Archive | 10 septembre 2020

Bricks sucrées-salées aux crevettes et à la mangue

INGRÉDIENTS

  • NB DE PERSONNES : 4
  • 1 paquet de feuilles de brick
  • 200 g de crevettes rose décortiquées
  • 1/2 mangue
  • 1 brin de coriandre fraîche
  • 1 c. à soupe d’huile d’olive
  • 1 pincée de piment d’Espelette
  • sel, poivre

PRÉPARATION

  • PRÉPARATION : 20 MIN
  • CUISSON : 20 MIN
  1. Préchauffez le four à th.6 (180°C).
  2. Détaillez les crevettes en morceaux. Pelez la mangue et découpez sa chair en dés. Nettoyez la coriandre et ciselez-la. Mélangez le tout dans une plat creux avec l’huile d’olive, le piment, du sel et du poivre.
  3. Coupez les feuilles de brick en 2. Déposez de la farce sur le bord plat de chaque pièce de brick, puis procédez au pliage des chaussons en rabattant les bords en-dessous.
  4. Enfournez les bricks pendant 20 minutes en les retournant à mi-cuisson.

Poubelle : comment éviter les mauvaises odeurs ?

À chaque fois que vous entrez dans votre cuisine, c’est la même rengaine : ça fouette un max’ dès que vous approchez de votre poubelle. Oui, vous avez beau changer tous les jours de sac poubelle, rien n’y fait, les mauvaises odeurs persistent et sont toujours là… Comment désinfecter et désodoriser une bonne fois pour toute votre poubelle ? Voici 5 astuces faciles, rapides et économiques pour réussir.

1/ Vinaigre blanc + menthe

Le vinaigre blanc a un pouvoir détartrant, désinfectant, désherbant, mais aussi désodorisant ! Faites donc macérer pendant une dizaine de jours minimum un litre d’eau additionnée de 5 c. à soupe de vinaigre blanc et 5 à 6 feuilles de menthe fraîche (pour l’odeur). Quand vous souhaitez nettoyer votre poubelle, placez le mélange dans un vaporisateur et aspergez-le à l’entrée et sur le couvercle de votre poubelle. Les mauvaises odeurs disparaîtront au bout de quelques minutes.


2/ Bicarbonate de soude

Cette poudre fine et blanche a le pouvoir d’absorber les odeurs nauséabondes… Versez 2 à 3 c. à café de bicarbonate de soude dans le fond de votre poubelle avant d’y placer un nouveau sac poubelle quand vous le changez. Quelques jours après, vous devriez être soulagée. Si l’effet désodorisant n’est pas assez puissant, versez quelques gouttes d’huile essentielle d’eucalyptus sur le bicarbonate de soude.

3/ Café


Même chose pour le marc de café : il chasse les mauvaises odeurs. Vous venez d’utiliser votre cafetière ou votre machine à café ? Placez le café du filtre ou le café contenu dans les dosettes utilisées dans le fond de votre poubelle avant d’y placer là aussi un nouveau sac poubelle.

4/ Eau salée + jus de citron

Vous ne buvez pas de café et n’avez ni vinaigre blanc ni bicarbonate de soude en cuisine ? Pas de panique, une autre solution consiste à placer des feuilles de journal dans le fond de la poubelle sur lesquelles on vaporise de l’eau salée additionnée de jus de citron. Économique, facile et efficace !

5/ Litière pour chat + eau chaude + huile essentielle de pin

Si vous avez un chat, vous savez que sa litière absorbe naturellement les mauvaises odeurs… Profitez-en pour utiliser celle de votre matou afin de chasser les odeurs désagréables de votre poubelle. Comment faire ? Versez un peu de litière (propre, bien entendu) dans le fond de votre poubelle, puis versez dessus un peu d’eau chaude additionnée de quelques gouttes d’huile essentielle de pin. Magique !

