Archive | 14 avril 2011

Cannes 2011 : La sélection officielle du 64e festival !

Comme chaque année, la planète du cinéma retient son souffle avant l’annonce des films présentés au festival de Cannes. Pour la 64e édition, qui durera du 11 au 22 mai, les coeurs palpitent, et voici la sélection officielle du festival, dont le jury est présidé cette année par Robert de Niro. Mélanie Laurent sera la maîtresse de cérémonie de l’événement.

Nous vous avions proposé nos pronostics et autres indiscrétions pour cette manifestation, ainsi que les films français sélectionnés. A présent, découvrez les oeuvres en lice pour la Palme d’Or ainsi que celles qui sont hors compétition, dévoilées lors de la conférence de presse tenue par Gilles Jacob et Thierry Frémaux au Grand Hôtel, à Paris, ce 14 avril.

Le passionné Jacob a déclaré vouloir « valoriser le cinéma en tant qu’art« . L’enjeu du festival est présenté ainsi : « Préparer un écrin qui permette au film […] de trouver son efficacité et son élan. […] Présenter le film sous ses plus beaux atours. » Thierry Frémaux, délégué général du festival, rappelle que Cannes devient pour le festival un village mondial du cinéma et envisage une édition très riche. L’Egypte, au coeur de l’actualité depuis ces dernières semaines, sera mise à l’honneur et 33 pays sont représentés dans la sélection, qui comprend par ailleurs quatre réalisatrices en compétition. « Diversités géographique, générationnelle, de style et de production« , précise Thierry Frémaux.

En compétion

 The Tree of Life de Terrence Malick, avec Brad Pitt, Sean Penn et Jessica Chastain. Le retour tant attendu du grand Malick !

 La peau que j’habite (La Piel que Habito) de Pedro Almodovar, avec Antonio Banderas et Elena Anaya. Le film était prêt in extremis.

Le Gamin au vélo de Luc et Jean-Pierre Dardenne avec Cécile de France

Il était une fois en Anatolie, Nuri Bilge Ceylan

 Habemus Papam de Nanni Moretti (Palme d’Or pour La chambre du fils), avec Michel Piccoli, dont le titre fait référence à l’élection du souverain pontife

 Melancholia de Lars von Trier avec Charlotte Gainsbourg et Kirsten Dunst. Von Trier et Gainsbourg se retrouvent à Cannes après Antichrist en 2009 (prix d’interprétation féminine pour la Française).

This Must Be the Place de Paolo Sorrentino (Prix de la mise en scène en 2008 pour Il Divo) avec Sean Penn

– Le Havre d’Aki Kaurismäki

– Hearat Shulayim (Footnote) de Joseph Cedar

Michael de Markus Schleinzer

– Sleeping Beauty
de Julia Leigh

– We Need to Talk about Kevin de Lynne Ramsay

 – Hanezu no tsuki de Naomi Kawaze

Ichimei (Hara-Kiri: Death of a Samuraï) de Takashi Miike 

– La Source des femmes de Radu Mihaileanu, avec Leïla Bekhti et Hafsia Herzi

Drive de Nicolas Winding Refn, avec Carey Mulligan et Ryan Gosling

Les oeuvres françaises :

Polisse de et avec Maïwenn (Le Bal des actrices), et aussi Karin Viard, Marina Foïs et JoeyStarr

– Pater d’Alain Cavalier, avec Vincent Lindon

L’Apollonide (Souvenirs d’une maison close), de Bertrand Bonello avec un casting uniquement féminin, dont Hafsia Herzi

Hors compétition

Minuit à Paris de Woody Allen avec Marion Cotillard, Owen Wilson, Rachel McAdams et Carla Bruni fera l’ouverture du festival le 11 mai.

The Beaver (Le Complexe du castor) de et avec Jodie Foster, avec aussi Mel Gibson

Pirates des Caraïbes 4 – La Fontaine de Jouvence de Rob Marshall, avec Johnny Depp et Penélope Cruz

La Conquête de Xavier Durringer avec Denis Podalydès, sur l’ascension au pouvoir de Nicolas Sarkozy en 2007. Il sera présenté le 18 mai, jour de sa sortie en salles également. Thierry Frémaux précise qu’il n’y a eu aucune pression du gouvernement pour que le film soit pris ou pas.

