Archive | 13 avril 2020

Comment détourner l’utilisation de sa brosse de mascara ?

Une fois son mascara devenu tout sec, on pense généralement que la seule option qui s’offre à nous est de le jeter. Mais non, il est possible de lui donner une seconde vie ! Voici 8 astuces pour recycler votre ancienne brosse à rimmel.

  • Pour appliquer des soins sur vos sourcils ou vos cils

Cils ou sourcils en perte de densité ? N’hésitez pas à appliquer de l’huile de ricin chaque soir pour les faire pousser. Et pour ce faire, trempez votre vieille brosse à mascara (préalablement lavée) et appliquez le soin où vous le souhaitez.

  • Pour cacher des racines apparentes

Votre coloration commence à dater ? Munissez-vous de votre goupillon préalablement trempé dans une ombre à paupières de la même couleur que vos cheveux puis coiffez le haut de votre chevelure. Hop les racines blanches sont camouflées !

  • Pour brosser vos sourcils

Après avoir passé la nuit la tête dans l’oreiller, on a bien souvent les sourcils en friche le matin. Grâce à la brosse de votre ancien mascara, vous pourrez commencer la journée les sourcils coiffés.

  • Pour exfolier vos lèvres

Si vous n’avez pas de gommage sous la main, vous pouvez prendre votre goupillon et le frotter délicatement sur vos lèvres. Cela fera partir les petites peaux mortes et à vous la bouche toute douce.

  • Pour nettoyer vos ongles

Pour avoir des ongles toujours propres, votre ancienne brosse de mascara est l’allié idéal pour des mains parfaites. Grâce à la douceur des poils de la brosse, la saleté est retirée sans pour autant agresser le dessous de vos ongles.

  • Pour faire le ménage

Légèrement savonnée la brosse de votre ancien rimmel vous permettra de récurer tous les petits recoins inaccessibles de votre maison.

  • Pour coiffer vos petits cheveux autour du visage

Si vous faites partie de celles qui ont des petits cheveux de bébé autour du visage, l’ancienne brosse de votre mascara, sera le mini peigne parfait pour coiffer ces « baby hairs ».

  • Pour vous aider à apprivoiser votre nouveau mascara

Lorsque l’on applique pour la première fois un nouveau mascara, on se retrouve souvent avec une frange de cils bien trop épaisse. Pour enlever ce fâcheux effet, n’hésitez pas à passer votre ancienne brosse de mascara qui viendra enlever le surplus de matière. Un regard de biche à la clé !

5 astuces pour faire pousser vos cheveux plus vite

Après de longs mois de patience, vous constatez que vos cheveux ont toujours du mal à pousser, c’est peut-être parce que vous avez adopté de mauvaises habitudes. Zoom sur 5 astuces qui vont vous permettre de gagner en longueur.

Vous rêvez d’une belle et longue chevelure mais vous peinez à voir vos longueurs pousser ? Pas de panique. Nous avons la solution. Il suffit parfois d’adopter quelques astuces simples dans votre quotidien pour transformer votre crinière.

1) Couper ses cheveux régulièrement

Contrairement aux idées reçues, laisser pousser sa crinière sans jamais la couper n’est pas une solution pour avoir les cheveux longs. Si vous n’optez pas pour un rafraîchissement régulier, les fourches au bout de vos pointes vont remonter et casser votre fibre capillaire. Vous serez donc forcée de couper vos cheveux beaucoup plus courts que prévu.

2) Faire attention à son alimentation

Une bonne hygiène de vie est la clé d’une peau et d’un corps en bonne santé mais aussi d’une crinière saine. On n’oublie donc pas l’adage 5 fruits et légumes par jour, afin de faire le plein de végétaux. Interrogée par le VOGUE Maria Marlowe nutritionniste américaine a expliqué qu’il fallait miser sur certains aliments particulièrement bénéfiques à la chevelure :

Les aliments riches en fer, zinc, vitamines B et C et omégas-3 (…) Les huîtres, palourdes, haricots et œufs pour les protéines ; les poivrons et légumes-feuilles pour la vitamine C ; et enfin graines de chanvre et saumon sauvage pour les omégas-3

3) Opter pour des cures « coup de pouce »

Certains compléments alimentaires peuvent vous aider à avoir une chevelure plus longue. La cure d’un mois de la marque Joone assure ainsi une croissance optimale de votre chevelure grâce à la vitamine B6 et B8, la myrtille, l’ortie, le sélénium, le cuivre et le zinc présents de la composition des gélules.

