Archive | 27 janvier 2012

Loana :  »Je bois pour oublier. J’ai été violée par trois hommes »

Loana et son ami Eryl Prayer lors de la sortie de cette dernière de l'hôpital Sainte-Anne à Paris en janvier 2012

C’est un cauchemar éveillé que Loana a vécu dans la nuit du 2 au 3 janvier. Et c’est Eryl Prayer, son plus fidèle ami, qui a découvert son corps inanimé dans son appartement. Le 6 janvier, la terrible nouvelle tombait : la star de la télé-réalité française de 34 ans avait tenté pour la quatrième fois, dans la nuit du 2 janvier, de mettre fin à ses jours en ingérant une forte dose de médicaments. Alors que Violette, sa mère, se confiait récemment dans les pages d’Ici Paris, c’est, cette fois-ci, Loana qui s’exprime, trois semaines après sa tentative de suicide, dans le magazine Oops!.

J’ai pris deux somnifères, puis un troisième, un quatrième, et j’en ai finalement avalé une trentaine. Je dirais que, consciemment, je voulais juste m’endormir. Inconsciemment, j’avais certainement envie d’en finir », raconte une Loana, encore fragile. Deux jours dans le coma, intubation, arrêt cardiaque… Ce cri de désespoir aurait pu lui coûter cher et lui laisser de lourdes séquelles cérébrales. La situation de la grande gagnante du Loft n’est pas à prendre à la légère.

Si la Cannoise a voulu en finir, c’est qu’elle se sent abandonnée. Déséspérément. « Je me sens terriblement seule. Le soir, quand je me retrouve isolée avec mes chiens et la télé, c’est très dur. La nuit de ma bêtise, le manque s’est fait plus pesant. Si on ajoute à cela mes problèmes d’argent, de poids… J’ai sombré », explique Loana.

Il faut dire qu’elle n’a pas toujours eu la belle vie, loin de là. Elle se souvient : « Je bois pour oublier. Je crois aussi que je suis traumatisée par certains événements qui ont marqué ma vie. J’ai été violée par trois hommes, dont un alors que je n’étais qu’une enfant. Certains de mes ex m’ont également frappée. »

Pourtant, aujourd’hui, elle ne veut pas s’éloigner du showbiz, de ses problèmes financiers. Elle n’envisage pas de revenir dans le sud, par exemple, pour fuir ses vieux démons, car elle refuse de quitter son appartement parisien. « Mon appartement, c’est ma plus belle réussite. Je l’ai acheté avec l’argent du Loft. C’est l’endroit où je me sens le mieux. Mais il me rappelle aussi tout ce que j’ai pu y vivre : séquestration, viols, coups… », confie Loana. Cette dernière ne serait-elle pas aussi prête à aller de l’avant qu’elle voudrait le croire ?

Victime d’un arrêt cardiaque, la star de la télé-réalité française a alors été maintenue en vie par des machines. Un véritable électrochoc. « Je suis une miraculée », affirme Loana. Si elle tient toujours autant à participer aux Anges de la télé-réalité 4, elle attend encore la réponse des producteurs dans les prochains jours. Quant à sa vie personnelle, elle garde espoir. Elle raconte : « Je pense que l’amour m’aiderait à aller mieux. Le fait d’avoir des enfants aussi. C’est une période très difficile pour moi, car ma fille Mindy a fêté ses 14 ans le 21 janvier dernier, et je n’ai même pas eu le droit de lui envoyer un cadeau. J’ai demandé à son père de me donner leur nouvelle adresse, mais il a refusé. »

Espérons que Loana remontera d’abord la pente seule avant d’envisager de donner la vie une nouvelle fois…

Retrouvez l’intégralité de l’interview de Loana dans Oops!, en kiosques aujourd’hui, vendredi 27 janvier 2012.