The Artist de Michel Hazanavicius (OSS 117), avec Jean Dujardin et Bérénice Bejo, en noir et blanc muet

Par ailleurs, Restless de Gus van Sant (Palme d’or pour Elephant en 2003) fera l’ouverture d’Un certain regard. Dans cette section on retrouve également Robert Guédiguian et Les Neiges du Kilimanjaro.

Tout le détail de toutes les sections du festival de Cannes à suivre.

Laurence Ferrari : « Je serais ravie si les sondages étaient plus sympathiques ! »

Laurence Ferrari, reine du JT de 20h00 de TF1 (et directrice adjointe de l’information), serait-elle consciente du manque de popularité qu’elle subit ? Victime d’un malheureux déficit d’image et une baisse d’audience (caractéristique du malaise global de la chaîne depuis quelques mois) qui profite aux divertissements de France 3 et de M6, Laurence Ferrari s’explique pourtant sans langue de bois à TVmag.com. Une femme forte avec du caractère, elle ne baisse pas les bras.

Les audiences en berne au profit de Plus belle la vie et Scènes de ménages ? C’est à cause de l’actualité chargée qui effraye les téléspectateurs.

La menace de se voir remplacer par Laurent Delahousse (idée non fondée puisque le journaliste compte bien rester sur France 2 au moins jusqu’aux présidentielles) ? Fairplay, elle constate le professionnalisme du journaliste mais préfère travailler dans la sérénité : « Soit on croit en son équipe et en ce que l’on croit, soit on n’a pas les nerfs solides et il faut passer à autre chose. Mois je suis là pour longtemps et je travaille dans la sérénité. »

Le départ de Harry Roselmack qui souhaitait se consacrer aux magazines (ou préférait peut-être ne plus être joker de Laurence Ferrari) ? La pétillante blonde comprend sa décision et n’imagine aucune frustration dans le fait qu’il ne présentera pas la nouvelle émission politique de TF1 qui débutera le mois prochain. Un magazine présenté par Laurence Ferrari et François Bachy qui sera diffusé une fois par mois dans la continuité du JT.

Son manque de popularité dans les sondages (elle est souvent dépassée par Harry Roselmack, Laurent Delahousse et même Claire Chazal) ? « Je ne l’explique pas… Mais si ces sondages voulaient être plus sympathiques avec moi, j’en serais ravie ! (sourire). Je n’ai pas envie de me trouver de fausses excuses. Je suis comme je suis, sans concessions, et journaliste jusqu’au bout des ongles. Si je posais problème, les téléspectateurs ne seraient pas sept millions tous les soirs à regarder le journal que je présente. »

A noter que TF1 ne faiblit pas dans la confiance qu’il accorde à la journaliste puisque, outre ce magazine politique, elle sera en charge d’émissions en prime-time à l’approche des élections.

Il faut bien reconnaître qu’elle a des nerfs Ferrari, elle avait tenu le coup contre vents et marées et des tonnes de critiques lors de sa nomination en lieu et place de PPDA !

Cannes 2011 : La Conquête et tous les films français sélectionnés !

Sans plus attendre, découvrez les films français en sélection pour le 64e festival de Cannes, dont le jury est présidé cette année par Robert de Niro.

Hors compétition

Le couple présidentiel français va créer le buzz sur la Croisette cette année ! Alors que Minuit à Paris, film de Woody Allen dans lequel apparaît Carla Bruni, fait l’ouverture du 64e festival de Cannes, La Conquête, long métrage sur la campagne présidentielle de 2007, est sélectionné hors compétition !

Cette nouvelle, que nous obtenons quelques minutes avant l’annonce officielle des films présentés au festival de Cannes, fait l’effet d’une bombe. Ce long métrage de Xavier Durringer, avec Denis Podalydès dans le rôle de Nicolas Sarkozy, est enveloppé de mystère. Personne n’a pu le voir, surtout pas à l’Elysée !