Pour avoir une chevelure longue, il est essentiel d’avoir des cheveux forts. Pour leur apporter un coup de fouet instantané, misez sur un concentré végétal à base d’huiles essentielles chaudes signé René Furturer. À appliquer dès la racine une à deux fois par semaine, ce produit viendra stimuler votre fibre capillaire afin d’avoir une crinière plus longue et plus robuste.

4) Choisir une taie d’oreiller en soie

Fini la taie d’oreiller en coton, pour avoir des beaux cheveux il faut miser sur des taies d’oreiller en soie. Plus douces et plus respectueuses de la fibre capillaire, elle évitera les frottements qui peuvent, à force, abîmer la qualité de vos cheveux et les faire chuter.

5) Éviter l’addition des produits

Bain d’huile, shampoing, après-shampoing, masque, sérum… À force de vouloir une chevelure parfaite et en bonne santé on a parfois tendance à additionner de nombreux produits au quotidien sur nos cheveux. Et si cela part d’un bon sentiment, il ne faut pas oublier que plus chargé votre crinière en couche de produit moins celle-ci va pouvoir respirer. Résultat ? Les fibres vont être complètement bouchées et la pousse va donc ralentir considérablement.

Poêlée de sarrasin aux épinards, poulet et champignons

INGRÉDIENTS

  • NB DE PERSONNES : 4
  • 300 g de graines de sarrasin
  • 300 g de blancs de poulet
  • 160 g de champignons de Paris ou autres
  • 60 g de feuilles d’épinards
  • 1 gousse d’ail
  • 1 c. à soupe d’huile d’olive
  • 1 c. à soupe de jus de citron vert
  • 1 c. à café de tamari ou sauce soja
  • Sel & poivre

PRÉPARATION

  • PRÉPARATION : 15 MIN
  • CUISSON : 30 MIN
    1. Dans une casserole, portez à ébullition 30 cl d’eau avec le tamari, le jus de citron et une pincée de sel. Versez-y le sarrasin et laissez cuire 15 minutes.
    2. Pendant ce temps, coupez le poulet en dés. Lavez, nettoyez et émincez les champignons. Lavez et essorez les épinards. Pelez et hachez l’ail.
    3. Chauffez l’huile dans une poêle antiadhésive et faites-y cuire le poulet avec l’ail, 10 minutes à feu moyen.
  1. Ajoutez les champignons et laissez cuire 5 minutes à feu vif. Ajoutez les épinards et prolongez de 3 minutes. Salez et poivrez.
  2. Égouttez le sarrasin si besoin et ajoutez-le dans la poêle. Mélangez bien.
  3. Servez chaud et régalez-vous !

COMBIEN DE TEMPS FAUT-IL GARDER DES LÉGUMES AU CONGÉLATEUR ?

Votre congélateur est rempli de légumes surgelés ? Voici tout ce que vous devez savoir sur leur bonne conservation.

Le congélateur est très pratique pour avoir des légumes à portée de main. On stocke des légumes surgelés ou des légumes frais dans des sacs pour ne plus avoir qu’à les sortir au moment de les cuisiner. Bien utile certes, mais il y a des règles à respecter pour la bonne conservation de ces produits. On vous explique tout !

Le temps de congélation

Les légumes se conservent très bien dans le congélateur jusqu’à 1 an. Toutefois, certains produits sont plus sensibles que d’autres et préfèrent être consommés avant. C’est le cas des courgettes qui doivent être mangées avant 4 mois, les carottes dans les 8 mois qui suivent leur congélation et les choux ou les courges d’automne qui se conservent moins de 6 mois. Pour les autres légumes, vous pouvez compter une bonne douzaine de mois.

Veillez à congeler les légumes dans des sachets prévus à cet effet ou dans des boîtes hermétiques. N’hésitez pas à congeler des petites portions plutôt qu’un gros stock de légumes.

La technique du blanchiment

Pour que vos légumes se conservent bien et longtemps, il existe une petite astuce : le blanchiment. Il n’est pas question d’argent, mais bien de légumes. Il s’agit de plonger les légumes dans de l’eau bouillante pendant quelques minutes. Cette technique va non seulement préserver sa belle couleur mais aussi son goût. Une fois sortis et égouttés, il faudra les plonger dans une eau très froide pour stopper la cuisson.

