La liste des 9 meilleurs aliments brûle-graisse

Malheureusement, il n’existe pas de formule magique pour maigrir. Alors, quand on a des graisses persistantes au niveau des poignets d’amour ou de la culotte de cheval, il faut aider un peu son corps. Or, l’alimentation est l’un des leviers les plus faciles ! En effet, certains aliments favorisent le stockage des graisses en excès : mayonnaise, saucisses, fritures, quiches, etc. Néanmoins, d’autres aliments dits brûle-graisse vont aider à les éliminer et peuvent donc être consommés avec moins de modération. Pour faire la chasse aux petits bourrelets et pousser votre corps à piocher dans ses réserves, voici les meilleurs aliments pour brûler les graisses. 

Attention, les aliments brûle graisse sont bien évidemment utiles. Cependant, ils ne remplaceront jamais un régime équilibré et varié ainsi que la pratique d’un sport adapté. Alors, ne misez pas toute votre perte de poids et votre santé là-dessus !

1) L’aubergine, l’un des aliments brûle-graisse par excellence

Avez-vous remarqué que l’aubergine avait la capacité d’absorber les huiles comme une éponge quand vous en faisiez cuire avec un peu d’huile d’olive ? C’est la raison pour laquelle c’est la championne des brûle-graisse ! Peu calorique, mais riche en fibres et en pectine, elle permet de supprimer les graisses et les toxines. Cuisinée dans des recettes légères avec une cuisson douce, elle sera aussi rassasiante qu’absorbante. En plus de piéger les graisses, elle permettra aussi d’améliorer le transit.

2) Le céleri

Il a la réputation de faire partie des légumes à calories négatives. En vérité, son apport de calories n’est pas tout à fait nul, mais reste extrêmement faible (16 kcal pour 100 g). Cependant, il reste agréable dans le cadre d’un régime, car il favorise la satiété grâce à son apport généreux en fibres. Au passage, il fournit aussi des vitamines et ses effets diurétiques et dépuratifs. En plus, on peut aussi bien croquer des bâtonnets de céleri-branche à l’apéritif que mitonner une soupe de légumes de saison réconfortante. Bref, ce légume utile est offre aussi tout un horizon de succulentes recettes.

3) Les légumes verts

Au rayon légumes, tous ceux qui affichent un vert aussi beau que celui du céleri sont de toute façon formidables contre le stockage des graisses et généralement d’excellents diurétiques. Craquez aussi bien pour le poivron que le brocoli ou le poivron. La courgette demande quant à elle plus d’énergie au corps qu’elle n’en apporte, d’où sa réputation de faire partie des aliments brûle-graisse. Enfin, le chou est très peu calorique (autour de 25 kcal pour 100g) et c’est aussi un produit vitaminé et riche en fibres qui aide à la digestion. Drainant et antioxydant, il aide à nettoyer l’organisme.

4) L’ananas, l’atomiseur de cellulite

Riche en fibres (notamment le coeur que l’on peut manger pour son effet rassasiant) et pauvre en calories (52 kcal/100 g), on n’hésitera pas à le prendre bien mûr pour profiter d’un apport plus poussé en provitamine A. Il est l’ennemi des kilos en trop et se retrouve donc volontiers dans les produits contre la cellulite. On peut aussi consommer sa tige sous forme de poudre, car c’est la partie la plus efficace pour favoriser l’élimination de la graisse. Par contre, nous vous déconseillons formellement les régimes abracadabrants à l’ananas que l’on trouve parfois sur le net. Nombre d’entre eux conseillent de ne consommer que lui pendant plusieurs jours. Évidemment, tout régime monoproduit est une idée désastreuse !

5) Le kiwi pour compléter votre salade de fruits

Vous cherchez de quoi accompagner votre ananas ? En la matière, il n’y a pas que la pomme qui fait figure de championne dans la catégorie des coupe-faim avec le fameux son d’avoine draineur et anti-graisse. En effet, même si cette dernière est rassasiante et capte les graisses abdominales grâce à sa pectine, le kiwi la coiffe au poteau dans cette liste des aliments coupe-faim. Très stimulant sur le métabolisme, il poussera votre organisme à puiser dans ses petites réserves. De fait, il sera sans pitié sur la graisse accumulée ! Pensez donc à consommer ce délicieux fruit qui remplacera avec brio les desserts sucrés de fin de repas.

