Archives

Quelle est l’origine de l’expression un « coup de semonce » ?

coup de semonce

Un « coup de semonce » est un avertissement accompagné de menaces. Elle est aussi de nos jours un acte ou une déclaration, preuve de force, voulu comme le dernier avertissement avant des mesures hostiles.

Si le verbe « semoncer » était déjà utilisé au 15ème siècle pour exprimer l’idée de « convoquer en vue de punir », ce n’est qu’au début du 17ème que le terme fut utilisé dans la marine pour désigner un ordre donné à un navire de montrer ses couleurs, c’est-à-dire son drapeau, permettant de l’identifier. Le coup de canon tiré à blanc se nommait alors ainsi. Il était interprété par le navire destinataire comme l’ultime avertissement avant l’attaque.

Puis au début du 19ème siècle le « coup de semonce » ne fut plus limité à la sommation dans le seul usage de la marine. Il passa dans le langage courant pour devenir un avertissement le plus souvent accompagné d’une menace.

Pourquoi dit-on « raconter des salades » ?

raconter des salades

« Raconter des salades » consiste à dire des mensonges. Il ne s’agit pas de simples petites contre-vérités mais plutôt d’un mélange complexe d’histoires ou de ragots plus ou moins vraies.

Cette expression, métaphore culinaire, date du XIXe siècle. Elle compare une salade, c’est à dire un assortiment d’ingrédients divers qui combinés donnent un résultat agréable au palais, à un ensemble d’histoires, fausses nouvelles, inventions proférés avec humour ou excuses et présentés le plus souvent de façon convaincante pour mieux les faire passer auprès d’un interlocuteur.

Tous ces ingrédients associés font une salade composée parfaitement assaisonnée pour être avalée sans difficulté.

Après tout, dans certains cas ne vaut-il pas mieux raconter des salades pour faire avaler des couleuvres ?!

Pourquoi dit-on « avoir le béguin » ?

avoir le béguin

« Avoir le béguin » pour quelqu’un consiste à en être amoureux, souvent de façon passagère.

Cette expression date du 18ème siècle. Mais pour en saisir l’origine il faut s’intéresser à la racine du mot « béguin » qui remonte au 12ème siècle. Un « béguin » était alors une coiffe portée par des femmes menant une vie religieuse sans être pour autant des nonnes, mais vivant tout de même leur foi en communauté et appelées les « béguines ». Elles se nommèrent ainsi car leur mouvement fut fondé en Belgique par Lambert le Bègue, dont on dit qu’il avait un grand talent pour faire naitre la foi chez les femmes.

Tiré du « béguin », le verbe « s’embéguiner » signifiait à l’origine « se coiffer d’un béguin ». Puis au 18ème siècle on l’utilisa en argot pour signifier au figuré « tomber amoureux » de façon rapide et un peu absurde, pour celle ou celui qui se laissait prendre soudainement par la passion.

D’où vient l’expression un « cœur d’artichaut » ?

cœur d’artichaut

Celui qui a un « cœur d’artichaut » tombe souvent et facilement amoureux. Cette expression date de la fin du 19ème siècle. Elle est la forme raccourcie du proverbe : « cœur d’artichaut, une feuille pour tout le monde ».

Cette expression métaphorique fait une analogie entre le cœur humain et le cœur d’un végétal, l’artichaut. Le cœur du légume est la partie située au centre et à laquelle sont attachées toutes ses feuilles. On en mange le cœur directement et un peu de celui-ci indirectement, resté sur chacune de ses feuilles, que l’on détache une par une. Au fur et à mesure de sa dégustation le cœur de ce légume donne un peu de lui-même, exactement comme le coeur humain à chaque fois qu’il tombe sous le charme d’une nouvelle personne. Et comme un artichaut est composé de très nombreuses feuilles, celui qui y est comparé tombe très souvent amoureux.

Quelle est l’origine de l’expression « aller à vau-l’eau » ?

aller à vau-l’eau

« Aller à vau-l’eau » signifie péricliter, aller en se dégradant.

Au 12ème siècle, un « vau » est une vallée. « Aller à val » ou « à vau » exprimait l’idée de « descendre le long, en suivant la pente de ». Puis pendant quatre siècles on a eu recours à cette expression pour dire « suivre le fil de l’eau » au creux d’une vallée, de façon tout à fait concrète.

Ce n’est qu’ensuite que l’on se mit à l’utiliser de façon abstraite. L’expression prit alors le sens d’un projet humain qui marche mal et dont les perspectives sont très sombres. Mais on utilisait alors encore conjointement l’expression sœur « à val de route » pour exprimer l’idée plus définitive de déroute absolue. Puis avec le temps « à vau-l’eau » prit un sens plus large et se mit à englober cette dernière idée.

