Archive | 17 janvier 2012

Irina Shayk : L’amoureuse de Cristiano Ronaldo est indécemment sexy

Irina Shayk pose pour la marque Guess

Irina Shayk fait sensation pour la marque Guess

Irina Shayk pose de façon sexy pour la marque Guess

Irina Shayk femme fatale pour la marque Guess

La sublime Irina Shayk pose pour la marque Guess

Irina Shayk pose pour la marque Guess

Irina Shayk pose pour la marque Guess

Irina Shayk pose pour la marque Guess

Dans les rues new-yorkaises, Irina Shayk, compagne de l’attaquant du Real Madrid Cristiano Ronaldo, sait parfaitement montrer qu’elle a beaucoup de style, arborant de la fourrure pour se protéger du froid. Mais ici, ce sont les habits de la marque Guess que le top-model russe met en valeur.

Avec une chemise déboutonnée de façon indécente, la sculpturale Irina Shayk fait tourner les têtes en un clin d’oeil. Evidemment, la jeune femme, égérie pour la lingerie Intimissimi, a déjà montré beaucoup de parties de son corps en sous-vêtements, mais les poses suggestives qu’elle a pour Guess sont réjouissantes.

Si on l’a vue poser topless pour la marque de jeans Replay, la beauté fatale garde le haut pour cette série de clichés de la maison Guess, mais personne ne lui en voudra. La star de 26 ans aux mensurations parfaites (86,5-58-88) a tous les atouts pour faire rêver, qu’elle soit recouverte de tissu ou pas. Attention, Irina Shayk n’est pas la seule à faire des ravages habillée de la tête aux pieds par Guess, l’actrice Amber Heard (Rhum Express) a beaucoup de talents également…

TRUCS ET ASTUCES

ÉCLAIRCIR L’HUILE DE CUISSON
Les dépôts se formant à la surface de votre huile de cuisson seront faciles à éliminer si vous utilisez la méthode suivante. Faites reposer l’huile deux ou trois minutes et déposez-y prudemment un blanc d’œuf. Ce dernier, en cuisant, attirera à lui les dépôts et autres impuretés. Retirez-le ensuite à l’aide d’une écumoire.

 

ANTIROUILLE POUR OUTILS
Placer quelques boules de naphtaline dans votre caisse à outils leur évitera d’être envahis par la rouille. Un petit truc simple, efficace et économique!

 

OUI MON BIJOU!
Vous désirez redonner de l’éclat à vos bijoux, bracelets, bagues ou colliers? Rien de plus facile. Frottez-les soigneusement avec un peu de dentifrice appliqué sur une brosse à dents. Rincez abondamment ensuite et admirez le résultat!

 

CONTRER LA MAUVAISE ODEUR, ÇA MARCHE!
Une mauvaise odeur émane de vos chaussures? Essayez ce petit truc simple et efficace pour l’enrayer. Versez-y une goutte d’huile essentielle de pin. Vous verrez, ça marche!

 

DE BELLES DENTS BLANCHES
Vous souhaiteriez avoir des dents plus blanches? Facile… Brossez-les tous les jours avec du jus de citron frais. Une autre solution consiste à utiliser du bicarbonate de soude, mais ce dernier risque d’en abîmer l’émail si on y recourt trop fréquemment.

 

STRESS = CHOCOLAT
Si le stress vous gagne, prenez une petite pause… chocolat! Ce dernier, grâce à sa teneur en minéraux, en vitamines et en antioxydants, est reconnu comme un excellent agent antistress. Alors, pourquoi s’en priver?

Eric Charden parle de son cancer

En novembre dernier on apprenait avec tristesse le cancer d’Eric Charden. Le chanteur livre aujourd’hui une interview pleine d’émotion et de courage.
 
Cela fait maintenant plus d’un an qu’ Eric Charden mène son combat contre la maladie. Très entouré, il peut compter sur le soutien de sa femme Gabrielle, de tous ses enfants, mais également de son ex-compagne Annie Stone avec qui il formait le duo mythique Stone et Charden.
 
