Archive | 23 avril 2011

Miss France : Une ex-candidate présente une émission coquine sur le net !

Des filles archi-sexy qui parlent de foot… Non, nous ne sommes pas dans les pensées du « mec de base« , mais bien sur le site Ellerechauffelefoot.fr !

Le principe : de jolies présentatrices en petite tenue décryptent le championnat de Ligue 1 sur une émission en ligne, dont la première sera diffusée mardi 26 avril sur le site.

Notre ami Laurent Argelier nous a ouvert les yeux sur l’une des bombes recrutées pour animer cette émission, qui répond au nom d’Emilie Arrault. Elle n’est autre que Miss Rhône-Alpes 2006, et candidate au titre de Miss France 2007 !

Arrivée dans le top 12 le soir de l’élection, Emilie a trouvé un moyen de faire parler d’elle (et de renflouer son compte en banque, sans doute !) en se lançant dans cette nouvelle aventure. Notre petit doigt nous dit que si Geneviève de Fontenay avait toujours été en poste chez Endemol au sein du Comité Miss France, elle l’aurait traitée de tous les noms… Découvrez les teasers très coquins de ce nouveau programme dans notre lecteur vidéo ci-dessus !

Au cours de cette émission, les webspectateurs peuvent pronostiquer gratuitement sur le nombre de buts marqués au total, sur l’ensemble de la journée de championnat de Ligue 1 à venir. Les meilleurs parieurs recevront une vidéo sensuelle. De quoi faire frémir BetClic et autre Bwin !

« Au rythme d’un effeuillage aussi intense qu’un match de Premier League anglaise, elles vous présentent leurs moments chauds et leurs coups de griffes. Présidents de club, entraîneurs et joueurs n’ont qu’à bien se tenir !« , promet le site Ellerechauffelefoot.fr… Une chose est sûre, toute l’équipe de PurePeople suivra ce moment érotico-sportif avec la plus grande attention. Essentiellement pour l’amour du ballon rond, vous vous en doutez !

Carla Bruni enceinte: Retour sur trois ans et demi d’une formidable love story !

D’après le magazine Closer en kiosques depuis ce matin, Carla Bruni, 43 ans, déjà maman d’un petit Aurélien, 10 ans en juin – né de sa romance avec Raphaël Enthoven -, est bien enceinte. Le magazine (toujours très bien renseigné sur Carla Bruni et son époux) annonce la nouvelle avec certitude : « Carla Bruni-Sarkozy enfin enceinte » ! Le magazine semble très sûr de son fait.

C’est se réclamant d’une source sûre et très proche du couple que Closer annonce : « Si l’on ne sait pas encore si ce sera un garçon ou une fille – c’est beaucoup trop tôt -, ce qui est certain, c’est que la Première dame est enceinte !« . Souvenez-vous, à propos d’un deuxième bout d’chou, elle avait confié en 2009 au magazine Madame Figaro : « J’aimerais bien, mais je ne sais pas si mon âge me le permettra. Si ce n’est pas possible biologiquement, j’en adopterai un ». Et d’ajouter : « J’adorerais vraiment. J’espère en avoir un de plus. »

Un souhait qui était d’ailleurs devenu une prière quand le président français et son épouse avaient visité le dimanche 5 décembre – lors de leur visite officielle en Inde -, la cité impériale de Fatehpur Sikiri. Le couple était accompagné de la grande amie de Carla, l’ex-mannequin Farida Khelfa. Comme le veulent les traditions, c’est pieds nus (enfin pour notre président et sa femme, c’étaient des chaussons en papier noir) et têtes couvertes que le chef de l’État et Carlita avaient pénétré dans le mausolée dédié à un saint soufi, afin d’y faire des voeux en accrochant de petits rubans rouges à des grilles.

Et surprise ! Selon le responsable religieux du site, qui s’était empressé d’aller raconter l’escapade privée aux médias, la Première dame de France avait émis un souhait bien particulier. « Elle m’a demandé de prier pour qu’elle ait un fils« , avait-t-il confié à la télévision indienne.

A 43 ans, l’ex-mannequin va donc être maman pour la seconde fois, et c’est pour le couple présidentiel une exceptionnelle nouvelle. Ce sera le quatrième enfant pour Nicolas Sarkozy, et même si le président regarde vers 2012, pour le moment il protège sa Carlita le plus possible.