Velouté glacé léger de betterave au fromage frais

INGRÉDIENTS

  • NB DE PERSONNES : 4
  • 3 betteraves cuites
  • 60 g de fromage frais ail et fines herbes allégé
  • 1 yaourt 0%
  • 1 cuillère à soupe d’aneth ciselé
  • 1 cuillère à soupe de ciboulette ciselée
  • 1 cuillère à soupe de vinaigre balsamique
  • ½ cube de bouillon de légumes dégraissé
  • Sel & poivre

PRÉPARATION

  • PRÉPARATION : 10 MIN
  • CUISSON : 0 MIN
  1. Épluchez les betteraves et détaillez-les en cubes.
  2. Diluez le bouillon dans 20 cl d’eau bouillante.
  3. Mixez les betteraves, puis incorporez le bouillon peu à peu, sans cesser de mixer.
  4. Ajoutez le fromage frais et le yaourt, les herbes et le vinaigre, salez et poivrez. Mixez à nouveau quelques secondes.
  5. Réservez au moins 1 heure au frais.
  6. Versez dans une bouteille, fermez et emportez où que vous alliez !

5 erreurs que l’on fait tous avec un micro-ondes

5 erreurs que l’on fait tous avec un micro-ondes

Savez-vous utiliser correctement votre micro-ondes ? Un appareil plus que pratique qui vous permet de réchauffer en un rien de temps tous vos aliments. Il fait partie intégrante de votre cuisine ! Néanmoins, même si cet appareil se révèle de prime abord simple d’utilisation, sachez qu’il y a quelques faux pas à ne pas commettre. Voici les 5 erreurs pourtant que l’on fait tous avec un micro-ondes.

1- Ne pas percer les opercules

Lorsque vous réchauffez dans la précipitation votre plat préparé, pressé par le temps, vous oubliez souvent de percer les opercules ! Les particules d’eau s’accumulent alors sous la chaleur et vous entendez un grand bang dans votre micro-ondes ! Le plat vient d’exploser et le contenu avec en général !

2- Ne pas mettre de couvercle ou de cloche

Ayez le réflexe cloche pour couvrir toute préparation que vous souhaitez faire décongeler ou réchauffer. En effet, cela vous évitera de fastueuses corvées de nettoyage pour gratter les taches accumulées contre les parois !

3- Réchauffer les pizzas et autres pâtes

Vous pensiez vous régaler d’une bonne pizza croustillante ? Et bien c’est raté ! En effet le micro-ondes a tendance à ramollir les pâtes !

4- Se brûler

Le micro-ondes, c’est fourbe ! Mieux vaut se méfier de la chaleur qu’il dégage ! En effet, vous risquez de vous brûler lorsque vous consommez votre plat, veillez à mélanger les aliments pour une répartition uniforme de la chaleur. De même, évitez de faire réchauffer des biberons pour les bébés, le lait peut être brûlant alors qu’au toucher le biberon vous paraît à bonne température.   

5- Réchauffer des contenants en plastique

Tous les contenants ne passent pas au micro-ondes. Évitez les matières plastiques qui laissent des perturbateurs endocriniens dans votre four et dans vos aliments. Privilégiez le verre pour préserver votre santé.

Cake allégé à la rhubarbe en croûte de fraise

INGRÉDIENTS

  • NB DE PERSONNES : 8
  • 500 g de rhubarbe
  • 1 barquette de fraises
  • 100 g de fromage blanc 0%
  • 3 œufs
  • 100 g de beurre allégé ramolli
  • 150 g de farine
  • 6 cuillères à soupe d’édulcorant de cuisson
  • 1 cuillère à soupe de sucre roux
  • 1 cuillère à soupe de sucre blanc

PRÉPARATION

  • PRÉPARATION : 30 MIN
  • CUISSON : 40 MIN
  1. Préchauffez le four à 180°C.
  2. Épluchez la rhubarbe, détaillez-la en fin tronçons et placez-la dans une passoire. Saupoudrez avec le sucre blanc et laissez dégorger 30 minutes.
  3. Pendant ce temps, battez les œufs dans un saladier avec l’édulcorant de cuisson, la farine et le sucre roux.
  4. Ajoutez le beurre et le fromage blanc, mélangez jusqu’à obtenir une pâte homogène.
  5. Lavez les fraises, équeutez-les et coupez-les en deux dans la longueur.
  6. Ajoutez la rhubarbe à la pâte, versez dans un moule à cake en silicone. Déposez les fraises sur le dessus du cake, sans les enfoncer.
  7. Enfournez pour 40 minutes et laissez refroidir avant de démouler… pour vous contenter d’une tranche !