Dans l’interview qu’il a donné à Paris Match, le chanteur raconte que son cancer des ganglions a été difficile à détecter. Ce n’est qu’après une violente poussée de fièvre et être « tombé dans une sorte de coma » que ses médecins lui diagnostiquent la maladie de Hodgkin, « une forme de cancer qui touche habituellement les gens entre 30 et 40 ans ».
 
Durant son coma, il raconte avoir vu « cette grande lumière dont parle ceux qui arrivent aux portes de la mort ». Il évoque aussi Luciole, son ange-gardien et se souvient avoir croisé La Fontaine, Bossuet et Fénelon autour d’un bar avant d’être rappelé sur terre…
 
Le traitement qu’il subit depuis est très lourd et comporte des effets secondaires violents. « Je suis resté dix jours à l’hôpital n’ayant plus la force de me lever ni d’avaler quoi que ce soir. Une fois rentré chez moi, il m’était interdit de mettre le nez dehors car je n’avais plus aucune défense immunitaire » confie le chanteur.
 

Malgré tout, Eric Charden écrit, peint et a même enregistré un nouvel album avec sa complice Stone. Il garde un grand espoir et déclare que son cancer « est de ceux qui guérissent ». Grâce au soutien de ses proches, il se rend aujourd’hui compte que « chaque moment est précieux. On devient conscient de chaque journée, de chaque nuit passée auprès de l’être aimé ».

 

Les photos du calendrier Pirelli 2012

Le Calendrier Pirelli de 2012 est enfin disponible

à découvrir les 25 clichés des 12 mannequins et actrices (dont Milla Jovovitch et Kate Moss) prises en photo par l’italien Mario Sorrenti en Corse.

 

Milla Jovovitch pose pour le calendrier Pirelli 2012

1 – Milla Jovovitch pose pour le calendrier Pirelli 2012

 

Margareth Made pose pour le calendrier Pirelli 2012

2 – Margareth Made pose pour le calendrier Pirelli 2012

 

Malgosia Bela pose pour le calendrier Pirelli 2012

3 – Malgosia Bela pose pour le calendrier Pirelli 2012

 

Malgosia Bela pose pour le calendrier Pirelli 2012

4 – Malgosia Bela pose pour le calendrier Pirelli 2012

 

Lara Stone pose pour le calendrier Pirelli 2012

5 – Lara Stone pose pour le calendrier Pirelli 2012

 

Lara Stone pose pour le calendrier Pirelli 2012

6 – Lara Stone pose pour le calendrier Pirelli 2012

 

Kate Moss pose pour le calendrier Pirelli 2012

7 – Kate Moss pose pour le calendrier Pirelli 2012

 

Kate Moss pose pour le calendrier Pirelli 2012

8 – Kate Moss pose pour le calendrier Pirelli 2012

 

Joan Smalls pose pour le calendrier Pirelli 2012

9 – Joan Smalls pose pour le calendrier Pirelli 2012

 

Joan Smalls pose pour le calendrier Pirelli 2012

10 – Joan Smalls pose pour le calendrier Pirelli 2012

 

Margareth Made pose pour le calendrier Pirelli 2012

11 – Margareth Made pose pour le calendrier Pirelli 2012

 

Guinevere Van Seenus pose pour le calendrier Pirelli 2012

12 – Guinevere Van Seenus pose pour le calendrier Pirelli 2012

 

Isabeli Fontana pose pour le calendrier Pirelli 2012

13 – Isabeli Fontana pose pour le calendrier Pirelli 2012

 

Milla Jovovitch pose pour le calendrier Pirelli 2012

14 – Milla Jovovitch pose pour le calendrier Pirelli 2012

 

Guinevere Van Seenus pose pour le calendrier Pirelli 2012

15 – Guinevere Van Seenus pose pour le calendrier Pirelli 2012

 

Edita Vilkeviciute pose pour le calendrier Pirelli 2012

16 – Edita Vilkeviciute pose pour le calendrier Pirelli 2012

 