Quant aux acteurs, « ils n’ont pas vu l’oeuvre terminée. Seuls quelques membres du comité de sélection du festival de Cannes ont eu ce privilège« , précise le site d’Europe 1. Selon la station radio, « les producteurs ne voulaient donc pas risquer la moindre pression et demande de modification du scénario ou du montage. […] Toute la violence des rivalités de 2007 entre Sarkozystes et Chiraquiens y est restituée. Tout comme la relation orageuse entre le candidat et son épouse de l’époque : Cécilia. »

The Artist, de Michel Hazanavicius, avec Jean Dujardin et Bérénice Bejo, film en noir et blanc muet est également en sélection, hors compétition.

En compétition

Malgré les bruits cannois, Christophe Honoré et ses Bien-aimés n’ira pas à Cannes. En revanche, trois autres oeuvres français ont été choisies :

Polisse de Maïwenn, dans lequel elle joue également, aux côtés de JoeyStarr, Karin Viard, Marina Foïs et Nicolas Duvauchelle. Il s’agit d’un film sur le quotidien de la brigade anti-criminalité parisienne.

L’Apollonide (Souvenirs d’une maison close) de Bertrand Bonello avec Hafsia Herzi

Pater d’Alain Cavalier avec Vincent Lindon

La suite est à venir !

Catherine Zeta-Jones hospitalisée pour troubles bipolaires !

Après une année 2010 difficile où on l’a vue en femme dévouée et mère attentive, Catherine Zeta-Jones vient de subir le contrecoup de sa générosité. Sa porte-parole vient de révéler que l’actrice britannique a suivi un traitement pour comportement maniaco-dépressif dans un établissement spécialisé, l’espace de cinq jours.

« Après le stress de l’année passée, Catherine a décidé de faire un séjour dans un établissement spécialisé pour traiter ses troubles maniaco-dépressifs. Elle va très bien et elle est impatiente de commencer à retravailler dès cette semaine, sur ses deux prochains films » a déclaré Cece Yorke, représentante de l’actrice, dans un communiqué envoyé à l’AFP.

En permanence aux côtés de son mari Michael Douglas durant toute sa lutte héroïque contre un cancer de la gorge qui l’avait beaucoup diminué, Catherine Zeta-Jones a subi de plein front son dévouement, se comportant en épouse digne durant cette période exigeante. Et le comédien, Oscar du meilleur acteur pour sa prestation dans Wall Street qui était venu en célibataire le 12 avril à New York pour fêter le 120e anniversaire du Carnagie Hall, n’avait pas caché que sans le soutien indéfectible de sa femme et de sa famille, sa guérison aurait été beaucoup plus compliquée.

Suivant le dictionnaire, le syndrome maniaco-dépressif, encore appelé désordre bipolaire, est un trouble de l’humeur, caractérisé par des passages alternant euphorie et dépression. C’est ce même syndrome qui avait affecté Britney Spears et bien d’autres stars hollywoodiennes, ces dernières années.

« Catherine voulait être sûre de pouvoir assumer de nouveau, son rôle de comédienne. C’est la raison pour laquelle, elle a décidé elle-même de se faire hospitaliser afin d’être certaine de sa forme, et elle est en pleine forme…je peux vous l’assurer » a témoigné, à l’hebdomadaire américain People, un ami très proche.

Âgée de 41 ans, Catherine Zeta-Jones va donc, pour notre plus grand plaisir, retrouver le chemin des studios. Le réalisateur Gabriele Muccino devrait, dans le jours à venir, débuter le tournage de Playing The Field, où elle aura comme partenaires Gerard Butler, Dennis Quaid, Jessica Biel, Uma Thurman, Ethan Hawke

Un casting de rêve pour oublier les soucis personnels.

Dijon : D’avril à juin, la croisière s’amuse à la Péniche cancale !

Dans un communiqué reçu lundi 11 avril 2011, la Péniche Cancale, installée à Dijon, annonce son programme du 14 avril au 05 juin 2011. 

Pour en savoir plus, lire le dossier de presse ci-joint et l’édito ci-dessous. 

