Hermine de Clermont-Tonnerre est morte

Hermine de Clermont-Tonnerre au photocall du Gala du Coeur au profit de l'association Mécénat Chirurgie Cardiaque dans la salle Gaveau de Paris, France, le 28 janvier 2020. © Giancarlo Gorassini/Bestimage

Triste nouvelle pour le monde de la jet-set : la princesse Hermine de Clermont-Tonnerre est morte ce vendredi 3 juillet 2020. Figure incontournable des soirées people, elle avait 54 ans.

Hermine de Clermont-Tonnerre est morte. Figure du monde de la jet-set, personnalité de télévision, représentante du savoir-vivre… elle était tout cela à la fois. Cette mondaine découverte par le grand public dans La Ferme Célébrités en 2010 avait 54 ans.

Un communiqué officiel envoyé par la famille annonce qu’elle est décédée ce vendredi 3 juillet 2020 : « Hermine de Clermont-Tonnerre, née en 1966 vient de nous quitter après un mois de coma dans l’hôpital du Kremlin Bicêtre suite à un tragique accident de moto. Elle s’est éteinte entourée de toute sa famille. Fille du Duc et Prince Charles Henry de Clermont-Tonnerre et de Anne Moranvillé. Avec son compagnon Alastair Cuddeford elle a eu deux enfants : Allegra et Calixte. Toute sa famille et ses amis garderont d’Hermine le souvenir d’une grande dame au grand coeur qui avait toujours du temps pour les autres. Il suffisait qu’elle entre dans une fête pour changer l’ambiance et dynamiser toute l’assistance. Elle restera comme une référence pour la fin du XX° siècle d’un art de vivre. Elle vous transportait avec une joie et une gentillesse que l’on que l’on n’est pas près d’oublier tout comme son sourire même si elle en a dérouté plus d’un par sa franchise et son enthousiasme. »

Elle avait été victime d’une grave accident de moto le 1er juin dernier et était depuis dans le coma. Comme en témoigne un message posté sur Facebook le 21 juin par son ami Emmanuel de Brantessa famille était à son chevet dans cette terrible épreuve.

Hermine de Clermont-Tonnerre, née en 1966 Marie-Hermine Antoinette de Clermont-Tonnerre, avait deux enfants : Allegra (née en 2003) et Calixte (né en 2005), fruits de son amour passé avec Alastair Cuddeford, un homme d’affaires anglais qui exerçait le métier de trader. Après avoir longtemps habité le quartier de Montmartre, elle avait ainsi été amenée à déménager… mais toujours dans la capitale, pour que ses enfants puissent continuer leurs études. Des enfants qui accompagnaient parfois leur illustre maman à des soirées people ou des spectacles.

PRINCESSE, BORDEL !

Hermine de Clermont-Tonnerre, qui se faisait appeler princesse, était issue de la noblesse par son défunt papa, Charles-Henri, 11e duc de Clermont-Tonnerre, mort en 1999. La devise de son clan était : « Même si tous, moi non. » Un clan dont les armoiries papales avaient été accordées par le pape Calixte II. Sa mère était Anne Péronnelle Cécile Marie Moranvillé. Cet héritage aristocratique, elle l’assumait et le revendiquait. Invitée en 2019 de France Inter, pour un sujet sur la noblesse, elle rappelait qu’enfant sa mère lui disait qu’elle n’avait « que des devoirs, pas de droits » et qu’elle devait s’estimer déjà chanceuse de porter ce patronyme. Évoquant les artistes qui ont longtemps essayé de cacher leur appartenance à la noblesse, elle déclarait : « Il n’y avait personne [parmi les personnalités médiatiques, NDLR] d’abord parce qu’on se doit d’être discret. Enfin, je suis celle qui a pas bien compris le mot discrétion dans ma famille.« 

Hermine de Clermont-Tonnerre, qui avait débuté comme styliste chez Dior avant de se lancer dans la communication événementielle, a longtemps été une figure incontournable de la jet-set. Toujours sur France Inter, elle reniait cependant son passé de jet-setteuse, réclamant d’être présentée comme « journaliste, écrivain, artiste » et soulignant avoir « une boîte de marketing, stratégie et communication« . Fière de son parcours, elle ajoutait : « Merde, ça bosse les princesses, bordel ! Et c’est grossières comme ça veut ! » Un lange rock’n’roll qui se ressentait dans sa vie, elle qui aimait les bolides et la vitesse.

Hermine de Clermont-Tonnerre avait notamment publié les ouvrages Politesse oblige : Le Savoir-Vivre aujourd’huiUn jour mon prince viendra, mais où, quand, comment ? : Savoir-aimerMon prince est venu : pour un temps, pour longtemps, ou pour toujours ? ou encore L’Art et la manière du discours de mariage. Mais elle s’était également illustrée en prenant part à plusieurs éditions du Rallye des Princesses, en étant membre du jury lors de l’élection de Miss France 2003 ainsi que comme candidate dans deux émissions de télé-réalité : Fear Factor (2004) et La Ferme Célébrités (2010). Elle avait en outre brièvement joué les actrices, apparaissant par exemple dans la comédie Trois zéros de Fabien Onteniente.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.