Edita Vilkeviciute pose pour le calendrier Pirelli 2012

17 – Edita Vilkeviciute pose pour le calendrier Pirelli 2012

 

Margareth Made pose pour le calendrier Pirelli 2012

18 – Margareth Made pose pour le calendrier Pirelli 2012

 

Milla Jovovitch pose pour le calendrier Pirelli 2012

19 – Milla Jovovitch pose pour le calendrier Pirelli 2012

 

Natasha Poly pose pour le calendrier Pirelli 2012

20 – Natasha Poly pose pour le calendrier Pirelli 2012

 

Natasha Poly pose pour le calendrier Pirelli 2012

21 – Natasha Poly pose pour le calendrier Pirelli 2012

 

Natasha Poly pose pour le calendrier Pirelli 2012

22 – Natasha Poly pose pour le calendrier Pirelli 2012

 

Rinko Kikuchi pose pour le calendrier Pirelli 2012

23 – Rinko Kikuchi pose pour le calendrier Pirelli 2012

 

Rinko Kikuchi pose pour le calendrier Pirelli 2012

24 – Rinko Kikuchi pose pour le calendrier Pirelli 2012

 

Saskia de Brauw pose pour le calendrier Pirelli 2012

25 – Saskia de Brauw pose pour le calendrier Pirelli 2012

 

Saskia de Brauw pose pour le calendrier Pirelli 2012

26 – Saskia de Brauw pose pour le calendrier Pirelli 2012

Elle vend ses fesses pour arrondir ses fins de mois

En quête d’astuces pour joindre les deux bouts ?

Cette jeune néo-zélandaise a trouvé une solution bien particulière pour payer ses factures. Elle a mis ses fesses aux enchères sur Internet ! 

Tina Beznec est une jeune néo-zélandaise de 23 ans qui s’est retrouvée au chômage deux fois cette année. 

Pour assurer ses arrières et continuer de payer ses factures, la jeune femme a eu une idée assez originale : elle a mis ses fesses aux enchères sur un site Internet. L’heureux gagnant de ces enchères pas comme les autres aura le droit de lui tatouer ce qu’il souhaite sur les fesses, à deux conditions cependant : il ne pourra choisir qu’une fesse, et le tatouage ne devra pas dépasser 9×9 centimètres. 

L’annonce a fait un tabac. La jeune femme a réussi à récolter près de 6300 euros. 

Généreuse, Tina a promis que 20% de la somme serait reversée à une association caritative. 

Whoopi Goldberg : Qu’est devenue cette star des années 1990 ?

Whoopi Goldberg, tout sourire à la conférence de presse italienne de la comédie musicale Sister Act, à Milan, le 27 octobre 2011.

Personne n’a pu grandir dans les années 1980 et 1990 sans croiser Whoopi Goldberg et son inimitable bagou. Découverte par Mike Nichols et Steven Spielberg, elle devient une comique incontournable en seulement quelques rôles cultes, décroche un Oscar avant de présenter la cérémonie, puis quitte les écrans de cinéma. Loin d’avoir disparu de la scène publique, Whoopi Goldberg s’est reconvertie.

Success story

Née Caryn Elaine Johnson, Whoopi Goldberg découvre toute petite Star Trek à la télévision. Lorsqu’elle voit le personnage de Uhura pour la première fois, elle s’étonne auprès de sa mère : « Regarde maman ! Il y a une femme noire à la télé et ce n’est pas une domestique ! »

Après une période noire où elle quitte ses études, tombe dans la drogue et épouse son dealer, elle se consacre à la comédie. Alors qu’elle participe à un projet expérimental, elle est repérée par Mike Nichols (Le Lauréat) qui lui offre le premier rôle d’un spectacle sur Broadway. Intitulé Whoopi Goldberg, le show attire les foules pendant près d’un an. Auréolé des succès des Dents de la mer et E.T., Steven Spielberg la découvre sur scène et lui offre le premier rôle de La Couleur pourpre. Applaudie pour sa performance, Whoopi Goldberg est nominée aux Oscars avec Oprah Winfrey et explose aux yeux du monde entier.

