Archive | 20 janvier 2012

David Beckham : Le Britannique met fin au suspense concernant son avenir

David Beckham le 19 décembre 2011 à Londres

David Beckham, après des mois de rumeurs et de suspense insoutenable, ou pas…, a finalement choisi de signer un nouveau contrat avec le club des Los Angeles Galaxy. Et cette fois-ci, l’information est fiable puisqu’elle provient du site officielle de la MLS, le championnat de football nord-américain.

C’est la fin d’un feuilleton qui envoyait le joueur britannique au Paris Saint-Germain pour y terminer sa carrière, son contrat avec le Galaxy ayant pris fin le 31 décembre 2011. Beaucoup pensaient que David Beckham reviendrait en Europe afin de se donner toutes les chances de participer aux Jeux olympiques de Londres. Et, à en croire la presse sportive de France et d’Angleterre, la star et le club de la capitale étaient très proches de trouver un accord.

Mais David Beckham n’a jamais confirmé cette information, laissant entendre qu’il privilégierait le bien-être de sa famille. Quitte à rester à Los Angeles où, sans être dérangé par une foule de fans en délire, il peut s’adonner en familleà son sport favori, le surf, tout en allant voir ses fistons jouer au foot. Et finalement, après des mois d’atermoiements, l’ancien joueur de Manchester United et du Real Madrid a donné son accord au Galaxy, avec qui il espère défendre le titre de champion des États-Unis si chèrement acquis en décembre 2011.

C’est donc un contrat de deux ans que le joueur a signé, avec la possibilité de laisser l’équipe s’il venait à être sélectionné pour participer aux JO cet été. « C’était une importante décision pour moi. J’ai eu de nombreuses offres de clubs du monde entier. Cependant, je suis toujours enthousiaste à l’idée de jouer en Amérique et de gagner des trophées avec le Galaxy« , a ainsi déclaré le joueur via un communiqué du club.

« Ma famille et moi sommes incroyablement heureux en Amérique, et nous espérons passer de nombreuses années encore ici« , a poursuivi la star, confirmant ainsi qu’il donnait la priorité à sa famille.

Une nouvelle qui ravira le petit monde du soccer aux États-Unis…

Sofia Gon’s, morte à 25 ans: Marché des insolites, le clip hommage avec son père

Sofia Gon's,  Marché des insolites .

Stoppée dans son envol à l’âge de 25 ans par une embolie, Sofia Gon’s, décédée en août 2011, avait tout juste eu le temps d’envoyer son premier et dernier « Mayday« . Titre d’ouverture de son album Le Marché des insolites (Wagram), ce signal de détresse en réalité plein de légèreté, de fantaisie et d’impertinence, à la croisée des chemins entre eighties façon Leopol Nord, soul revival version Ben l’Oncle Soul au féminin et gouaille empruntée ça et là à Catherine Ringer ou Zaz et consorts, constituait une parfaite introduction à l’univers coloré et rétro que la jeune chanteuse franco-marocaine aurait aimé faire partager au monde : un voyage (Sur les routes de l’été, Atlantique, Bye Bye…) très sixties et clinquant en compagnie d’une voix puissante et piquante, au fil de morceaux amalgamant à leur vibrant héritage soul/R’n’B/funk une pulsation pop-rock et des instrumentations parfois… insolites, évidemment, sur fond de crise, mondiale ou personnelle (Géant de la ville, Quand tu dors…).

Ce joli projet, amorcé avec le single Paris s’éveille, continue sa vie alors que celle de Sofia Moushine (son nom à l’Etat civil) est finie. Sorti en novembre dernier, l’album posthume Le Marché des insolites, dont Sofia Gon’s, après un essai avorté chez Sony-BMG en 2008 (l’album Comme avant, resté au placard), a signé les textes sur les encouragements d’Akhenaton (IAM), s’est enrichi d’un clip accompagnant le single-titre. Une vidéo qui respire la joie de vivre, comme un hommage à la plénitude solaire que dégageait le chant de Sofia. Quelques images touchantes de la défunte, en studio, en webcam ou sur scène, y sont pudiquement intégrées, à mesure que la chambre de fille qui sert de décor se transforme en salon de karaoké et en salle de concert.

Touchante également, la participation très stylée, à la fin du clip, d’Abdelghafour Moushine, père de Sofia, chanteur marocain tendance soulman qui connut, sous le pseudonyme de Vigon, un certain succès, notamment dans les années 1960 (illustration dans notre player avec son interprétation de Harlem Shuffer et de Baby Our Time is My Time). Vigon, qui avait de toute évidence transmis sa passion pour la musique soul et le R’n’B à sa fille, partage d’ailleurs avec elle un duo qui ponctue l’album, intitulé Good Times.