César 2012 – nominations : Polisse plus fort que The Artist et Intouchables

Affiche du film Polisse

Alors que The Artist est le grand favori des Américains (10 nominations aux Oscars), il est dépassé par Polisse sur son propre territoire. Avec 13 nominations, le film de Maïwenn domine les sélections des César, suivi de L’Exercice de l’Etat (11 nominations), The Artist (10 nominations), Intouchables (9 nominations), L’Apollonide – Souvenirs de la maison close (8 nominations) et La guerre est déclarée (6 nominations).

Kate Winslet recevra un César d’honneur des mains de Roman Polanski, qui l’a dirigée cette année dans Carnage. Occupé sur un tournage américain, Guillaume Canet n’était pas là pour l’annonce des nominations.

La cérémonie aura lieu le 24 février.

 

Meilleur film

The Artist de Michel Hazanavicius

Polisse de Maïwenn

La guerre est déclarée de Valérie Donzelli

Intouchables d’Eric Toledano et Olivier Nakache

L’Exercice de l’Etat de Pierre Schoeller

Le Havre d’Aki Kaurismaki

Pater d’Alain Cavalier

 

Meilleur réalisateur

Michel Hazanavicius (The Artist)

Alain Cavalier (Pater)

Valérie Donzelli (La guerre est déclarée)

Maïwenn (Polisse)

Aki Kaurismaki (Le Havre)

Pierre Schoeller (L’Exercice de l’Etat )

Eric Toledano et Olivier Nakache (Intouchables)

 

Meilleur acteur

Sami Bouajila (Omar m’a tuer)

Jean Dujardin (The Artist)

Philippe Torreton (Présumé coupable)

Omar Sy (Intouchables)

François Cluzet (Intouchables)

Olivier Gourmet (L’Exercice de l’Etat )

Denis Podalydès (La Conquête)

 

Meilleure actrice

Ariane Ascaride (Les Neiges du Kilimandjaro)

Bérénice Bejo (The Artist)

Leïla Bekhti (La Source des femmes)

Valérie Donzelli (La guerre est déclarée)

Marina Foïs (Polisse)

Marie Gillain (Toutes nos envies)

Karin Viard (Polisse)


Meilleure actrice dans un second rôle

Zabou Breitman (L’Exercice de l’Etat)

Anne Le Ny (Intouchables)

Noémie Lvovsky (L’Apollonide – Souvenirs de la maison close)

Carmen Maura (Les Femmes du 6e étage)

Karole Rocher (Polisse)

 

Meilleur acteur dans un second rôle

Michel Blanc (L’Exercice de l’Etat)

Nicolas Duvauchelle (Polisse)

JoeyStarr (Polisse)

Bernard Le Coq (La Conquête)

Frédéric Pierrot (Polisse)

 

César du meilleur espoir féminin

Naidra Ayadi dans Polisse

Adèle Haenel dans L’Apollonide, souvenirs de la maison close

Clotilde Hesme dans Angèle et Tony

Céline Sallette dans L’Apollonide, souvenirs de la maison close

Christa Théret dans La Brindille

 

César du meilleur espoir masculin 2012

Nicolas Bridet dans Tu seras mon fils

Grégory Gadebois dans Angèle et Tony

Guillaume Gouix dans Jimmy Rivière

Pierre Niney dans J’aime regarder les filles

Dimitri Storoge dans Les Lyonnais

 

Meilleur premier film

17 Filles de Muriel Coulin et Delphine Coulin

Angele et Tony d’Alix Delaporte

Le Cochon de Gaza de Sylvain Estibal

La Délicatesse de David et Stéphane Foenkinos

My Little Princess de Eva Ionesco

 

Meilleur film d’animation

Le Chat du rabbin de Joann Sfar

Le Cirque

La Queue de la souris de Benjamin Renner

Le Tableau de Jean-François Laguionie

Un monstre à Paris de Eric Bergeron

 

Meilleur documentaire

Le Bal des menteurs de Daniel Leconte

Crazy Horse de Frederick Wiseman

Ici on noie les Algériens de Yasmina Adi

Michel Petrucciani de Michael Radford

Tous au Larzac de Christian Rouaud

 