 

La rampe du succès

L’actrice dramatique ne tarde pas à retrouver sa verve comique. Avec Jumpin’ Jack Flash, Pie voleuse et Fatal Beauty, Whoopi Goldberg devient une reine de la comédie populaire et rencontre au passage son mari, le directeur de la photo David Claessen. Obligée par contrat de tourner Telephone, elle attaque les producteurs pour empêcher la sortie du film qu’elle juge mauvais, mais perd. La comédie est un échec, et son mariage ne tient pas. Whoopi Goldberg divorce.

Fan de la série Star Trek depuis l’enfance, elle décroche un rôle récurrent dans Star Trek : La nouvelle génération. Elle retrouve ensuite le registre comique et le succès critique avec Le secret de Clara et The long walk home avec Sissy Spacek, sur le Mouvement des droits civiques. Sur ce tournage, les producteurs de Ghost viennent lui proposer le rôle de la voyante hystérique Oda Mae Brown. Avec cette performance, Whoopi Goldberg scelle son destin de reine de la comédie. Cinquante ans après Hattie McDaniel pour Autant en emporte le vent, elle devient la deuxième actrice afro-américaine à remporter un Oscar.

 

Comedy queen

Après un passage à la télévision dans la série Bagdad Café, adaptée du film culte, Whoopi Goldberg touche les sommets du box office avec Sister Act, une comédie déjantée où elle campe le témoin d’un meurtre caché dans un couvent pour échapper aux assassins. Avec 100 millions de dollars récoltés et une nomination aux Golden Globes, Whoopi Goldberg est une star incontournable.

Outre l’inévitable Sister Act 2, la comédienne rempile dans la comédie avec Made in America avec Ted Danson, Corrina, Corrina avec Ray Liotta, Avec ou sans hommes avec Drew Barrymore ou encore Bogus avec Gérard Depardieu. Pour Les fantômes du passé avec James Woods, elle retouche au drame, mais reste avant tout une comique.

Désormais appelée « Whoopi » sur les affiches de ses films, elle présente les Oscars quatre fois entre 1994 et 2011 et amène un vent de folie sur la cérémonie. Pour rendre hommage à Moulin Rouge !, elle apparaît notamment sur une balançoire descendue du plafond dans une tenue dorée, directement inspirée d’une scène avec Nicole Kidman.

Malgré le succès, Whoopi Goldberg reste lucide et ne manque pas une occasion de poser un regard critique sur sa carrière : « Rien de ce que j’ai fait ne fait guérir un cancer. C’est du divertissement plus ou moins bien. Ghost est un bon petit film, comme Jumpin’ Jack Flash. Pie voleuse et Le secret de Clara aussi. Il y en a d’autres que j’aime moins. Le scénario de The Telephone était brillant mais le résultat, non. Je ne suis pas folle de Fatal beauty non plus, qui aurait pu être mieux. J’ai fait des choses bien, et d’autres, moins bien. Comme n’importe quelle carrière« .

 

La reconversion TV

Avec la fin des années 90, Whoopi Goldberg se retire dans les seconds rôles au cinéma, comme dans Une vie volée avec Angelina Jolie et Aussi profond que l’océan avec Michelle Pfeiffer. Toujours très populaire grâce à son franc-parler, elle déclenche une polémique lors d’une soirée organisée en faveur du candidat démocrate John Kerry avec une blague de mauvais goût sur George W. Bush.

Animatrice et productrice du jeu Hollywood Squares, Whoopi Goldberg ne rencontre pas le succès espéré avec la sitcom Whoopi, entièrement pensé pour elle. Retournée dans l’ombre, elle crée la série médicale La vie avant tout, qui dure six saisons, et le programme pour enfants Whoopi’s littlerburg.

Choisie par Rosie O’Donnell pour la remplacer à la tête de l’émission The View, un talk show très populaire outre-Atlantique, elle ne mâche pas ses mots pour exprimer ses idées. Ses prises de position sur l’actualité lui attirent parfois les foudres des médias américains et elle n’hésite pas à s’opposer à ses collègues en direct. Mais la télévision lui offre un confort certain et elle conserve sa place dans le coeur du public américain depuis une dizaine d’années.