« Un concert rock, afro, jazz, funk, pop, reggae, chanson, hip hop, folk, electro ou latino ? Un apéro gourmand sur le pont-terrasse, avec les canards en bande-son ? Un spectacle de cirque sur le quai ou du théâtre jeune public dans la cale ? Un brunch le dimanche (13h-15h), en amoureux, en famille ou entre amis ? Un apéro musical Soul Food, une boum Love Boat ou une soirée electro Bateau Ivre ? Une dégustation de vins ou de jus de fruits en compagnie de producteurs passionnés ? Un concours de pétanque pour la Fête du travail ou un goûter choco punk pour la Fête du Port du Canal ? 

Culturelle et conviviale, exigeante et populaire, la programmation de la Péniche Cancale vous invite à voyager autour du monde, avec pour guides des artistes en tout genre, musiciens, Djs, comédiens, clowns, réalisateurs, illustrateurs… 

Des artistes d’ici et d’ailleurs, régionaux (Dijon, Mâcon, Besançon), nationaux (Paris, Lyon, Bordeaux), européens (Belgique, Suisse, Allemagne, Angleterre, Espagne) et internationaux (Sénégal, Guinée, Etats-Unis, Canada, Colombie). 

Embarquement immédiat ! » 

Dijon : Une journée de débats pour construire l’égalité professionnelle jeudi 14 avril

Dans un communiqué reçu mercredi 06 avril 2011, le réseau régional Femmes égalité emploi (FETE), l’association Origines, femmes et emploi (ORFEE), et leurs partenaires annoncent une journée de débats pour construire l’égalité professionnelle et défaire la discrimination jeudi 14 avril 2011, dans les locaux d’Agrosup (université de Bourgogne). 

« Inter@ctives en Bourgogne — Une journée de débats pour construire l’égalité professionnelle et défaire la discrimination 

Le contexte économique particulièrement difficile suscite une prise de conscience des inégalités professionnelles et de la précarité d’une grande partie des femmes sur le marché du travail. FETE souhaite initier une réflexion sur la situation actuelle de l’emploi des femmes de toutes origines en Bourgogne :  

– Quelles avancées ou quels reculs en terme de non discrimination à l’embauche, d’égalité hommes/femmes et entre les femmes elles mêmes ?  
– Quelle responsabilisation des femmes ?  
– Quelles interventions des acteurs aux échelons local et régional ?  

A travers les interventions et les témoignages croisés d’experts, d’acteurs régionaux et de femmes en emploi ou en recherche d’emploi, cette journée se donne pour but :  
– de cerner les principaux freins des femmes de toutes origines pour accéder à l’emploi et s’y maintenir 
– de recueillir les témoignages de femmes ayant réussi leur parcours  
– de recenser les initiatives et les moyens mis en œuvre dans les quatre départements de la Bourgogne, pour faire avancer l’égalité professionnelle et reculer la double discrimination (sexe, origine).  
– de favoriser un échange de pratiques sur et entre différents bassins – Chalon-sur-Saône, Dijon, Nevers et Sens. 

Cette manifestation s’adresse aux professionnels de l’emploi et de la formation, aux associations, aux acteurs sociaux, aux entreprises, aux élus, aux institutionnels et à tout public, femmes et hommes intéressés et/ou concernés par la thématique. 

> Le jeudi 14 avril 2011—de 9h à 17h 

Programme de la journée 

– 9h00 Accueil des participants  
– 9h45 Ouverture régionale du colloque  
* Philippe HERVIEU : Vice-Président du Conseil régional de Bourgogne, en charge de l’Économie sociale et solidaire 
* Nicolas NIBOUREL : Directeur régional adjoint, Direction régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale  
– 10h00  Table ronde : Accès à l’emploi, parcours de femmes de toutes origines, double discrimination et actions mises en œuvre  
> Intervenant(e)s :  
* Ahmed BENYACHI : Sociologue, IFAR (Intervention Formation Action Recherche) 
* Rabia BENYAKOUB : Élue à la municipalité du Creusot 
* Tatiani GILLIER : Présidente de l’association ORFEE (Origines, Femmes et Emploi) 
* Mélanie MEHAREZ : Chargée de mission parrainage et relations externes, AFIP (Association pour l’Intégration Professionnelle) 
* Mahrez OKBA : Chargé des questions liées à l’immigration, sous-direction Emploi et marché du travail, DARES (Direction de l’Animation de la Recherche, des Etudes et des Statistiques) 
– 11h30  Échanges entre les participants des différents sites : Dijon, Chalon-sur-Saône, Nevers et Sens 
– 14h00  Lancement des ateliers territoriaux – Avec la présence de nombreux partenaires de l’emploi, de l’insertion et de la formation, ainsi que des représentants institutionnels 
> Intervenantes à Dijon : Marion BAGNARD, AMACOD / Khadija HAAS, Association ORFEE / Nelly METGE, Adjointe déléguée à l’Emploi, l’Insertion et à l’Economie Sociale et Solidaire de la Ville de Dijon, Ombeline POULET / CIBC Bourgogne Sud 
– 15h45  Mise en commun : échanges, réflexion, perspectives…  
– 17h00  Clôture et remerciements 

