POURQUOI LES MARINS ONT UN POMPON ROUGE SUR LEUR CHAPEAU ?

Ils sont en blanc et bleu, de la tête aux pieds. Mais tout en haut de leur bonnet, les marins arborent une énigmatique boule rouge, qui détonne avec leur accoutrement : un pompon de laine. Pourquoi donc ? On vous explique tout.

Il est tel une cerise sur une tarte meringuée. Le pompon rouge au-dessus des chapeaux des marins ternie (ou embellie, selon les goûts de chacun) leur bel uniforme bleu et blanc. Trois légendes entourent ce mystérieux ornement. Mais qu’elle est donc la véritable explication derrière cette petite touffe de laine ?

De nombreux fabulations

La première hypothèse prétend que l’origine du pompon sur le bonnet des marins était motivée par un souci de sécurité« C’était […] un repère rouge bien visible, pensait-on, si le marin venait à tomber à la mer », est-il indiqué sur le site Être marin. Néanmoins, il est fort probable qu’un marin passé à la baille — c’est-à-dire précipité à l’eau — perde son couvre-chef en route. Cette hypothèse est donc peu fiable.

Une autre hypothèse réside dans sa fonction protectrice : le pompon aurait permis d’amortir les chocs du crâne dans les coursives, passages étroits des navires aux plafonds bas. Mais là aussi, il ne s’agirait que d’une pure spéculation. Au début du XVIIIe, les hommes étaient bien moins grands — en moyenne 10 centimètres de moins qu’aujourd’hui — rappelle l’Association centrale d’officiers mariniers de marins de réserve (ACOMAR). De quoi rendre les barrots moins impressionnants qu’aujourd’hui lors de la circulation dans les couloirs. Si le pompon a un jour réussi à amortir quelques chocs, ce n’est donc pas la raison de son existence.

Selon la dernière hypothèse, « toucher le pompon » apporterait la chance à celui — ou plutôt celle — qui le touche. « Mais on identifie là l’esprit inventif du marin, qui a trouvé un bon moyen d’entrer en contact avec la fille assez naïve pour croire à cette fable », s’amuse l’ACOMAR. Cette touffe en laine n’avait ainsi rien d’un « porte-bonheur », mais constituait un moyen habile pour les cols-bleus de tenter un rapprochement avec leur convoitée.

Une seule coupable : la couture

Alors, où se trouve la vérité ? En fait, la raison du pompon est une simple question… de style. Il était une manière de terminer le bonnet de marin, aussi appelé « bachi ». Composé d’une seule pièce, en drap de laine bleu foncé, ce couvre-chef se termine comme le béret basque : par un petit fil de laine.

Pour éviter cet appendice « disgracieux », il a été proposé de le camoufler en y greffant un pompon bicolore, bleu et rouge. Une décision prise dans les années 1840, où les conditions dans les navires s’étaient déjà grandement améliorées — n’en déplaisent à leurs recoins fourbes provocant les soit-disants chocs. Les marins avaient pour ordre de confectionner cette houppette eux-mêmes, et de la placer au sommet de leur bachi. Elle s’est ainsi installée définitivement sur le haut de leurs têtes.

Finalement, le 27 mars 1858, un communiqué de la Marine française décrète que le pompon doit désormais être exclusivement rouge. Ses mensurations officielles ont aussi été définies : il mesurera 8 centimètres de diamètre, 2,5 centimètres de hauteur pour un poids de 14,10 grammes. Par ailleurs, dans le scoutisme marin, le pompon existe toujours également. Mais il a lui conservé le bleu, et non le rouge.

Et voilà, vous savez tout sur le pompon.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.