 

Ces dernières années, les occasions d’apercevoir Whoopi Goldberg sont restées rares. Comme dans les séries Tout le monde déteste Chris et Entourage, l’actrice se prête régulièrement au jeu du caméo. L’année dernière, elle incarnait Dieu pour Kate Hudson dans la comédie A little bit of heaven, et elle répondait à l’appel de For colored girls, un drame sur la condition des femmes avec Thandie Newton et Janet Jackson. Les plus attentifs auront reconnu sa voix dans Toy Story 3, où elle incarnait la méchante pieuvre Stretch, tandis que les nostalgiques se souviendront que l’actrice a donné de la voix dans la comédie musicale Sister act. Mais à moins d’être branché sur la télévision américaine, Whoopi Goldberg semble vouloir rester loin des écrans.

Hatem Ben Arfa : Secte, pulsions, famille… ‘J’ai fait des choses terribles’

« C’est de ma faute. » Aujourd’hui âgé de 24 ans, Hatem Ben Arfa devrait être un des réacteurs principaux du nouvel envol du football français. Mais huit ans après son titre de champion d’Europe avec la classe biberon des -17, quatre ans après sa première sélection en équipe de France A, c’est loin d’être le cas. En club comme en sélection nationale, où il n’est apparu qu’une fois (seul buteur côté tricolore) sous la gouvernance de Laurent Blanc, l’ancien Lyonnais et Marseillais, talent brut et éternel espoir, n’est toujours pas un titulaire indiscutable. Dans l’édition de lundi du journal L’Equipe, au cours d’un entretien exceptionnel d’une intimité rare où aucun terrain personnel à risques n’est éludé, Hatem Ben Arfa livre quelques clés pour le comprendre et éclairer le chemin tortueux de sa première partie de carrière. Et clame son désir de « donner de l’amour » après en avoir tant manqué.

À aucun moment il n’est directement question de football, même si, in fine, c’est le ballon rond qui est le coeur de tout, pour celui qui battit des records de précocité en étant embauché à 14 ans seulement, à sa sortie de l’INF Clairefontaine, par un Olympique Lyonnais qui survolait alors le championnat de France. Autoportrait d’un ancien « petit dur« , acte de contrition d’un « enfant terrible qui a su évoluer » ou manifestation d’un ego toujours affirmé et intransigeant, l’interview prend plusieurs tours pour aborder des thèmes aussi sensibles que le déficit d’amour paternel, l’impulsivité maladive, la recherche de la paix dans la religion et la spiritualité qui a bien failli le faire dévier vers des mouvements sectaires…

« J’étais très malheureux, victime de mon impulsivité… J’ai compris que la vie, ce n’était pas ça… »

L’ambiance est tranquille, au Jesmond Dene House de Newcastle où le jeune footballeur a l’habitude de déjeuner au lendemain de ses matchs avec les Magpies et où il a reçu le quotidien sportif français, non loin de chez lui. Le climat est pourtant à l’urgence, Hatem s’impatientant sur le banc et redoublant d’efforts à l’entraînement pour gagner la confiance du coach, Alan Pardew, qui louait dernièrement son but « magique » (un slalom dans la défense et un missile sous la barre) en Cup contre Blackburn Rovers le 7 janvier. Remplaçant depuis son retour après une effroyable double blessure (fracture tibia-péroné le 3 octobre 2010, blessure à la cheville en juillet 2011 lors de la tournée préparatoire des Magpies) qui a plombé son nouveau départ sur les rives du Tyne, Ben Arfa a visiblement gagné en maturité. Dans cette situation, par le passé, il fonçait au clash tête baissée, comme il l’admet de lui-même. « Je respecte totalement sa philosophie. Je ne partirai pas au clash. Mon heure va venir, il faut être patient. Je sais que je suis prêt physiquement et mentalement. Je sais ce que j’ai à faire sur un terrain » : voilà l’attitude affichée par le Ben Arfa nouveau, qui se met au service du collectif quand on le taxe d’individualisme, qui, même s’il rechigne toujours à se soumettre à 100%, répond par le respect, « en bossant à l’entraînement, en étant un bon coéquipier« .

