’on trouve sur les marchés en général, même les plats traditionnels et exotiques. Il en va de même pour les boissons ; pour éviter tout risque d’infection, il vaut mieux consommer des boissons encapsulées et ne pas demander de glaçons.  Même sous cette forme, l’eau peut contenir des germes.

  1. Faire attention à son hygiène

Comme lors d’une gastro-entérite ou en cas d’épidémie, on recommande de se laver les mains plusieurs fois par jour : n’hésitez pas à le faire dès que possible, et veillez à ne pas vous essuyer les mains sur des torchons à la disposition de tous. Munissez-vous d’un gel hydroalcoolique, et séchez vous les mains avec du papier. En amont, vous pouvez aussi demander à votre médecin de vous prescrire un kit anti-tourista : de l’hydroclonazone pour l’aseptisation de l’eau, un stock d’Immodium et Solutés de Réhydratation Orale par exemple…

  1. S’hydrater beaucoup dès que les premiers symptômes arrivent

Si malgré toutes ces précautions vous commencez à vous sentir mal, sachez déjà qu’il n’existe pas de moyens miracle pour la faire passer… Il faut prendre son mal en patience. Cependant on peut quand même se soulager avec des médicaments anti-diarrhéiques (que vous avez toujours sur vous), et surtout penser à boire de l’eau en bouteille trouvée en magasin. L’hydratation, comme pour une gastro, est la clé pour se remettre, car on perd beaucoup d’eau dans les selles. De plus on peut consommer des boissons gazeuses type Coca-Cola ou Seven Up pour soulager les maux de ventre.

Et voilà, vous êtes parés pour le décollage !

Quels sont les risques à boire trop de thé ?

Quels sont les risques à boire trop de thé ?

Plutôt thé noir, thé vert ou thé blanc ? Quand on est vraiment fan de thé et qu’on ne boit que ça toute la journée, on finit par vraiment s’y connaître. Mais saviez-vous que toutes ces sortes de thé viennent d’une seule et unique plante, le théier ? Le fait qu’il soit noir vient d’une fermentation intense de la plante, le thé vert est faiblement fermenté, et le thé blanc ne l’est pas du tout.

Le thé blanc est le plus riche en micronutriments, mais aussi le plus rare et cher. C’est pourquoi le thé vert, qui conserve la majorité des qualités nutritionnelles, est tout autant recommandé.

Les bienfaits du thé

Il est évident que le thé est plein de bienfaits. Il a déjà été prouvé qu’il prévenait certains cancers, du fait de sa teneur en épigallocathécine gallate, qui fait barrage à la croissance de cellules cancéreuses.

On sait aussi que le thé est un excellent brûle-graisse, et qui favoriserait surtout la combustion de la masse graisseuse abdominale.

Enfin, sa teneur en antioxydants prévient également le vieillissement de la peau, ou encore les maladies cardio-vasculaires.

Les risques du thé

Boire 1 à 3 tasses de thé par jour ne présente absolument aucun danger, c’est au contraire très bénéfique. C’est quand ce seuil est dépassé qu’il faut faire attention, et veiller à certains symptômes qui montrent que vous avez consommé du thé en excès. Anxiété, difficultés à dormir, manque de fer…

On encourage dans certains régimes ou rééquilibrages alimentaires de boire beaucoup de thé. Dans un premier temps pour l’effet brûle graisse, mais aussi parce que ça remplit le ventre et comble les petites faims. Enfin, pour le côté diurétique, non négligeable. Or, certaines personnes prennent ce conseil à cœur et s’abreuvent de thé toute la journée : ce n’est pas la solution.

Ensuite, le thé abîme les dents. Il peut laisser des tâches brunâtres et l’acidité de la fermentation contribue à l’érosion de l’émail.

Enfin, le thé et le fer ne font pas bon ménage : les tanins du thé contrarient l’assimilation du fer. C’est pourquoi il vaut mieux en consommer en dehors des repas et ne pas en abuser quand on a des carences.

Pour être sûr de ne pas se tromper sur sa consommation de thé, il vaut mieux en prendre d’excellente qualité. En effet les sachets de thé que l’on trouve en supermarché à bas prix sont bien souvent remplis de substances mauvaises pour la santé et l’environnement. C’est pourquoi il vaut mieux prendre du thé en vrac et s’équiper avec un infuseur. Enfin, le thé se composte. Ne le jetez pas à la poubelle !

Top des exercices à faire dans l’eau pour maigrir

Top des exercices à faire dans l'eau pour maigrir

Cet été, c’est soleil, plage, piscine et baignade ! Problème : vous souhaitez maigrir. Ça tombe bien, Voici le top 5 des exercices à faire dans l’eau pour perdre vos petits kilos en trop.

1/ Muscler les abdominaux

Que vous soyez à la plage ou à la piscine, profitez de l’eau pour muscler sans douleur vos abdos. Tenez-vous bien droite, de l’eau jusqu’aux seins, et ramenez l’un après l’autre vos genoux vers votre poitrine, en soufflant en les montant, en inspirant en les descendant. C’est fait ?  Continuez en faisant quatre séries de 30 mouvements de chaque côté. Prenez votre temps et accordez-vous 30 secondes de récupération entre chaque série. Essayez aussi cet exercice si vous avez une planche sous la main : tenez-la à bout de bras et allongez-vous sur le dos à la surface de l’eau. Gardez la tête dans l’axe du corps et effectuez des battements de jambes en maintenant le nombril hors de l’eau. En prime ? Un massage drainant des jambes… Que du bénéf !
 

2/ Raffermir les cuisses

Pour muscler l’arrière des cuisses, les fessiers, les mollets et les abdos, tenez-vous droit dans l’eau, et amenez vos talons à vos fesses, l’un après l’autre, en augmentant progressivement l’intensité. Faites quatre séries d’une minute. Petit bonus : l’effort cardio-respiratoire n’a aucune incidence sur le dos et les articulations.
 

3/ Tonifier les bras et le dos

Essayez cet exercice qui tonifie les pectoraux, les épaules, les bras, le dos, et même les abdos : remontez vos bras tendus devant vous, paumes de mains vers le sol, puis tournez-les vers l’extérieur et poussez en ouvrant jusqu’à obtenir une position en croix. Revenez ensuite à votre position initiale en effectuant le mouvement inverse. L’idéal ? Trois séries de 20 mouvements.
 

4/ Affiner la taille

Si vous êtes à la piscine, arrêtez d’enchaîner les longueurs et prenez le temps nécessaire pour faire cet exercice, qui affine à la fois les jambes, les hanches et la taille, s’il est fait régulièrement. Pour se faire, posez vos mains sur le rebord de la piscine (en petite profondeur), tenez vous droit, levez la jambe gauche latéralement et faites de grands cercles, une quinzaine dans un sens, une quinzaine dans l’autre. Faites de même avec la jambe droite.
 

5/ Muscler les fesses


Vos fesses sont raplaplas ? Qu’à cela ne tienne, voici un exercice à faire à la piscine, pour avoir un fessier du tonnerre : placez-vous face au bord du bassin, maintenez le rebord avec vos mains, puis levez quinze fois, l’une après l’autre, vos jambes en arrière en les gardant tendues. Veillez à ne pas cambrer votre dos.