6) Certains produits issus des animaux sont aussi des aliments brûle-graisse

Si vous êtes vegan, ces aliments brûle-graisse ne vous conviendront malheureusement pas… Néanmoins, tout le reste de la liste vous aidera à ne pas rester sur le carreau. Mais si consommer des viandes et autres poissons ne vous dérange pas, faites les bons choix pour ne pas ruiner votre régime. Par exemple, favorisez toujours les poissons gras qui seront paradoxalement excellents contre les cellules graisseuses. En effet, leurs oméga-3 vont aider à pulvériser les graisses. Cependant, prenez toujours des espèces qui sont moins en danger comme le maquereau ou les sardines. Quant aux protéines, elles favorisent la masse musculaire aux dépens de la masse adipeuse. Alors, jetez-vous sur les viandes maigres, œufs et laitages pour une silhouette ferme et en forme.

7) Niveau boisson, on donne sa chance au café en complément des aliments brûle-graisse

Que les crèmes contre la cellulite contiennent de la caféine n’a rien d’étonnant ! Avec son effet stimulant, elle permet de réveiller l’organisme pour le pousser à se mettre au travail. C’est pour cela que la caféine est inévitablement mentionnée dans les discussions sur l’élimination des graisses. Alors bien sûr, cela fait la part belle au café qui en contient énormément. Cependant, on peut aussi s’essayer au thé vert si l’on n’aime pas ça, car la théine améliore le métabolisme aussi. Et en plus, ses tanins réduisent l’assimilation des graisses. En tout cas, pour que le café reste un allié minceur, on essaye de ne pas abuser sur le lait et le sucre. Enfin, on évitera d’en boire après 16h et de dépasser environ trois tasses pour ne pas avoir des troubles de l’endormissement. En effet, le fait de mal dormir ou peu fait grossir ! Alors, autant prendre soin de son sommeil…

8) Si vous aimez les épices, pensez à acheter de la cannelle !

Cette dernière n’a pas son pareil pour remplacer délicieusement le sucre, mais ses avantages ne s’arrêtent pas là ! Celle dont la saveur agréable bonifie tous les gâteaux et dessert a la réputation d’être excellente dans le cadre d’un régime. Et cette réputation n’est pas volée ! En effet, elle permet notamment de favoriser le sentiment de satiété. De plus, sa cinnamaldéhyde est un composé permettant de brûler les graisses dans l’organisme. Il agit directement sur les adipocytes en favorisant la thermogénèse, un processus activant la combustion des lipides. Bien sûr, le riz au lait ne vous fera pas maigrir ! Cependant, en remplacement du sucre ou ajoutée à vos préparations sucrées ou salées saines pour les assaisonner, elle aura des effets inestimables.

9) Et enfin, mentionnons le plus insolite des aliments brûle-graisse : le pissenlit !

Le pissenlit est parfois détesté des jardiniers qui aimeraient s’en débarrasser. Néanmoins, quelques initiés et ancêtres lui connaissent des effets bénéfiques face à de nombreux maux. Et surtout, certains savent qu’elle fait partie des mauvaises herbes comestibles les plus délicieuses ! Quel intérêt vous demandez-vous ? Comme son nom l’indique, c’est un puissant diurétique. Il permet donc d’éliminer efficacement les toxines et de nettoyer le foie. En plus d’aider les processus de digestion, il permet donc aussi d’éliminer les cellules graisseuses. Alors, invitez ses jeunes pousses au menu avec une bonne salade. Ne vous privez pas non plus de le préparer en soupe pour éliminer tout en hydratant l’organisme et sans avoir l’effet légèrement piquant !

6 astuces pour utiliser vos soins du visage à leur plein potentiel

Dans cet article, on ne va pas vous dire de boire de l’eau ou de nettoyer vos pinceaux ultra-encrassés. Ces conseils, vous les connaissez déjà et vous savez déjà qu’il est peu probable d’avoir une peau saine sans les suivre. Alors, en fait, on va s’adresser aux personnes qui ont déjà leurs soins et qui savent à peu près quoi utiliser pour prendre soin de leur peau et ses besoins. Ici, nous parlerons des manières d’utiliser plus intelligemment les soins. Ils seront ainsi au top de leur potentiel et maximiser leurs effets. Bien utilisés, ils donneront en effet des résultats allant au-delà de vos espérances. Et ça, ça change vraiment une peau !

1) Nettoyez de manière plus efficace

Sous le coup de l’habitude, le nettoyage est souvent un peu sommaire. Du coup, on s’attarde toujours sur les mêmes zones et on en oublie d’autres ! Alors, pensez à jeter un oeil à votre mâchoire, à la ligne de vos cheveux ou aux pourtours de vos joues qui ne reçoivent pas assez d’amour et le soin qu’ils devraient recevoir… Aussi, vous pouvez tester le “nettoyage à sec” de la peau. Cela consiste à masser le nettoyant sur une peau non humidifiée pendant 30 secondes. Bien sûr, cela va coller un peu, mais c’est normal. Ensuite, on active le nettoyant en mouillant les mains et massant quelques instants. Le nettoyage est ainsi plus profond et on peut finir en rinçant soigneusement !