Une ouverture d’esprit et un schéma constructif qui contrastent avec les éclats du joueur caractériel qu’on a pu connaître par le passé : « J’ai pris conscience que je devais évoluer lors de ma deuxième année à Marseille (2008-2009). J’ai compris que la vie, ce n’était pas ça. Vivre au jour le jour, en fonction de ses pulsions… Je me suis posé beaucoup de questions sur la vie (…). J’étais très malheureux (…). Un jour, je me suis dit qu’il fallait que j’aille mieux dans ma tête, que mon ego cesse de me gêner (…). J’ai commencé à travailler sur moi, à rechercher la sagesse. Mon bonheur, je ne l’aurai que quand je serai en paix et serein. Et là, je n’en suis pas loin. Je vais bien aujourd’hui. »

« Mon père n’a pas eu de père. Il a reproduit le schéma »

Un état d’esprit qui lui permet aujourd’hui de s’ouvrir sur un passé tumultueux, marqué par des embrouilles partout où il est passé. Marqué, aussi, par une forme d’absence du père : « Mon père m’a beaucoup apporté. Il m’a mis sur le chemin du foot (…) Il a toujours été derrière moi mais il n’a pas su extérioriser ses sentiments. Je ne lui en veux pas. Mon père n’a pas eu de père. Il a reproduit un schéma et j’essaie de le casser pour moi. Car je dois avancer (…). C’est sûr, mon père ne m’a jamais dit je t’aime… Il m’a manqué de la générosité dans ma vie. »

Et d’admettre et de détailler sans réserve les jeunes années de petite frappe qui allaient de pair, ces « énormes difficultés à [se] soumettre à l’autorité » : « Toute la frustration que j’avais eue du côté familial, je la faisais payer aux gens à l’extérieur. » À l’école, puis dans les clubs de football : « En fait, avant d’être à Newcastle, presque tous les entraîneurs que j’ai connus avaient peur de moi (…). Ils n’osaient pas me parler. C’était comme ça avec les coaches, mais aussi avec tout le monde. C’était lié à mon attitude. Quand je l’ai compris, j’ai évolué. Je me suis ouvert. Je travaille beaucoup cet aspect-là de ma personnalité car j’y suis obligé (…) Tout le monde a besoin d’amour« , explique-t-il, en écho à ses jeunes années où les anciens du vestiaire « ne [l]’aimaient pas vraiment« .

« J’ai fait des choses terribles »

De manière inattendue, Hatem Ben Arfa se livre ainsi à un mea culpa édifiant, sans concession : « J’ai fait des choses terribles dans ma carrière, qui sortent du commun, de la bonne morale. C’est arrivé partout où je suis passé. À Clairefontaine, à Lyon… Quand j’étais au centre de formation de l’OL, je me suis fait virer de l’école, je me suis embrouillé avec tous les éducateurs, avec le directeur du centre, avec les gars de la cantine. Je foutais le bordel. Depuis tout petit, j’étais très impulsif, je me battais tout le temps. »

Puis, plus tard, les débuts en groupe pro et une difficulté d’intégration qu’il stigmatise : « Mon arrogance (…). Je dégageais quelque chose de négatif, j’avais de mauvaises énergies (…). Je n’étais pas maître de moi, victime de mon impulsivité. » Cette impulsivité maladive qui l’amène à refuser de rentrer en cours de match contre le PSG le 26 octobre 2008, ayant débuté sur le banc d’Eric Gerets, et à provoquer l’entraîneur belge. Seul coach à surnager dans la liste : Raymond Domenech ! « Dans ses yeux, dans ses discours, dans son attitude, ça se voyait qu’il m’avait capté. Il me disait sans cesse : ‘Fais ton truc.’ Je ressentais une confiance de sa part. Et ça se passait sans parole. » Les autres, Ben Arfa fait aujourd’hui amende honorable auprès d’eux : « C’est de ma faute car je ne savais pas dire ce que j’avais au fond de moi. Je n’exprimais jamais mes sentiments. J’étais trop fier. S’ouvrir, ça signifiait se rabaisser. Je préférais rester dans cette image de faux dur, je pensais que ça me protégerait. »