Elle vient de passer deux semaines dans la propriété familiale du Cap-Nègre et on ne l’a pas vue en sortie officielle depuis sa visite au salon du Livre, le 18 mars dernier. Les premiers mois sont toujours délicats et Carla va prendre toutes les précautions pour que cette grossesse arrive à son terme. Elle n’ira donc pas au Festival de Cannes pour monter les marches pour le film de Woody Allen, mais devrait profiter du sommet du G8 à Deauville (où elle sera présente) pour officialiser sa grossesse. Carla Bruni aura 44 ans le 23 décembre 2011, elle sera maman quelques semaines plus tôt !

Retour sur leur histoire d’amour :

Le publicitaire Jacques Séguéla confiait récemment qu’il regrettait de l’avoir racontée dans son ouvrage Autobiographie non autorisée (paru chez Plon), mais la rencontre entre Nicolas Sarkozy et Carla Bruni n’aurait pas été si romantique si elle n’avait pas été révélée.

Pour ceux qui y auraient échappé : un dîner pour remonter le moral du président – qui vient juste de divorcer de Cécilia – est organisé en novembre 2007 par le businessman. C’est chez lui que le chef de l’État croise l’ancien mannequin pour la première fois. Une évidence s’installe alors entre eux. Tout se passe ensuite dans la discrétion jusqu’au 15 décembre 2007, jour où le duo « non officiel » s’affiche devant les photographes au parc Disneyland Paris. Leur histoire d’amour devient alors celle de tous les Français et elle dure… depuis plus de trois ans et demi.

Le 2 février 2008, Carla Bruni et Nicolas Sarkozy se sont en effet mariés à l’Elysée, une cérémonie conduite par le maire du VIIIe arrondissement. Une union discrète, la première pour la chanteuse, et la troisième pour le président (marié en premières noces à Marie-Dominique Culioli, puis, en secondes, à Cécilia Ciganer-Albéniz devenue depuis Attias ). Nicolas Bazire et Mathilde Agostinelli – qui a divorcé entre temps et s’est remariée alors que son ex-mari Robert Agostinelli a épousé depuis Rosalie Van Breemen (l’ex compagne d’Alain Delon)… vous suivez ? – sont les témoins du marié, tandis que Farida Khelfa et Marine Delterme accompagnent leur amie Carlita vers « le grand saut ». Si l’interprète de Quelqu’un m’a dit pensait que « le mariage était un piège« , son bien-aimé hors du commun lui aura prouvé le contraire.

Depuis, la première dame est sur tous les fronts. Avec un mari détenant un agenda si surchargé, elle ne s’ennuie pas. Active sur le terrain des grandes causes (même si les résultats de sa Fondation restent opaques), aucune first lady n’avait provoqué autant d’intérêt. Il est vrai que sa prestance, l’élégance et la discrétion dont elle fait preuve en toute circonstance bluffent plus d’un critique.

L’année 2010, qui fut marquée par de nombreux voyages officiels et réceptions politiques, a été riche en émotions pour la chanteuse, qui a su, malgré la pression, gérer d’une main de maître son positionnement aux côtés de celui qu’elle aime. Premier voyage officiel en Grande Bretagne ou elle bluffe tout le monde, voyage aux États-Unis, cérémonies du 11 novembre , déjà trois défilés du 14 juillet , déplacement en Tunisie, en Chine ou en Inde, elle a su occuper son temps tantôt avec ses propres engagements, tantôt en tant que première fan, aux premiers rangs des discours de son amoureux.

A 56 ans (il les a célébrés en toute intimité le samedi 30 janvier à l’Élysée, loin de la soirée people bling-bling pour ses 53 ans), le président de la République est un homme conquis, épaulé au quotidien par une femme de caractère, âgée de 43 ans, qui a bien compris les trucs et astuces d’usage lorsque l’on possède un statut de son envergure. Si elle ne compte pas se lancer en politique, elle a bien tort. Regard enjôleur, verbe parfait, élocution chantante et arguments bien tournés, elle possède bien des atouts qui lui feraient récolter un grand succès.

Université de Bourgogne : La police enquête sur l’effraction des UFR de médecine et de pharmacie

Dans un communiqué reçu vendredi 22 avril 2011, l’université de Bourgogne informe que « des individus se sont introduits par effraction dans les locaux des UFR de médecine et de pharmacie de l’Université de Bourgogne à Dijon, dans la nuit du 17 au 18 avril 2011. Par mesure de sécurité, toutes les dispositions ont été prises par l’Université de Bourgogne pour maintenir l’égalité de traitement des étudiants inscrits aux différents concours et examens des études de santé. Le procureur de la République de Dijon (ndlr : Éric Lallement) a été informé des faits et une enquête de police est en cours ».