Les légumes gorgés d’eau

Certains légumes n’ont pas vraiment leur place dans le congélateur. C’est le cas de ceux qui sont très riches en eau, comme l’aubergine, la courgette ou encore la tomate. Ils peuvent être congelés s’ils sont cuits, mais le goût et la texture risquent d’être différents. On s’y autorise pour dépanner, mais il est préférable de les déguster frais. Si vous voulez les congeler, cuisinez-les avant.

5 bienfaits des noix de cajou à connaître

Saviez-vous que les noix de cajou étaient de véritables bombes nutritionnelles ? Zoom sur cette petite noix qui a tout d’une grande.

Les noix sont réputées pour leurs nombreux bienfaits sur notre santé. Parmi elles, la noix de cajou. Cette petite noix est originaire du Brésil. On peut la consommer sous différentes formes : mixée pour faire des crèmes ou des fromages vegan, dans les salades pour apporter du croquant, dans les soupes ou encore dans les pâtisseries. Une chose est sûre, cet oléagineux est réputé pour ses nombreux bienfaits. Découvrez lesquels !

Elles sont bonnes pour le coeur

Si vous voulez bichonner votre coeur, les noix de cajou sont tout à fait adaptées. Une consommation régulière (mais à petite dose) permettrait d’éloigner les risques de maladies cardiovasculaires. Riches en bonnes graisses, elles font baisser les taux de mauvais cholestérol et diminuent la pression artérielle.

Elles sont compatibles avec un régime

Si vous faîtes un rééquilibrage alimentaire ou que vous cherchez à perdre du poids, les noix de cajou peuvent être utiles. Riches en fibres, elles vont avoir un effet coupe-faim en accélérant la sensation de satiété. De plus, elles sont faibles en calories, surtout lorsqu’on les compare aux autres noix. Vous pouvez donc les grignoter en cas de petit creux ou pour compléter vos repas. Attention toutefois à ne pas trop en manger au risque d’obtenir l’effet inverse.

Elles réduisent les risques de cancer

Les noix de cajou sont riches en cuivre et en vitamine E, ce qui en fait des antioxydants efficaces. Grâce à leurs propriétés, les noix de cajou vont aider l’organisme à combattre les radicaux libres (dégénérescence des cellules) et donc limiter le développement de cellules cancéreuses. Elles sont particulièrement efficaces pour limiter le risque de contracter un cancer du côlon ou des intestins.

Elles limitent les risques de diabète

Les personnes sensibles à la glycémie ne doivent pas hésiter à déguster des noix de cajou au quotidien. En effet, pour limiter le risque d’apparition du diabète (de type 2), les noix de cajou sont parfaites. Elles sont composées d’acides gras non saturés et peuvent donc agir directement sur le sang pour faire baisser la glycémie. On peut aussi les consommer même si l’on est déjà atteint de diabète puisqu’elles aident à assimiler le sucre sanguin. Bonne nouvelle !

Elles sont idéales contre les fringales

Vous avez un petit coup de mou dans la journée ? Oubliez les barres de céréales sucrées et misez sur les noix de cajou. Elles sont idéales pour redonner un coup de fouet à l’organisme lorsqu’il est fatigué. Grâce à leur forte teneur en magnésium et en vitamines, elles sont parfaites pour combattre la fatigue.

Comment bien choisir son déodorant ?

Vous êtes perdu dans les rayons du supermarché au moment d’acheter votre déodorant ? Pas de panique. Nous vous avons déniché les astuces pour faire le bon choix.

Spray, stick, bille, anti-traces blanches, patchs, bio… Choisir le bon déodorant relève parfois du parcours du combattant ! Pourtant, adopter le bon geste fraîcheur s’avère crucial pour lutter contre la transpiration et les mauvaises odeurs.

La transpiration, une réaction naturelle

Si la transpiration est souvent pointée du doigt, sachez qu’elle est vitale pour la survie de l’organisme car s’il n’évacuait pas la chaleur on risquerait l’hyperthermie.

Alors, quand on sait que le corps produit jusqu’à un litre de sueur par jour, il est essentiel d’avoir un bon allié anti-transpiration. Surtout qu’en été, les auréoles et autres odeurs de sueur n’ont rien d’élégant !

Pour rester au frais tout au long de la journée, une seule solution : une hygiène corporelle irréprochable et un bon déodorant. Seulement voilà, encore faut-il savoir choisir le produit adapté à ses besoins et à sa sensibilité cutanée. Car oui, pour une efficacité maximum, il est nécessaire de connaître sa réactivité allergique ou encore son degré de résistance à l’alcool. Alors pour ne pas être trahie par son déodorant, voici ce qu’il faut savoir !