D’où vient l’expression « rouler une pelle » ?

rouler une pelle

« Rouler une pelle » consiste à embrasser son ou sa partenaire avec la langue.

La « pelle » de l’expression n’est pas celle utilisée dans les jardins. Elle vient du verbe « peloter » qui de nos jours signifie « caresser longuement ». Mais au XVIIème siècle, ce mot était employé par les joueurs du jeu de paume afin de désigner l’action de s’échauffer en s’envoyant des balles avant la partie.

L’idée est donc bien de s’échauffer grâce à des préliminaires, avant de rentrer dans l’action. « Peloter » donna « pelle » qui prit naturellement le sens de préliminaires amoureux.

Une autre hypothèse souligne que « rouler une pelle » vient de l’ancien verbe « patiner » devenu avec le temps « peloter ». Or « patiner » signifiait caresser longuement.

Enfin quant à la première partie de l’expression, le verbe « rouler », il s’explique tout simplement par le mouvement circulaire de la langue.

Pourquoi dit-on une période de « vaches maigres » ?

vaches maigres

Une période de « vaches maigres » est un épisode de pauvreté, de privations, dans l’espoir de jours meilleurs.

On trouve cette expression dans la Bible, plus exactement dans l’Ancien testament. Dans un rêve Pharaon vit des vaches sortant du Nil, le fleuve sacré des Egyptiens. Sept vaches grasses suivies de sept autres maigres. Joseph, représentant la sagesse divine, va alors interpréter cette vision. Selon lui la signification est claire : deux périodes successives se présentent. Une première période de sept années de prospérité, suivie de sept années de disette.

Joseph fut alors nommé par le roi afin de préparer le pays aux années de disette qui l’attendaient. Il fit ainsi remplir les greniers et prélever le cinquième des bonnes récoltes en prévision de futures moissons moins satisfaisantes.

Ces vaches sont restées dans le langage courant comme le symbole de temps difficiles.

D’où vient l’expression « battre sa coulpe » ?

battre sa coulpe

« Battre sa coulpe » consiste à avouer sa culpabilité, reconnaitre ses torts. Le terme « coulpe » vient de « culpa » que l’on trouve dans l’expression « mea culpa ».

Cette expression date du XIIème siècle. A cette époque, les moines devaient périodiquement avouer publiquement leurs péchés, appelés «coulpes», pour les voir réparés. Lors de séances d’aveux, ils devaient se frapper la poitrine avec le poing. Tout en effectuant ce geste de pénitence, le religieux devait dire à voix haute « mea culpa », c’est-à-dire « ma faute ». Cet acte de repentance pouvait être également pratiqué par la population afin de montrer sa foi.

Aujourd’hui cette locution est la seule survivance du terme « coulpe ». Tout comme le mot, la pratique a disparu au fil des siècles. Seule reste l’expression « battre sa coulpe » qui a quitté le domaine religieux.

Quelle est l’origine de l’expression « rater le coche » ?

rater le coche

Celui qui « rate le coche » manque une bonne occasion.

Au XVIème siècle un « coche » désignait deux moyens de transports distincts. Il pouvait tout d’abord s’agir d’un véhicule attelé de type hippomobile servant au transport en commun de personnes. Mais ce même mot était également utilisé pour les transports fluviaux, très prisés à l’époque.

Pour monter à bord de ces coches d’eau il fallait se positionner à des arrêts prédéfinis, aux heures précises de passage. Si on arrivait en retard, on perdait toute chance de monter à bord. « Rater le coche » consistait donc à l’époque à ne pas pouvoir utiliser ce moyen de transport pour se déplacer ; exactement comme on peut manquer de nos jours un avion ou un train.

Si les coches ont disparu de nos villes, l’expression a traversé les siècles comme une trace du temps où l’eau remplaçait le bitume sur certains trajets.

D’où vient l’expression « tête de linotte » ?

tête de linotte

Une « tête de linotte » est une personne très étourdie, dotée de peu de mémoire. L’expression comprend la formule « tête de » qui dans la plupart des cas est péjorative.

En ornithologie, la « linotte » désigne un petit oiseau gris avec sur la tête et la gorge du rouge carmin. Par le passé la forme masculine « le linot » se rencontrait, mais aujourd’hui elle est désuète et le féminin l’a définitivement emporté.

La linotte présente la particularité anatomique d’être très petite. Notamment sa tête, et donc son cerveau, sont minuscules. De plus son caractère est depuis toujours réputé être léger et inconstant.

Dire de quelqu’un qu’il est une « tête de linotte » revient donc à comparer sa mémoire et son comportement à celui d’un adorable mais très étourdi petit passereau, dont on dit qu’il est peu futé tant il construit ses nids à portée des prédateurs.