  • infOs pratiques 

Agrosup
Université de Bourgogne  

26 boulevard Docteur Petitjean
21000 Dijon (nous vous conseillons de prendre l’entrée située sur la rue Champs Prévois) »

Dijon : Le rock refait le monde !

Le rock et l’art contemporain peuvent-ils faire bon ménage ? Pour les initiateurs du festival One + One à Dijon, la réponse est oui. Elle ne serait pas contredite par Andy Warhol ou le Velvet Underground… Du samedi 16 avril au samedi 28 mai 2011, les galeries d’art dijonnaises inviteront des plasticiens fans de rock’n’roll en passant des vinyles, tandis que les salles de musiques actuelles viendront flirter avec la musique expérimentale ! Un maelström esthétique qu’Arnaud Maguet, plasticien, musicien et patron d’un label indépendant, apprécie tout particulièrement… A l’occasion de l’exposition musicale qu’il présentera à la galerie Interface en collaboration avec l’artiste Olivier Millagou, dès samedi 16 avril, il évoque pour dijOnscOpe son travail autour des bars de blues clandestins du début du XXème siècle et son goût pour le « désenchantement sous le soleil », entre soleil hawaïen et cabanes de plage calcinées…

Le rock et l’art contemporain, un amour de quarante ans

Des Rolling Stones aux Pink Floyd, nombreux sont les groupes de rock mythiques à s’être formés pendant leurs études aux Beaux-Arts… Dans les années 2000, des formations comme Bloc Party ont d’ailleurs suivi le même parcours. Le rapport entre le monde de l’art – présumé élitiste – et le rock – présumé populaire – n’est donc pas une vue de l’esprit. Depuis les années 1970, l’univers confiné des galeries d’art s’ouvre ainsi au rock’n’roll pour inventer du neuf : encadré par Andy Warhol, le Velvet Underground inaugurera des performances visuelles inédites avec le spectacle Exploding. Plastic. Inevitable., monté par Warhol, qui mêlait musique, projection de films sur les corps des musiciens et danses sado-masochistes…

Du samedi 16 avril au 28 mai 2011 à Dijon, les performances de Gerard Malanga ne viendront pas donner de coups de fouets rageurs dans l’air comme au temps de la Factory mais, à l’initiative de l’artiste Bertrand Kelle et de la galerie Interface, la capitale des Ducs de Bourgogne devrait connaître quelques belles secousses… « Le rock compte un lot particulièrement garni de musiciens tués ou morts prématurément. Certains mythes circulent même, qui disent que le gouvernement américain aurait fait tuer plusieurs précurseurs du genre, à l’époque considérés comme une menace potentielle ! », note Nadège Marreau, membre de la galerie Interface à Dijon.

Ces contes et légendes liées au rock’n’roll le nourrissent continuellement et peuvent même devenir source d’inspiration… C’est le cas de la performance proposée par Bertrand Kelle et Appareil pendant le festival, qui revisiteront la chanson Come Together, écrite par John Lennon pour les Beatles, dans laquelle il lance un – prémonitoire ? – « shoot me !« . Littéralement : tire-moi dessus. Il mourra assassiné le 08 décembre 1980 à New York. « D’une manière plus générale, le festival accueillera des artistes qui travaillent sur la légende du rock, sa mythologie et la question de la performance scénique », précise Nadège Marreau.