Quelle est la différence entre un déodorant et un anti-transpirant ?

Tout d’abord, sachez qu’il faut faire la différence entre déodorant et anti-transpirant. Les déodorants masquent les odeurs de transpiration tandis que les anti-transpirants bloquent la sécrétion de transpiration. Du coup, si vous souffrez de transpiration abondante, optez pour des anti-transpirants qui seront bien plus efficaces que de simples « camoufleurs d’odeurs ».

Comment choisir un produit respectueux pour le corps ?

Les déodorants que l’on peut trouver dans le commerce sont de plus en plus controversés. Pourquoi ? Car ils peuvent contenir des sels d’aluminium, une molécule tirée du métal très dangereuse mais aussi des conservateurs comme l’EDTA et le BHT qui sont très discutables. Irritants pour votre peau et dangereux pour votre santé, l’application de ce genre de produits au quotidien peut avoir des conséquences irréversibles. La solution ? Misez sur des compositions plus respectueuses de votre santé.

Si vous pensiez qu’il n’était pas possible de lutter contre les odeurs provenant des aisselles sans passer par des produits chimiques, sachez qu’il existe de nombreux déodorants naturels. Le plus connu est la pierre d’alun. Pourquoi ? Car contrairement aux produits trouvables dans nos rayons, elle comprend une autre sorte de sel d’aluminium baptisé « sulfate d’aluminium » qui ne rentre pas dans la peau.

Il y a aussi le bicarbonate de soude qui permet de limiter les odeurs en réduisant la prolifération de bactéries qui cause les odeurs. D’autres produits comme le talc et l’argile blanche peuvent restreindre la transpiration. En tisane, la sauge et la prêle des champs sont aussi connues pour réduire les effets.

 

 

10 astuces pour un sommeil réparateur

10 astuces pour un sommeil réparateur

4h33 du matin. Ça fait approximativement 45 minutes que vous vous retournez dans votre lit en râlant. Durant ce break nocturne vous avez eu le temps de penser à ce que vous alliez porter demain, d’imaginer une nouvelle recette de hachis Parmentier et de consulter 20 fois votre fil Instagram. Bon et maintenant si on dormait ? Voici quelques astuces pour éviter que ce scénario se répète à l’infini.

 

Faire du sport

Si votre travail ne vous fait pas bouger au quotidien, c’est le quotidien qui va devoir bouger. La sédentarité dérègle notre horloge interne et avec elle, notre sommeil. Du coup, on passe par 30 minutes minimum d’exercices par jour. À vous de voir ce qui vous motive le plus. Mais dites-vous que plus vous en ferez, mieux vous dormirez et plus vous rentrerez dans ce jean slim que vous avez acheté il y a un an en prévision de perdre 3 kilos… Dans tous les cas vous y gagnez non ?

Dîner tôt et léger

On commence par les conseils de base, mais qui pour autant passent très souvent à la trappe. Alors certes, votre vie sociale, c’est rarement en plein après-midi. Le dîner avec Doudou ou l’apéro avec votre meilleure amie sont programmés le soir. On ne vous demande pas de les ghoster pour retrouver le sommeil, mais au menu, on privilégie des aliments légers. Non, on vous assure, la suggestion de cassoulet du chef n’est pas une bonne idée… On limite au maximum les corps gras, les sucres et l’alcool au profit des légumes, poissons et du riz. Le meilleur créneau ? Manger au moins 3h avant d’aller se coucher.

Oubliez les écrans avant de dormir !

Ce sont définitivement les ennemis du sommeil de notre siècle. Si la télé est proscrite dans la chambre, il serait très judicieux d’en faire de même pour les téléphones, ordinateurs et tablettes. La lumière bleue produite par ces appareils ralentit la production de mélatonine, cette molécule qui aide à réguler notre sommeil sur un cycle normal… Et puis franchement, ce n’est pas comme si vous n’aviez aucune alternative. Les livres ne sont pas justes là pour décorer vos étagères… Et si vous n’êtes pas branché lecture, ok pour le téléphone dans la chambre, mais pas d’écran ! On lance une playlist en mode détente ou un podcast.