Un comportement encouragé par un isolement certain et la difficulté à parler avec sa famille : « Je suis tout seul depuis mon plus jeune âge, depuis que je suis parti de chez mes parents (à 12 ans). Mais ma chance, c’est d’avoir eu Michel [Ouazine, son conseiller depuis toujours, NDLR] à mes côtés. Il a écouté mes souffrances sans jamais me juger. Avec mes proches, ma famille, c’était trop compliqué. Ils n’arrivaient pas à comprendre ce que je leur disais. Ils n’avaient pas la dimension psychologique pour le faire. »

Entraîné dans « une sorte de secte » par Abd al-Malik

Garçon en quête de repères et de modèles, Hatem ben Arfa raconte encore qu’il a bien failli rallier « une sorte de secte« , se tournant vers la spiritualité pour apaiser ses blessures intimes : « Je suis musulman et pratiquant depuis que je suis petit. Je fais des prières dans ma chambre. Mais, attention, ma pratique est intime, c’est pour la spiritualité, un peu comme dans le bouddhisme. Certes, je ne mange pas de porc, mais ça m’arrive de boire de l’alcool et j’aime les filles (rires) », explique-t-il à L’Equipe. « C’est comme ça que je fais baisser la tension en moi« , complète-t-il quant à l’exercice de la prière. L’Equipe se souvient bien que le joueur se cherchait du côté de la religion, en 2007, et l’intéressé raconte comment il a failli se faire « endoctriner » par le slammeur Abd al-Malik et son manager, Fabien Coste : « À cette époque, j’étais mal, je recherchais le bien-être. Je lisais beaucoup d’ouvrages sur le soufisme, de belles choses m’y attiraient. Et comme Abd al-Malik s’y intéressait, je l’avais contacté. On s’était rencontré. Mais très vite, je suis rentré là-dedans. C’était un système comme dans une secte. Je faisais partie d’un mouvement avec un chef spirituel, un cheikh. Au Maroc. À Oujda. Quand je suis rentré dans la salle de prières, ce maître, il fallait que je lui baise les pieds. C’était obligatoire. Heureusement, ce jour-là, mon ego m’a sauvé. Je ne pouvais pas accepter ça. »

« Ils m’ont coupé presque de tout le monde (…) Je me suis réveillé à temps »

Après le récit, l’analyse : « [Abd al-Malik et son manager] m’ont endoctriné à une époque où j’étais très vulnérable. Ils m’ont mis le cheikh sur un piédestal. Ils me répétaient que tous ceux qui allaient contre le soufisme étaient des ennemis. Ils me conditionnaient et au bout d’un moment, j’avais envie de les suivre, surtout qu’à l’époque, j’avais une image idéaliste de la religion (…). Ils m’ont presque coupé de tout le monde (…). Je me suis réveillé à temps. J’étais loin des paroles, de la spiritualité que je recherchais. Désormais, on ne pourra plus me leurrer. D’ailleurs, si je parle de cette histoire aujourd’hui, c’est qu’elle ne me fait plus rien. Et si elle peut mettre en garde d’autres personnes… » Mais là encore, fait notable, Hatem Ben Arfa, transformé par son voeu d’humilité, ne jette pas la pierre : « Tout ce qui est arrivé n’est pas de leur faute mais de la mienne. Je suis reponsable d’avoir cru à ce qu’ils me disaient. »

Aujourd’hui tourné vers l’envie de « donner aux autres, leur donner de l’amour« , Hatem Ben Arfa dit pouvoir « se regarder dans un miroir« . Ce miroir de l’autre côté duquel il vient de nous faire passer.