2) Ne faites plus les erreurs que tout le monde fait avec la lotion

Beaucoup de personnes l’utilisent en complément ou deuxième nettoyant, car elles ne se nettoient pas assez bien la peau. Du coup, il reste des traces sur le coton. Pourtant, si vous le faites bien comme expliqué plus tôt, vous n’aurez pas besoin de lotion pour compléter le nettoyage et vous pourrez l’utiliser pour le soin qu’il apporte uniquement. Ici, pas besoin de cotons qui produisent des déchets inutiles. En plus, ils absorbent du produit, ce qui fait qu’on en perd énormément et ils peuvent irriter les peaux les plus sensibles. En fait, on peut verser du produit dans le creux de la main et le faire chauffer avec les doigts de l’autre en vue d’appliquer en pressant doucement la peau. Ainsi, ses actifs pénétreront plus profondément.

3) Ne luttez pas contre les peaux mortes avec votre gommage… la solution ne se trouve pas dans vos soins !

Votre nez asséché fait des peaux ou un bouton en voie de disparition s’est transformé en amas de peaux mortes ? Oubliez le réflexe qui consiste à frotter comme une dingue avec votre gommage ! En effet, cela a peu de chances de réussir à décrocher les peaux et tout ce que vous allez gagner, c’est une peau plus irritée. Au contraire, soyez douce et utilisez… du scotch ! Collé sur la peau et décollé en douceur, il emportera toutes les peaux mortes avec lui. Testez et vous verrez !

4) Les soins sont inutiles si vous négligez le lavage des draps

À quoi bon dépenser des milles et des cents en soins et passer des heures à les appliquer si c’est pour se coucher indéfiniment sur le même coussin couvert de bave et de taches que vous n’avez pas changé depuis des semaines ? Du coup, vous dormez 7h de suite sur des bactéries. En définitive, la peau ne peut tout simplement pas être propre dans ces conditions.

5) Même chose pour le téléphone : pensez à le désinfecter !

Si vous avez toujours des boutons sur les joues, là où vous tenez votre mobile, posez-vous les bonnes questions ! En effet, on le manipule toute la journée avec nos mains pleines de doigts. Accumulées pendant la journée au boulot ou dans les transports avec vos mains, toutes les saletés se donnent ensuite joyeusement rendez-vous sur votre peau… Effet désastreux garanti ! Pourtant, un simple nettoyage de l’appareil avec de l’alcool à friction de temps en temps suffit à régler le problème.

6) Et enfin, nettoyez vos soins également !

Pensez à donner un coup de propre aux emballages des soins que vous utilisez. En effet, vous aurez beau vous nettoyer les mains avant l’application des soins, si ces derniers sont couverts de résidus obtenus dans la trousse de maquillage (maquillage, etc.) ou aux abords de la douche (calcaire, humidité, teinture, etc.), les bactéries seront de la partie. Or, tout ce qui va sur les mains ira sur le visage… À méditer autour d’un bon nettoyage des vos soins préférés !

Bouton de fièvre: un remède naturel puissant et quelques conseils

Aujourd’hui, on estime que 7 millions de Français souffrent d’herpès buccal (plus communément et joliment surnommé “bouton de fièvre”). Il trouve son origine dans un virus, le Herpès Simplex Virus 1 (HSV1), qui est très commun au sein de la population et peut se manifester plus ou moins facilement suivant les personnes. Ainsi, vous pouvez être affecté sans avoir de symptômes tels que les boutons ! Notre mode de vie stressant est un facteur favorisant et malheureusement, il faut bien dix jours, voire deux semaines pour s’en défaire une fois qu’il s’installe sur un coin de la bouche. De plus, c’est contagieux dès les premiers signes annonciateurs, mais si vous optez pour un traitement dès que cela commence (picotement, démangeaisons, chaleur…), vous éviterez les grosses lésions très gênantes et réduirez le temps où le bouton de fièvre sera là. Voici un remède naturel puissant et nos meilleurs conseils !

Ce qu’il faut :

  • 170 g de miel non pasteurisé
  • 15 gouttes d’huile essentielle de lavande
  • 10 gouttes d’huile essentielle d’arbre à thé
  • 10 gouttes d’huile essentielle de menthe poivrée

Les étapes :

1) Tout d’abord, procurez-vous tous les ingrédients et trouvez un pot hermétique que vous stériliserez avant l’utilisation.

2) Ensuite, versez-y tous les ingrédients en respectant bien les doses. Inutile de surdoser avec ces huiles concentrées !

3) Pour finir, mélangez bien. Le remède est prêt.

4) Appliquez ce mélange traitant sur le bouton de fièvre deux fois par jour.  Laissez poser aussi longtemps que possible.