Courtivron (21) : La gravière de la discorde

Les habitants des communes de Coutivron et de Moloy, en Côte-d’Or, montent au créneau depuis quelques jours. En effet, une carrière de granulat pourrait voir le jour entre les deux communes, sur les rives de l’Ignon. Un projet qui n’est pas du goût de plusieurs associations, réunies pour en appeler à la préfecture de Côte-d’Or.

L’écologie au secours de la vallée

Dans un dossier de presse envoyé en avril 2011 (Voir le document joint ci-dessous), la société Vicat, qui prospecte le lieu, détaille les usages fait du granulat en précisant bien qu’il est « indispensable au bâtiment et aux travaux publics en entrant dans près de 85% de la composition du béton » : « Chaque homme consomme sept tonnes de granulats par an […]. La consommation annuelle de granulats en France est supérieur à 400 millions de tonnes ». Ce serait donc pour répondre à une demande forte à destination de Dijon, Chaumont ou Beaune, que la société souhaite étayer son maillage du territoire bourguignon. Dans le cas du projet de Coutivron, l’extraction se ferait par la RD 996, au moyen d’une piste spécifique destinée à éviter la traversée des deux villages entourant la zone – Coutivron et Moloy -, tandis qu’une installation de traitements des matériaux serait installée.

Le compte n’y est pourtant pas pour le Comité de liaison des associations et des personnes pour la protection de l’environnement et de la nature (Clapen 21*), représenté par Gisèle Daclin, qui a écrit une lettre à la préfecture de Côte-d’Or, estimant que ce projet « serait fortement nuisible pour la région et le site » en question. Plusieurs points les laissent en effet perplexes : La gravière serait notamment située à proximité du lit de l’Ignon, qui abrite selon la Truite Bourguignonne – association membre du comité qui regroupe 2.500 adhérents -, la « dernière souche autochtone de truites qui se reproduisent naturellement ». De plus, dans la lettre envoyée à la préfecture, le comité pointe du doigt « l’hérésie écologique » d’un tel projet proposé par « une entreprise étrangère à la région et qui envisage une exploitation pour alimenter en matériaux des zones géographiques très éloignées. […] Il est à remarquer que des projets semblables à Lamargelle avaient été abandonnés pour des raisons écologiques ».

Une pétition circule actuellement et recueillerait un nombre important de signatures, les « habitants s’inquiétant des dégradations aussi bien visuelles qu’auditives ou de santé ». Pour le comité, s’appuyant sur l’exemple de la base d’Arc-sur-Tille, ce projet est source de « pollution, détérioration du site et désillusions financières ». A l’inverse, le promoteur Vicat brandit la carte du réaménagement. En effet, une fois l’exploitation terminée, la société explique offrir la possibilité de réaliser un aménagement final réfléchi du site. Des plans sont même d’ores et déjà fournis promettant la création d’un plan d’eau divisée en deux parties faisant office de réserve naturelle, de zone de pêche et de base de loisirs, qui permettraient d’augmenter l’intérêt touristique de la vallée… Affaire à suivre.

(*) Associations membres du Clapen 21 : AAPPMA : La Gaule d’Arc sur Tille – ADCNA Sennecey – ASPEV Crimolois-Fauverney – Association pour la protection de l’Ignon – Association de Défense de l’Environnement de Gevrey-Chambertin – Chevigny Environnement – Hauteville Environnement – La Maison de la Nature et du Paysage – Longvic Environnement – Quétigny Environnement – Saint-Apo Environnement – UFC Que choisir 21 – Forestiers du Monde – Défense de la Vallée Foncegrive – La Truite Bourguignonne – Groupement des Pêcheurs Sportifs de Côte-d’Or.

Dijon-Longvic : La BA 102, cadre des aventures de Tanguy et Laverdure !

Avec la guerre en Libye, la base aérienne de Dijon-Longvic s’est retrouvée subrepticement au cœur de l’actualité internationale ces derniers temps. Dans un autre registre, la célèbre BA 102 pourrait refaire parler d’elle à l’occasion d’une fiction avec le tournage programmé des aventures de Tanguy et Laverdure en 3D pour grand écran, prévu dans le courant de l’année 2012… Produit à l’initiative de la société dijonnaise Meep’up entertainment, cette fiction entend renouer avec l’esprit de la célébrissime bande dessinée de Jean-Michel Charlier et Albert Uderzo. Loopings d’avions « Rafale » en 3D, action, suspense et humour : le film s’adresse autant au grand public qu’aux aficionados de Michel Tanguy et de son acolyte excentrique Ernest Laverdure. dijOnscOpe a rencontré Laurent Grivel, scénariste et producteur associé du film…

Le Rafale sur grand écran : une première !