Meilleur scénario original

La guerre est déclarée

The Artist

Polisse

L’Exercice de l’Etat

Intouchables

 

Meilleur adaptation

La Délicatesse

Présumé coupable

Omar m’a tuer

L’Ordre et la Morale

Carnage

 

Meilleure musique

Alex Baupain (Les Bien-Aimés)

Bertrand Bonello (L’Apollonide – Souvenirs de la maison close)

Ludovic Bource (The Artist)

Philippe Schoeller (L’Exercice de l’Etat)

M et Patrice Renson (Un monstre à Paris)

 

Meilleur son

Pascal Armant, Jean Goudier et Jean-Paul Hurier (Intouchables)

Jean-Pierre Duret, Nicolas Moreau, Jean-Pierre Laforce (L’Apollonide – Souvenirs de la maison close)

Olivier Hespel, Julie Brenta, Jean-Pierre Laforce (L’Exercice de l’Etat)

Nicolas Provost, Rym Debbarh-Mounir et Emmanuel Croset (Polisse)

André Rigaut, Sébastien Savine, Laurent Gabiot (La guerre est déclarée)

 

Meilleure photo

Pierre Aïm (Polisse)

Josée Deshaies (L’Apollonide – Souvenirs de la maison close)

Julien Hirsch (L’Exercice de l’Etat)

Guillaume Schiffman (The Artist)

Mathieu Vadepied (Intouchables)

 

Meilleur montage

Anne-Sophie Bion et Michel Hazanavicius (The Artist)

Laurence Briaud (L’Exercice de l’Etat)

Pauline Gaillard (La guerre est déclarée)

Laure Gardette et Yann Dedet (Polisse)

Dorian Rigal Ansous (Intouchables)

 

Meilleurs costumes

Catherine Baba (My Little Princess)

Mark Bridges (The Artist)

Christian Gasc (Les Femmes du 6e étage)

Viorica Petrovici (La Source des femmes)

Anaïs Romand (L’Apollonide – Souvenirs de la maison close)

 

Meilleurs décors

Laurence Bennet (The Artist)

Alain Guffroy (L’Apollonide – Souvenirs de la maison close)

Pierre-François Limbosch (Les Femmes du 6e étage)

Jean Marc Tran Tran Ba (L’Exercice de l’Etat)

Wouter Zoon (Le Havre)

 

Meilleur film de court-métrage

L’Accordeur de Olivier Treiner

La France qui se lève tôt de Hugo Chesnard

J’aurais pu être une pute Baya Kasmi

Je pourrais être votre grand-mère de Bernard Tanguy

Un monde sans femmes de Guillaume Brac

 

Meilleur film étranger

Black Swan

Le Discours d’un roi

Drive

Le Gamin au vélo

Incendies

Melancholia

Une séparation

Intouchables : Analyse d’un succès toujours plus impressionnant

L'affiche du film Intouchables

Les derniers chiffres du film Intouchables ont été dévoilés par Gaumont : 18 389 078 entrées depuis sa sortie le 2 novembre. La comédie d’Olivier Nakache et Eric Toledano, à qui l’on doit Nos Jours heureux et Tellement proches, continue de monter toujours plus haut, arrivant désormais à la troisième place de l’histoire du box-office des films en salles en France.

L’amitié des héros incarnés par Omar Sy et François Cluzet n’a pas de limites et a dépassé l’historique Grande Vadrouille et désormais le classique du dessin animé, Blanche-Neige et les sept nains, se plaçant derrière Bienvenue chez les Ch’tis et Titanic. La revue Slate.fr a remis en perspective par de nombreuses autres variables le carton qu’a réalisé cette comédie, proposant une analyse fort passionnante