Pourquoi ça marche ?

Depuis une étude menée en 2004, les effets positifs du miel sur les boutons de fièvre pour une guérison rapide avaient été prouvés. Cela s’explique par des vertus antimicrobiennes puissantes. Il peut donc être appliqué dans la journée sans problème pour favoriser la disparition de l’herpès labial. Cependant, les sirops sucrés estampillés “miel” du supermarché sont dénaturés et n’aideront en rien. Du coup, veillez à utiliser un vrai miel non pasteurisé d’apiculteur de préférence. Quant aux huiles essentielles, celle de menthe est antivirale et celle d’arbre à thé est antibactérienne, antifongique et antivirale. Enfin, celle de lavande apaise les douleurs et démangeaisons, ce qui en fait un bon complément du soin.

Quelques conseils pour que votre bouton de fièvre guérisse mieux et éviter que ça recommence:

  • Tout d’abord, faites le plein de probiotiques pour aider la guérison (kimchi, kombucha fait maison, vinaigre de cidre, yaourts…).
  • Réduisez l’inflammation et la rougeur avec une compresse froide à base de glaçon. Comptez 5 à 10 minutes d’application plusieurs fois dans la journée.
  • N’appliquez ni cortisone, ni alcool (qui entretient l’herpès), ni maquillage dessus (il retarde la guérison).
  • Ne grattez jamais les croûtes.
  • Puis lavez bien ou changez ce qui a été en contact avec le bouton de fièvre pour éviter une contamination (brosse à dents, gants de toilette, linges utilisés en compresse, taie d’oreiller…).
  • Protégez votre peau avec une crème solaire sans oublier le contour de la bouche et appliquez un baume à lèvres avec indice UV chaque jour.
  • Enfin, combattez le stress au quotidien avec des activités qui vous détendent (coloriage, écriture, yoga…).

Important pour ne contaminer personne :

  • Pour commencer, attention de ne pas toucher ou gratter. En plus, vos mains pourraient ensuite contaminer quelqu’un derrière ! Lavez-les fréquemment, surtout après avoir manipulé le bouton.
  • Par ailleurs, ne prêtez jamais rien qui entre en contact avec votre bouche (verre, fourchette, produits de maquillage, linge de toilette…).
  • Pour finir, évitez d’embrasser vos proches quand vous avez de l’herpès labial, surtout les bébés, les personnes âgées ou malades et hospitalisées (chimio, traitement immunodépresseur, sida…). C’est triste, mais cela peut être extrêmement dangereux pour elles !

Compost: ce que l’on peut y mettre ou pas pour réussir son compostage

En soi, le compost ne demande pas beaucoup de travail. On y ajoute des déchets qui seraient autrement gâchés et ensuite, on laisse faire la nature. Cette revalorisation est très utile, notamment pour apporter des nutriments à son petit coin de verdure. Du coup, il n’est pas étonnant qu’il soit si populaire. Cependant, il faut éviter quelques écueils qui gâcheraient vos efforts ou le rendraient moins efficient. En plus, on ne sait pas toujours ce que l’on peut y mettre ou pas. Voici quelques gestes de base et connaissances qui vous permettront d’obtenir un compost de compet’ !  

La base de la base pour réussir son installation et son entretien

En général, on conseille de le mettre à portée de main pas trop loin de la maison. Pour ce faire, pensez à trouver un petit coin ensoleillé. Ensuite, qu’il soit fait maison avec du bois de palettes ou avec un bac du commerce, il ne faudra jamais oublier de le mélanger une fois par semaine. En effet, cela permet d’incorporer les déchets frais à ceux qui sont plus décomposés pour équilibrer le tout. C’est aussi un geste essentiel pour faire “respirer” tout ça. Au même titre que le mélange, il sera également crucial de s’assurer qu’il n’est pas trop sec pour pouvoir se désagréger. Pour autant, on ne veut pas noyer ces matières organiques sous une averse de pluie ou de l’arrosage. Il faut qu’il soit humide comme une éponge essorée, mais jamais mouillé.

Que faut-il mettre dans son compost ?

N’y mettez pas que ces épluchures de cuisine, ce serait une grosse erreur. En effet, vous risqueriez de vous retrouver avec une matière très humide qui rameutera tous les moucherons du coin… Et puis on ne vous dit pas l’odeur de pourriture que vous aurez ! C’est la raison pour laquelle il faut alterner déchets verts (à environ 40%) et déchets bruns ou secs (à environ 60%). Pour chaque déchet vert ajouté, pensez donc à mettre des déchets bruns.