Avec Tanguy et Laverdure – Le mal n’a pas d’ombre, Meep’up entertainment s’attaque à un monstre sacré du neuvième art, déjà adapté deux fois sur petit écran. Après Les Chevaliers du ciel dans les années 1960 et Les Nouveaux Chevaliers du ciel à la fin de la décennie 1980, les aventures des célèbres pilotes ont été ensuite portées au cinéma par Gérard Pirès. Sorti en 2005, le film Les Chevaliers du ciel, avec Benoît Magimel et Clovis Cornillac, est une libre adaptation de la bande dessinée imaginée par Jean-Michel Charlier et de Albert Uderzo, le dessinateur d’Astérix.

« Malgré la qualité de ce film, j’ai été quelque peu frustré que Tanguy et Laverdure soient remplacés par les personnages nommés Marchelli et Valois. De là est née l’idée de réaliser un film renouant avec les fondamentaux de la série BD », explique le scénariste et producteur dijonnais du film, Laurent Grivel, qui se définit volontiers comme « fan d’aviation » concrétisant un rêve de gosse. Outre la difficulté de porter à l’écran une série culte de bande dessinée, se greffe celle d’adapter des personnages de papier nées à la fin des années 1950. Restait aussi à obtenir l’autorisation de la famille Charlier pour porter les personnages à l’écran.

Entre adrénaline, humour et testostérone

« Filmer des avions de guerre sur des bases militaires ne se fait pas comme ça ! Heureusement, j’ai pu compter sur l’appui de mon amis Jean Camus, ancien lieutenant-colonel de l’armée de l’air et consultant technique du film. Il a contribué à m’ouvrir les portes chez Dassault Aviation et au sein de l’armée de l’air ; ce qui était indispensable pour filmer les avions ». Tanguy et Laverdure – Le mal n’a pas d’ombre est d’abord un film d’action, d’espionnage et d’aventure grand public qui raconte une histoire de franche camaraderie plutôt virile. « Les fans de la BD comme ceux des adaptations à la caméra ne seront pas exclus », avertit Laurent Grivel.

L’histoire est complètement fictive et ne fait pas référence à un album particulier bien qu’elle puise à l’essence même de la BD. « Elle a aussi sa part de suspense et bien sûr une une bonne dose d’humour, indispensable avec le personnage maladroit et dragueur de Laverdure », poursuit le scénariste et réalisateur. Dans le scénario du film, la BA 102 de Dijon-Longvic a un rôle de base arrière de commandement et plusieurs scènes devraient par ailleurs se dérouler dans les rues ou les bars de la capitale des ducs de Bourgogne.

Des Dijonnais parmi les acteurs…

Pour le tournage, sont également prévues des scènes à Saint-Dizier, Istres ou la base de Solenzara en Corse. « Mais celui-ci n’est pas prévu avant mai 2012 ! », précise Laurent Grivel. Pour l’heure, le casting est en cours de développement et pourrait bien réserver quelques surprises… Les Dijonnais vont être à l’honneur car le comédien Achille Ndari, devrait jouer le rôle d’un des élèves-pilotes de la base et Oleksandr Pohrebnyak, lui aussi comédien habitant à Dijon, celui d’un pilote. Mais savoir qui endossera les rôles de Tanguy et Laverdure reste pour l’heure un suspense…

« Filmer en plein vol et en 3 D des avions de chasse a un coût ! », reconnaît Jean Grivel, qui table pour l’instant sur un budget à 8 chiffres. La société Meep’up – qui réunit Damien Naulier, Oleksandr Pohrebnyak et Jean Grivel – est productrice déléguée. Font d’ores et déjà partie de l’ambitieux projet Expert Aérospace, Dassault Aviation, l’Armée de l’air et l’entreprise icaunaise Bleu ciel Air Chaud pour ses appareils aériens. Il faudra s’armer de patience avant de voir les loopings des Rafale et autres Mirage 2.000 sur grand écran. La sortie du film dans les salles obscures est envisagée à l’horizon 2014. « Nous allons avoir un gros travail de post-production », anticipe déjà Jean Grivel.