Arnaud Maguet, du blues aux expériences plastiques

Arnaud Maguet, plasticien et musicien niçois, sera de la partie à la galerie Interface pendant toute la durée du festival. Enseignant au musée des Beaux-Arts de Nice, il est également patron du label Les disques en rotin réunis, fondé en l’an 2000… « Nous ne vendons que des vinyles », précise-t-il. Déjà, le goût du plasticien pour le bel objet se fait sentir… « Je n’achète que ça. De toute façon le CD est mort : pour écouter de la musique les gens ont soit le numérique – et nos artistes proposent la leur gratuitement sur notre site -, soit les vinyles pour les collectionneurs. Voilà tout », souligne Arnaud Maguet.

Egalement musicien pour des groupes comme Bader Motor – « du riviera-kraut-rock [sic] » – ou Hi-Fi Club, il est un habitué des bandes originales d’exposition. Pour D’une dérive à l’autre ou la tentation du twin fin, l’exposition de la galerie Interface, il a par exemple enregistré à grands renforts de guitares un thème de musique hawaïenne, « sans savoir vraiment en jouer », note-t-il. La base du rock en quelque sorte, façonnée par des décennies de philosophie do it yourself.

Des rapports entre rock et art contemporain, Arnaud Maguet en sait un rayon, lui qui travaille plus particulièrement autour d’installations monumentales puisées aux origines du blues… « Les juke joint, bars implantés aux abords des champs du Sud des Etats-Unis, étaient construits clandestinement par la population noire. Les membres de la communauté s’y retrouvaient pour passer du bon temps en buvant et en écoutant du blues ; mais ces rendez-vous étaient marqués du sceau de l’éphémère : dès qu’ils étaient dénichés, ces lieux étaient détruits », explique Arnaud Maguet. La légende voudrait même qu’Elvis Presley ait découvert le blues en faisant le mur pour écouter des bribes de musique aux abords des juke joint… « J’ai repris l’esprit de cet endroit séminal, mystérieux et éphémère pour en faire des installations temporaires grandeur nature », explique Arnaud Maguet.

Une exposition entre bars clandestins (brûlés) et noix de coco…

Et le concept a mûri. Aujourd’hui, le plasticien pousse la démarche encore plus loin en créant ici des cabanes de plage calcinées pour les championnats du monde de longboard à Biarritz ; ou là une scène gigantesque détruite par les flammes pour le décor d’un festival de musique… « En passant devant, le public se demandait vraiment s’il y avait eu un accident, si quelqu’un était mort, si le concert avait eu lieu etc. », s’amuse Arnaud Maguet.

Que verra-t-on de lui à la galerie Interface du samedi 16 avril au samedi 28 mai ? Les restes de ces expériences passées. « Je garde systématiquement les reliques des moments éphémères que je crée avec mes juke point. Pas n’importe quelles reliques : sur le bois, je grave toujours des titres de blues, souvent en rapport avec le diable et l’enfer », explique-t-il. Sur les restes de l’escalier d’accès d’une scène calcinée, par exemple : les mots Hell Hound on My Trail, en hommage au bluesman Robert Johnson

Dès samedi 16 avril, la galerie accueillera donc cette exposition aux faux airs de fouilles archéologiques, le tout accompagné de musique hawaïenne sortie des noix de coco d’Olivier Millagou ! « Avec Olivier, nous aimons beaucoup travailler sur l’envers du décor, surtout celui des lieux de villégiature comme la Côte d’Azur ou Hawaï », relève Arnaud Maguet. Après un travail commun nommé Surf now, Apocalypse later, où ils avaient fait reproduire les planches de surf du film Apocalypse Now, les deux artistes se retrouvent donc ici autour de leur sujet de prédilection : « le désenchantement sous le soleil », conclut Arnaud Maguet…

  • infOs pratiques

L’exposition D’une dérive à l’autre ou la tentation du twin fin aura lieu du samedi 16 avril au samedi 25 mai 2011 à la galerie Interface, 12 rue Chancelier de l’Hospital à Dijon.

Pour tout savoir sur le festival One + One, consulter le programme ici.