Les déchets verts apportent de l’azote qui se transformera en azote minéral pour nourrir les plantes. En voici une liste non exhaustive :

  • Les épluchures, les fanes, les fruits et légumes pourris ou rebuts du potager
  • Les fleurs fanées par exemple annuelles ou bisannuelles en fin de vie
  • Feuilles de thé, sachets d’infusion et marc de café
  • Algues
  • Coquilles d’œuf écrasées
  • Feuilles, tiges et fleurs de mauvaises herbes

Enfin, les déchets bruns apportent quant à eux du carbone qui fait vivre les micro-organismes et favorise la production d’azote minéral. Par exemple, il y a :

  • Les feuilles mortes, brindilles et branches broyées
  • La paille, le foin et les herbes sèches
  • Le carton,filtres à café et boîtes d’œufs découpés
  • Cendres, copeaux et sciure de bois (petites quantités)
  • Écales de noix ou de sarrasin
  • Terreau usagé

En automne, pensez à faire un stock de matières brunes à ajouter au cours de l’hiver dans le compost.

Ce qu’il faut mettre en petites quantités seulement

Bien sûr, broyer ou morceler favorisera la décomposition de vos ajouts au compost. C’est donc un geste important ! Cependant, faire des petits morceaux ne suffit pas. En effet, certains aliments ne doivent être ajoutés qu’en petites quantités sous peine de déséquilibrer totalement votre compost. Ainsi, on évitera de mettre trop d’épluchures d’agrumes qui auront pour effet d’apporter trop d’acidité. Du reste, on se méfiera des peaux d’avocat ou de l’écorce d’ananas qui sont trop dures par exemple.

Interdits de compostage !

Bien qu’ils soient compostables ou biodégradables, il ne faut pas mettre les sacs de supermarchés qui vont avoir du mal à se décomposer dans votre composteur domestique ! Mieux vaut donc les glisser dans le bac de tri. Par ailleurs, évitez d’y mettre des végétaux couverts de parasites ou de maladies qui pourraient ensuite contaminer le compost… et les plantes où vous l’épandez ! Quant aux plantes montées en graines, c’est la même histoire, notamment pour les mauvaises herbes qui pourraient vite se développer et doivent donc être ajoutées sans les graines. Du reste, tout ce qui est viande, gras de viande, produits laitiers, poisson, os ou arêtes n’y ont pas sa place (sauf si vous voulez attirer tous les rongeurs du coin et nuisibles pour faire un élevage !).

D’autres ajouts fortement déconseillés :

  • Tout ce qui est non compostable bien sûr : verre, métal, plastique…
  • Coquilles de moule ou d’huître (non compostables à moins d’être broyées très finement)
  • Racines des mauvaises herbes traçantes (chiendent, prêle…)
  • Grosses bûches ou branches
  • Épis de maïs (sauf s’ils sont broyés)

Quid des cendres de cheminée, de nos toilettes sèches ou de la litière du chat ?

Sur tous ces éléments, les avis divergent ! D’ailleurs, certains vous déconseilleront formellement d’ajouter des excréments humains ou animaux dans le compost. Tout d’abord, sachez qu’il faut en limiter l’ajout de cendres, car elles sont alcalines. Or, le compost est plutôt acide, ce qui explique pourquoi il faut être prudent (quelques poignées pour compenser l’acidité, mais pas plus !). Le reste pourra être recyclé ou épandu directement au jardin, notamment pour combattre la mousse. Ensuite, passons la litière de son animal. On pourra en ajouter au compost, mais pas trop régulièrement et à condition qu’elle soit biodégradable (sciure ou paille). Pour les toilettes sèches, on veillera à laisser reposer quelques mois le papier toilette, les excréments et la sciure avant de les ajouter au compost

Comment nettoyer son évier en inox? Voici l’astuce pour qu’il brille!

Les éviers en inox sont de vrais classiques dans nos intérieurs. Au final, on n’y fait presque plus attention, mais quand on y pense, c’est quand même un beau matériau ! En effet, on ne peut pas nier que l’évier en inox offre de nombreux avantages. Déjà, il est très résistant et ne s’altère pas avec l’eau bouillante ou la corrosion. Malgré l’utilisation d’eau, on n’y trouvera jamais aucune trace de rouille et puis il faut bien dire que c’est assez joli et hygiénique.

Pour ce qui est de l’entretien, cela peut sembler simple, car l’inox est peu poreux. En même temps, les traces de tous types s’y invitent un peu trop rapidement (doigts, saleté, taches de nourriture…). En plus, le calcaire a tendance à le rendre terne et ce n’est pas ce qu’il y a de plus facile à nettoyer. Du coup, la moindre goutte d’eau peut s’avérer être une ennemie ! Pour faire briller votre évier en inox de mille feux, nous avons une astuce imparable à base de savon de Marseille.