Privilégier une lumière tamisée

La lumière vive n’est définitivement pas votre alliée sommeil. En soirée, on se met donc en mode cocooning en privilégiant une luminosité chaude et réduite. À vous les lampes d’ambiance et les bougies ! Et si vous vous réveillez pendant la nuit, pas question d’allumer la lumière au risque de perturber votre horloge interne (oui, encore elle !).

Dormir dans le noir

Toujours dans la même idée, on évite les lumières intempestives pendant la nuit. Si la lumière du soleil permet de nous réveiller naturellement, inutile d’ouvrir les yeux à 6h en été quand on peut se lever à 8. Du coup, on ne néglige pas la fonction initiale des rideaux ou des stores et on les choisit occultant ! Sans compter qu’ils vous protégeront également des lumières nocturnes (lampadaires, phares de voiture, fenêtres des voisins…).

Faire des exercices de respiration

Tout le monde n’est pas hyper fan de la méditation, mais ses bienfaits sont prouvés. Si vous prenez le temps de faire une dizaine de respirations profondes chaque soir avant de dormir, vous offrirez à votre corps le relâchement physique et mental dont il a besoin. Respirez par le ventre en inspirant par le nez et expirez lentement par la bouche.

Inhiber le moindre bruit

Entre Jean-Claude qui ronfle toutes les nuits et le robinet qui n’arrête pas de goutter, vous avez eu le temps d’étudier votre plafond sous toutes ses coutures. Certaines personnes sont plus sensibles que d’autres aux bruits pendant le sommeil. C’est pourquoi, il ne faut pas hésiter à les masquer. La 1ère solution est bien évidemment de porter des boules Quies. Mais pour celles qui ne les supportent pas, on peut envisager d’installer un fond sonore dans la chambre, comme un ventilateur. Et si Jean-Claude ronfle toujours, ce sera à lui sûrement d’envisager des solutions…

Choisir une bonne literie

Ça paraît évident, mais c’est rarement le cas. Si ce n’est pas nécessairement donné, un bon matelas est indispensable pour un sommeil réparateur. Ni trop dur, ni trop mou, il faut qu’il soutienne votre corps tout en accompagnant vos mouvements. Même rigueur dans le choix des oreillers ou de la couette. Sans compter que sans le savoir, vous êtes peut-être allergique ou sensible aux acariens. Des oreillers en plumes d’oie ou anti-allergènes sont peut-être la solution à tous vos problèmes de sommeil.

Faire draps à part…

Toujours du côté du lit, séparez ses draps peut faire des miracles. Finie la bataille pour récupérer 3 cm de couette. Vous avez la vôtre et lui la sienne ! Et les moutons seront bien gardés.

Ne pas négliger le pouvoir des plantes

Une bonne petite camomille ! Ça vaut le coup de tenter non ? Les tisanes c’est pas super sexy en soi, mais on aurait tord de s’en priver. Valériane, passiflore, aubépine, tilleul… Vous avez le choix. Par contre, on évite de boire 3 litres avant d’aller dormir. Merci les réveils toutes les heures pour la pause pipi… Sinon, vous pouvez aussi essayer la clémentine en phytothérapie ou le spray à la lavande sur votre oreiller.

10 signes que vous manquez de fer

10 signes que vous manquez de fer

« – Je suis très fatiguée en ce moment. – Tu manques peut être de fer ?” Une réplique très courante, presque naturelle. Et pourtant, tout n’est pas si simple.

Le fer est un sel minéral qui contribue à une fonction cognitive normale, à un métabolisme énergétique normal, à la formation normale de globules rouges et d’hémoglobine, au transport normal de l’oxygène dans l’organisme, au fonctionnement normal du système immunitaire, à réduire la fatigue et joue un rôle dans le processus de division cellulaire.

Les apports quotidiens recommandés sont de :

  • 9 mg par jour pour un homme adulte et une femme ménopausée
  • 16 mg par jour pour une femme réglée
  • 25 à 35 mg par jour pour une femme enceinte
  • de 6 à 16 mg par jour des bébés aux adolescents

Il s’agit donc de rester particulièrement vigilant sur le taux de fer dans le sang chez les enfants, les femmes et les femmes enceintes.

Comment repérer un manque de fer ?
Malheureusement, l’anémie par carence en fer demeure le plus souvent asymptomatique. C’est pour cette raison que l’on découvre bien souvent cette pathologie “par hasard”, lors d’un bilan sanguin détaillé.
Cette carence peut avoir diverses raisons comme un régime alimentaire déséquilibré ou des saignements visibles ou invisibles.