Date de sortie et budget

La date de sortie peut jouer un rôle important sur le succès d’un film. En ce qui concerne Intouchables, dans les salles depuis le 2 novembre 2011, il a bénéficié du jour férié du 11 novembre et des vacances de Noël. Viendront ensuite les congés de février 2012. Le nombre de copies permet bien évidemment d’augmenter l’exposition du film. Il faudrait alors tenir compte de ce facteur pour mieux comparer les scores de La Grande Vadrouille : en 1966, le film de Gérard Oury « n’était sorti que sur 6 copies sur Paris et sa périphérie, contre 64 pour Intouchables et 72 pour Bienvenue chez les Ch’tis« . En termes de taux de population, La Grande Vadrouille part gagnante puisque la comédie avec De Funès et Bourvil « a touché l’équivalent de 34% de la population française de 1966 et le duo Omar Sy-Cluzet ‘seulement’ 28%. »

Le budget est également une variable intéressante pour évaluer la réussite d’un film : « Avec 9,5 millions d’euros de budget et 114 millions d’euros de recettes, Intouchables est déjà plus rentable que le film de Dany Boon, qui avait aligné 11 millions d’euros de budget pour 120 millions d’euros de recettes après un an d’exploitation. »

Prix et publics

A l’étranger, ce n’est ni Intouchables, ni Bienvenue chez les Ch’tis qui ont le record d’entrées, mais Amélie Poulain avec « 23 millions de spectateurs répartis sur 53 territoires, qui sont venus s’ajouter aux 9 millions en France« . Toutefois, Intouchables a déjà conquis 1,2 millions de spectateurs en Belgique, Suisse romande et Allemagne.

Le prix des places a beaucoup évolué depuis 1945, et, en 1968, le prix moyen d’un ticket était de 1,86 francs. On est loin des 6,32 euros de 2010 ! Néanmoins, selon « un rapport du Sénat, le cinéma n’apparaît cher que lorsque le film n’a pas tenu toutes ses promesses« . Souvent interrogés à la sortie de leur séance, les spectateurs d’Intouchables clament leur enthousiasme et ont certainement oublié qu’ils avaient déboursé parfois près de dix euros pour aller voir un long métrage. Le prix élevé du ticket est également à remettre en cause avec l’arrivée des cartes illimitées.

Le bouche-à-oreille et la satisfaction du public sont difficiles à mesurer de façon scientifique, l’article de Slate.fr offre néanmoins des indices de l’appréciation du film comme les répliques que les gens ont gardé en mémoire (« Pas de bras, pas de chocolat« ) ou le fait qu’Intouchables apparaisse premier de la catégorie « Les 250 meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs » du site Allocine.com. Certes, le classement est sujet à discussion, mais la popularité des articles sur Intouchables sur Purepeople.com est aussi significative de l’intérêt que les gens portent à ce film une fois qu’ils l’ont vu. Pour votre information, Intouchables sortira en DVD le 28 mars et sera diffusé sur TF1 en 2013.

Retrouvez l’intégralité de l’article sur le site Slate.fr

La Terre comme vous ne l’avez jamais vu… Incroyable !

http://dailygeekshow.com/2012/01/25/la-terre-comme-vous-ne-lavez-jamais-vu-incroyable/?utm_source=newsletter&utm_medium=e-mail&utm_campaign=Newsletter2012-01-27

 

On visualise souvent notre planète comme une sphère bleue suspendue dans le vide… Découvrez une toute autre façon de voir notre monde, sous un angle sublime et incroyable, à travers une séquence vidéo inoubliable.

L’ISS (International Space Station) est au-dessus de nos têtes et vogue dans le vide en orbite autour de notre planète. Les occupants de la station ont décidé de nous émerveiller en réalisant une vidéo en Time Lapse avec un DSLR Nikon D3 qui est très sensible à la faible luminosité. L’astronaute de l’expédition 29, Mike Fossum, a expliqué qu’il lui avait fallu beaucoup de temps pour obtenir ce résultat parce qu’il lui fallait prendre de nombreuses prises avant d’atteindre ce niveau de qualité.

Une histoire 100% française

Un ours polaire, un dauphin et un crocodile sont en train de discuter des vacances qui approchent. 
 