Ce qu’il faut :

  • Du savon de Marseille râpé par vos soins ou acheté directement en paillettes
  • De l’ammoniaque
  • Du blanc de Meudon (ce nettoyant dégraissant écologique s’achète dans des boutiques spécialisées en produits naturels et bio ou les magasins de bricolage)
  • Un chiffon en microfibre ou juste un chiffon doux

Les étapes :

1) Munissez-vous d’un bol et versez-y deux cuillères à soupe d’eau.

2) Ensuite, diluez-y bien 4 cuillères de savon de Marseille.

3) Puis vient le moment d’ajouter deux cuillerées d’ammoniaque et 15 g de blanc de Meudon.

4) Assurez-vous que le mélange est bien homogène avant de l’utiliser sur l’évier.

5) Pour cela, il suffit de frotter le produit sur toute la surface en utilisant votre chiffon.

6) Une fois satisfait du résultat, vous pourrez rincer et sécher soigneusement votre évier en inox.

Vous serez étonné de la brillance obtenue ! Le petit plus, c’est que si vous n’utilisez pas tout, vous pouvez garder le reste de produit dans un bocal hermétique pour la prochaine fois.

7 manières intelligentes d’utiliser la peau d’oignon. Fini la poubelle

Certains réflexes ont la dent dure ! De nombreux gestes du quotidien occasionnent des déchets et du gaspillage et la peau d’oignon peut en témoigner. Dès qu’on utilise cet aliment en cuisine, la peau finit directement aux ordures. Du coup, on compte des centaines de milliers de tonnes de déchets d’oignon annuellement dans l’Union européenne… Ces chiffres font tourner la tête et encore plus quand on découvre que cette peau jetée sans ménagement peut en fait s’avérer très utile au quotidien. Néanmoins, encore faut-il lui laisser sa chance et savoir l’utiliser ! Parfait, c’est justement de cela que va traiter cet article.

1) Un excellent colorant pour tissu

Nous vous avions déjà parlé il y a quelques semaines des déchets alimentaires qui peuvent faire office de teinture. Du coup, nous allons passer rapidement sur ce point, car toutes les étapes d’utilisation y sont ! Si vous voulez donner une nouvelle teinte à un vêtement ou à de la laine, gardez précieusement les peaux. Une peau d’oignon rouge vous donnera un joli brun clair. Enfin, une peau d’oignon jaune donne une coloration brune claire douce avec des sous-tons orangés chauds.

2) À ajouter dans les soupes d’automne et d’hiver

L’idée peut ne pas sembler très ragoûtante au prime abord… En effet, cuisiner la peau d’oignon n’est pas dans nos habitudes et l’inconnu peut parfois paraître étrange. Pourtant, la peau contient de bons nutriments. On y retrouve notamment des fibres et des polyphénols antioxydants. Ils favorisent notamment notre santé cardiovasculaire en prenant soin tissus vasculaires (capillaires, artères et vaisseaux). Ainsi, n’hésitez plus à en glisser dans la mijoteuse !

3) Pensez à composter la peau d’oignon

On a parfois du mal à y penser. Néanmoins, si vous avez un bac à compost chez vous, rien ne vous empêche d’y jeter les peaux. Elles contiennent des nutriments et font une belle addition à cette petite tambouille organique ! Sachez que vous pouvez aussi en faire infuser pendant une journée dans de l’eau avant de filtrer. Cette eau d’arrosage aide à fertiliser les plantes.

4) Utilisez-en pour combattre les crampes aux jambes

Si vous nous suivez depuis longtemps, cela ne vous étonnera pas tant que ça. Les oignons aident à combattre les crampes efficacement ! En plus, la procédure de préparation est vraiment très simple. Il suffit de faire bouillir des peaux pendant quelques minutes pour qu’elles puissent bien infuser. Ensuite, il ne vous reste plus qu’à boire ce breuvage insolite avant le coucher. Après une ou deux semaines, vous sentirez une vraie différence.

5) La peau d’oignon peut vous donner de jolis reflets

Le tilleul séché pour les brunes, la camomille pour les blondes… et des pelures d’oignon pour les rousses ou celles qui aiment les reflets cuivrés ! Oui, madame ! Insolite, mais efficace, cette astuce sublimera votre ravissante chevelure. Pour cela, on fait un peu infuser des pelures dans de l’eau déminéralisée. On laisse ensuite refroidir et on filtre. Pour finir, on utilise cette eau infusée en dernier rinçage après chaque shampoing. Rassurez-vous : il n’y aura pas d’odeur. En plus, les oignons sont bons pour la pousse des cheveux et ça les abîmera moins que des mèches ou un balayage !