Les symptômes apparaissent lorsque l’anémie est plus avancée et le taux d’hémoglobine vraiment bas. On peut alors noter les signes suivant :

  1. Pâleur
  2. Fatigue
  3. Essoufflement à l’effort
  4. Maux de tête
  5. Sensation de tête qui tourne
  6. Vertiges
  7. Étourdissements
  8. Faiblesse en se levant d’une chaise
  9. Peau et cheveux secs
  10. Ongles cassants

Si vous pensez manquer de fer, parlez-en à votre médecin traitant qui pourra alors vous prescrire un bilan sanguin.

 

Comment prévenir les carences en fer ?

Pour prévenir des carences en fer, une alimentation variée et équilibrée reste nécessaire pour apporter 10 à 30 mg de fer par jour.

Il existe deux types de fer :

Le fer “héminique” d’origine animale, possédant une bonne absorption intestinale que l’on retrouve majoritairement dans :

  • le boudin noir
  • le foie de génisse
  • les huîtres crues
  • les crevettes
  • la viande
  • le poisson
  • les oeufs

Le fer “non héminique” d’origine végétale, moins bien absorbé que l’on retrouve majoritairement dans :

  • les lentilles cuites
  • le pain
  • les pâtes
  • le cacao en poudre
  • les épinards, les petits pois, les haricots verts
  • les mangues, les avocats, les pêches

Attention cependant à certains constituants alimentaires qui peuvent diminuer l’absorption du fer comme

  • l’acide phytique (céréales complètes, légumes secs, graines oléagineuses, chocolat)
  • l’acide oxalique (rhubarbe, épinards, oseille, cacao, thé)
  • tanins (thé, café, vin)
  • les phosphates (dans le jaune d’oeuf)

COMMENT FABRIQUER SON PROPRE ENGRAIS NATUREL ?

Vous en avez assez d’acheter systématiquement de l’engrais en magasin spécialisé ? On vous dévoile quelques astuces pour le fabriquer vous-même.

Envie d’économiser et en plus de prendre soin de vos plantes grâce à un engrais naturel ? On vous partage quelques astuces pour le fabriquer vous-même.

1/ La peau de banane

Ne jetez plus vos peaux de bananes ! Elles sont excellentes pour nourrir et faire fleurir vos végétaux. Comment les utiliser ? Plantez-les dans le sol autour de la plante et laissez-la se décomposer. Elles nourriront vos plantes toutes seules.

2/ Le marc de café

C’est un produit qui possède de nombreuses vertus : exfoliant, nourrissant etc, le marc de café permet d’augmenter l’acidité du sol. Les fleurs comme les roses ou les hortensias adorent cet engrais. Il vous suffit d’en mélanger à la terre.

3/ Le gazon coupé

Plutôt que de jeter le gazon que vous avez tondu, réutilisez-le pour en faire de l’engrais. Comment ? Remplissez un seau d’eau et ajoutez de l’herbe. Mélangez le tout et laissez infuser durant 3 jours. Puis arrosez vos plantes avec.

4/ L’eau de cuisson

Ne jetez plus votre eau de cuisson de riz, de pâtes ou de pomme de terre. Riche en nutriments et sels minéraux, cela nourrira vos plantes à la perfection.

CES FLEURS RARES ET SPECTACULAIRES VONT VOUS BLUFFER !

La plante « Bisous »

Cette plante tropicale est connue pour son surnom de « plante à bisous ». Elle se distingue par sa couleur rouge vive et sa forme faisant penser à des lèvres sensuelles. Malheureusement, cette fleur est en voie de disparition.

L’orchidée fantôme

Cette fleur à la forme insolite est totalement différente d’une classique orchidée. Elle a la particularité d’être dépourvue de feuilles. Ses fleurs blanches apparaissent au printemps et en été. Elle est appelée ainsi car elle n’est composée ni de tiges ni de feuilles. Impressionnant non ?

La Fleur de fruit de la passion

Aussi appelée Passiflore, la fleur du fruit de la passion à le mérite d’être très originale. Sa couleur très flashy la place parmi les espèces les plus rares et insolites. En plus d’être très jolie, elle offrira à votre jardin un style insolite de par ses feuilles grimpantes.

La fleur de cactus

Cette fleur se reconnait par sa forme triangulaire et sa texture insolite. Le plus ? Sa couleur à la fois verte et rouge qui rend le cactus très original. Cette fleur est endémique à la Namibie. Bluffant n’est-ce pas ?