L’un d’eux demande au dauphin :
« Tu vas où en vacances cette année ? » « He bien, tu sais, ma femme a des nageoires, mes enfants ont  des nageoires, moi aussi j’en ai, donc on va aller du côté de l’ océan. 
 
L’ ours et le crocodile : 
« Oh c’est bien ! »
 
« Et toi l’ ours, où tu vas en vacances ? » Demande le dauphin.

L’ ours : « J’ai beaucoup de poils, ma femme et mes enfants aussi,donc je pense que je vais aller au pôle nord. » 
Les autres : « Cool ! Et toi le crocodile tu vas où ? » Demande l’ ours. 

Le crocodile : « Ma femme a une grande gueule, mes enfants ont une grande Gueule, moi j’ai une grande gueule, je crois qu’on va aller en France pour manifester! »    

 

Valérie Trierweiler et la campagne :  »Je n’ai pas de désir d’exhibition »

Valérie Trieweiler accompagne François Hollande pour le 16e anniversaire de la mort de François Mitterrand à Jarnac, le 8 janvier 2012.

Valérie Trierweiler a mis de côté sa carrière de journaliste politique pour accompagner François Hollande en campagne. Elle reviendra cependant sur Direct 8 le 28 janvier prochain avec Itinéraires, une émission culturelle. Valérie Trierweiler se confie à ce propos en exclusivité dans les pages de Télé 7 jours et évoque, forcément, sa présence grandissante dans la campagne : « Je me suis dit : en 2012, j’assume ! »

La journaliste ne le cache pas : son modèle, c’est Sylviane Agacinski, épouse de Lionel Jospin. C’est elle qui lui a conseillé d’être au premier rang lors de l’investiture de François Hollande après les primaires socialistes. Depuis, Valérie Trierweiler accompagne beaucoup plus son compagnon. On l’a vue à Jarnac, sur la tombe de François Mitterrand, aux obsèques de Danielle Mitterrand, aux Antilles et en Guyane il y a quelques jours, puis à l’inauguration du QG de campagne de François Hollande au 59 avenue de Ségur dans le 7e arrondissement de Paris. Valérie Trierweiler y possède même son propre bureau, au troisième étage. Depuis novembre, elle a en outre confié sa communication à Nathalie Mercier, directrice de la communication du musée du Quai-Branly et ancienne d’Euro-RSCG, qui avait conseillé Jospin lors de sa campagne en 2002. Selon LeFigaro.fr, elle conseille Valérie Trierweiler à titre gracieux. « Je ferai ce qui est nécessaire pour répondre à la curiosité, confie-t-elle dans Télé 7 jours à propos de l’intérêt grandissant de la presse à son égard. Avec des limites que je poserai. Je n’ai pas de désir d’exhibition. C’est François, le candidat. Il n’y a pas de raison qu’on se focalise sur moi. »

Sa vision des choses est très bien résumée dans une phrase de Sylviane Agacinski que Valérie Trierweiler cite : « Sylviane Agacinski, qui a du recul sur la situation, l’a écrit dans son Journal interrompu : ‘Quoi qu’on fasse, on est attaqué. Autant se faire plaisir. Du coup, j’ai fait mienne cette phrase. » Son grand avantage, c’est d’ailleurs de pouvoir « s’extraire » de ce monde politique qu’elle décrit comme un « sacerdoce très dur qui ne s’arrête jamais« . À la maison, François Hollande travaille : « Dans ma vie, il y a l’amour qui doit aujourd’hui se fondre dans la campagne… » L’accompagner en déplacement, c’est l’occasion d’être « un peu ensemble« , dit-elle avec une apparente naïveté. L’enjeu est tout de même national, mais Valérie Trierweiler promet ne pas se projeter : « Mes vingt ans de journaliste politique m’ont prouvé que, tant que ce n’est pas fait, ce n’est pas fait. On me dit : ‘Mais tu ne te prépares pas ?’ Comment se prépare-t-on ? Si ça arrive, je m’adapterai…«