6) À ajouter à votre farine de blé

Pour rendre la farine plus nutritive, ajoutez-y un peu de peau d’oignon séchée et broyée. C’est idéal dans une préparation de pain fait maison, car il en faut une petite quantité pour avoir l’effet antioxydant (1 à 5 % si l’on en croit une étude américaine) ! En plus, on en trouve facilement au magasin au fond des cagettes alors servez-vous pour faire du stock.

7) Pour découper l’oignon plus facilement

La peau peut servir de “poignée naturelle” pour couper l’oignon plus facilement. En effet, cela donne une meilleure prise et nous évite donc de nous couper ! Pour ce faire, retirez une extrémité avec le couteau puis repliez les parties plus épaisses de la peau sur elles-mêmes pour avoir un meilleur maintien.

Recette facile et rapide : Salade de mâche aux coquilles Saint-Jacques

Recette aux noix de Saint-Jacques

Recette de Grand-mère

Pour 4 personnes – Temps de préparation : moins de 10 min

  1. Préparer la sauce de salade dans un bol en commençant par le vinaigre, le sel et le poivre puis l’huile. Réserver (il ne faudra assaisonner la salade qu’au dernier moment pour éviter qu’elle ne « cuise » lors d’un contact trop prolongé avec la vinaigrette).
  2. Dans une poêle, faire chauffer le beurre puis déposer les noix de Saint-Jacques. Laisser cuire 3 min sur une face. Couvrir d’un couvercle. Couper le feu et attendre encore 2 min pour terminer la cuisson.
  3. Assaisonner la salade et la servir sur une assiette. Déposer sur chaque assiette 3 noix de Saint-Jacques et servir aussitôt.

Ingrédients

  • 200 g de mâche
  • 12 noix de Saint-Jacques
  • 20 g de beurre
  • 1 c à s de vinaigre balsamique
  • 2 c à s d’huile d’olive
  • 1 pincée de sel
  • 1 pincée de poivre

Équipement

  • un bol
  • une poêle
  • Equipement

Recette : Tiramisu à l’ananas

Recette de Grand-mère

Pour 4 personnes – Temps de préparation : 10 à 20 min – Temps de cuisson : moins de 5 min

  1. Ouvrir l’ananas en 2 puis en 4 dans la hauteur du fruit. Oter au couteau la partie fibreuse au centre de l’ananas. Peler ces gros quartiers puis les tailler en dés.
  2. Dans une poêle, mettre le beurre à chauffer puis verser les dés d’ananas. Les faire dorer environ 5 min en remuant de temps en temps.
  3. Dans un saladier, fouetter à la fourchette les jaunes d’œuf avec le sucre. Ajouter le mascarpone et mélanger à nouveau.
  4. Dans un autre saladier, monter les blancs d’œuf en neige au batteur électrique. Les incorporer délicatement au mélange précédent. Réserver au frais.
  5. Dans une assiette creuse, verser le jus d’ananas. Imbiber les biscuits un par un de jus d’ananas (attention à ne pas les détremper).
  6. Ranger les biscuits imbibés de jus d’ananas dans un moule.
  7. Ajouter les ananas poêlés puis la préparation au mascarpone. Saupoudrer de cacao.
  8. Si l’on utilise des paillettes de sucre colorées, en parsemer le tiramisu seulement au moment de servir (pour que leurs couleurs ne teintent pas le gâteau pendant la prise au froid).
  9. Placer au froid environ 3 h. Servir frais.

Ingrédients

  • 1 petit ananas
  • 250 g de mascarpone
  • 12 biscuits à la cuillère
  • 25 cl de jus d’ananas
  • 2 jaunes d’œuf
  • 3 blancs d’œuf
  • 5 c à s de sucre
  • 20 g de beurre
  • 1 c à s soupe de cacao (paillettes ou perles de sucre colorées)

Équipement

  • Une poêle
  • Deux saladiers
  • Un batteur électrique
  • Une assiette creuse
  • Un moule

5 façons insolites d’utiliser votre bicarbonate de soude

Comment utiliser le bicarbonate de soude ?

On connaît surtout le bicarbonate de soude pour ses vertus en cuisine ou contre les maux d’estomac. Mais saviez-vous qu’il peut s’avérer utile dans de nombreux domaines ? Voyons 5 façons insolites d’utiliser votre bicarbonate de soude.

Désinfectez vos fruits et légumes

Le bicarbonate de soude alimentaire est un produit écologique qui ne présente aucun effet néfaste pour votre santé. Il est d’ailleurs très utile pour désinfecter certains aliments. Prenez un chiffon propre et légèrement humidifié, saupoudrez-le de bicarbonate de soude et frottez–le pour qu’il se répande de façon homogène. Passez le chiffon sur vos fruits et légumes, laissez agir quelques secondes et rincez-les. Toutes les saletés et les pesticides encore présents sur vos aliments seront éliminés en un rien de temps.

Nettoyez en profondeur vos brosses à dents

Une brosse à dents est toujours pleine de germes à cause de l’humidité due à l’eau stagnante ainsi qu’aux brossages répétitifs. Pour la nettoyer en profondeur, Laissez tremper votre brosse à dents pendant toute une nuit dans un verre d’eau tiède contenant 2 c. à café de bicarbonate de soude alimentaire. Le lendemain, rincez-la à l’eau claire, elle sera propre !

Apaisez les érythèmes fessiers de votre bébé

L’acidité de l’urine provoque souvent des démangeaisons et des rougeurs sur les fessiers des bébés. Pour les apaiser, préparez le bain de votre bébé en délayant 2 cuillères à café de bicarbonate alimentaire par litre d’eau chaude (37°c) dans celui-ci. Donnez-lui le bain normalement, vous n’avez pas besoin de rincer le bicarbonate de soude. Il assainira la peau de votre nourrisson et le soulagera de ses démangeaisons en combattant efficacement l’acidité.

Retirer les mauvaises odeurs de votre panier à linge sale

Lorsque le linge sale s’accumule, il provoque souvent l’apparition de mauvaises odeurs assez désagréables. La transpiration séchée ainsi que les bactéries se développant avec l’humidité en sont responsables. Saupoudrez du bicarbonate de soude directement sur votre linge et répétez cette action régulièrement. Les mauvaises odeurs disparaîtront comme par magie ! Il n’est toutefois pas recommandé de l’utiliser sur des vêtements en soie ou en laine. Pour un linge éclatant, laissez le bicarbonate de soude sur vos vêtements lorsque vous les passez en machine.

Dites adieu aux odeurs de tabac

Le bicarbonate de soude est très efficace pour lutter contre les mauvaises odeurs et en particulier celles provenant du tabac. Pour dire adieu aux odeurs de tabac, versez 2 cuillères à soupe de bicarbonate de soude au fond du cendrier et changez-le régulièrement.

Où acheter ?

Sur Internet : Acheter du bicarbonate de soude.

Comment reconnaitre un chien malade ?

Au même titre que les autres membres de votre famille, votre chien peut souffrir d’une maladie. Il existe en effet autant de maladies chez le chien que chez l’homme. Certains sont bénignes, d’autres peuvent avoir des conséquences plus lourdes. Il est recommandé de rester attentif au comportement de votre compagnon, ses habitudes, son alimentation, son activité. Au moindre signe, il convient, de consulter un vétérinaire.

Quelles sont les différents types d’affections chez le chien ?

On distingue trois grandes familles de maladie principales chez le chien :

– Les maladies infectieuses : elles sont dues à des virus ou des bactéries. Certaines peuvent être prévenues grâce à la vaccination. C’est le cas notamment de la maladie de Carré, de l’hépatite contagieuse, de la parvovirose, de la leptospirose et même de la rage.
– Les maladies parasitaires : la plus fréquente est la piroplasmose. On compte également parmi elles la maladie de Lime (présente aussi chez les humains).
– Les maladies métaboliques : comme le diabète, l’hypothyroïdie, le syndrome de Cushing (une affection rénale) etc.

Comment repérer la maladie chez le chien ?

Le changement de comportement chez le chien peut être le signe précurseur ou avéré d’une maladie. Votre chien peut peut-être souffrir d’une maladie si :

– Il s’isole
– Il ne bouge pas
– Il gémit
– Il adopte une position inhabituelle

D’autres signes, plus évidents, ne trompent pas :

– Une diarrhée
– Des vomissements
– Une toux
– Un essoufflement
– Une boiterie

Dans ces cas-là, il est fortement conseillé de consulter rapidement un professionnel de santé.

Que faire en cas d’apparition de ces signes ?

En cas de doute, il est recommandé de prendre la température du chien par voie rectale. Elle doit se situer autour de 38 ou 38,5 degrés. En dessous de 37, on parle d’hypothermie, au-dessus de 39, le chien est en hyperthermie. Dans un cas comme dans l’autre, ce symptôme peut être révélateur d’une maladie qui pourra être dépistée par un vétérinaire.

Quels bilans préventifs programmer ?

Des bilans de santé sont à effectuer de manière préventive à deux grandes périodes de la vie d’un chien :

– Chez le jeune chien, soit peu après la naissance

– Au moment de la puberté (soit à 6-7 mois sur les petits chiens, de 12 à 18 mois pour les plus grands) : cette période est déterminante pour la suite de la vie du chien puisqu’il devient adulte et son comportement évolue en conséquence. Les soins qui lui sont apportés au quotidien doivent également évoluer afin d’éviter toute erreur qui porterait à conséquence.