10 astuces diététiques pour attaquer la rentrée

10 astuces diététiques pour attaquer la rentrée

Si vous revenez de vos vacances pour la plupart reposées, vous n’avez pas pour autant passer votre temps libre en bootcamp. Les restaurants, cocktails et glaces en rentrant de la plage auront eues raison de vous (et de votre tour de taille). Mais pas de panique. On reprend maintenant les choses en main avec ces 10 conseils diététiques pour une alimentation au top.

1- On ne saute pas le petit déjeuner !

De tous les repas de la journée, c’est souvent le 1er sur lequel on fait l’impasse. Ce n’est pas faute de vous rabâcher depuis l’enfance qu’il est pourtant le plus important… Pour celles qui ne peuvent avaler qu’un café avant d’aller au travail, préparez au moins un petit déjeuner « à emporter ». Un yaourt ou un smoothie suffiront à être vos alliés pour un effet coupe-faim !

2- Votre bouteille d’eau devient votre nouvelle meilleure amie

1,5 L d’eau par jour. C’est le minimum requis. Et pour celles qui pensent que l’eau est terriblement « boring », on l’aromatise. Feuilles de menthe ou de basilic, citrons, fraises ou pastèques. À vous d’être inventive. L’eau permettrait d’ailleurs de brûler des calories sans même bouger de votre siège… Alors, convaincue ?

3- On oublie les plats préparés !

Midi, l’heure du déj’. On sait qu’il est tentant de prendre un sandwich ou une salade sur le pouce, ou même d’aller au resto avec ses collègues. Sans pour autant changer complètement vos habitudes, sélectionnez avec soin vos plats et limitez au maximum les plats touts faits vendus dans le commerce. Si la liste des ingrédients est longue, ça n’annonce rien de bon… L’idéal étant bien sûr que vous rameniez vous-même votre repas.

4- On troque le sel contre des épices et des herbes

Vous êtes une fan inconditionnelle de sel ? Ok, pourtant lui, n’est pas votre ami. Sans pour autant le mettre complètement de côté, réduisez au maximum son apport au profit d’épices comme le poivre (tout simplement), ou le paprika et tous les aromates qui vont feront plaisir. Vous relèverez en goût votre plat sans pour autant boucher vos artères. Yeah !

Qui dit féculents dit légumes

Beaucoup de régimes font une croix sur les féculents. Ce qui est une grave erreur. Notre corps a besoin d’énergie pour tenir tout au long de la journée. Pour autant, on ne se fait pas une énorme plâtrée de pâtes. Dans l’assiette on prévoit 2 à 3 cuillères à soupe de féculents pour 3 à 4 cuillères à soupe de légumes verts. Cette association permet en effet de limiter l’apport en glucides et va vous rassasier plus vite.

On ne compte pas les calories

C’est le piège dans lequel on finit par tomber ! Pourtant ce n’est pas le nombre de calories qui compte mais les différents apports contenus dans l’assiette. On ne commence donc pas à faire des équations à chaque repas ni à éliminer complètement des aliments. Par contre, on évite au maximum la consommation de sucre, notamment raffinés et celle d’acides gras saturés. De nouveau, d’où l’intérêt de savoir lire une étiquette…

Moins de viande, plus de légumineuses

Pour celles qui ne sont ni végétariennes, ni végan, la consommation de viande ne doit pas normalement dépasser 500g/semaine. Une bonne astuce est de programmer certains aliments pour un jour de la semaine : le mercredi est le jour végétarien par exemple, le jeudi la journée poisson, etc. Mais avec ou sans viande, vous pouvez largement compléter votre apport en protéines grâce aux lentilles, pois-chiches, haricots rouges, fèves… La preuve 80g de légumineuse = 100 g de viande en termes de protéines. Et en plus elles sont très riches en fibres !

Vive les oméga-3

On les trouve dans les poissons gras comme le saumon ou le thon notamment, mais aussi dans les huiles de colza ou de noix. Le gras c’est la vie ? Avec les omega-3 ça marche en tout cas !

Les graines et noix, votre nouveau snack favori

Et pour les petites fringales pas de panique. On oublie bien évidemment le distributeur de Twix et de chips et on mise sur des snacks naturels riches en fibres et en vitamines. Cap sur les amandes, les fruits secs ou les graines de courge. Préparez-vous un petit sachet pour votre ration quotidienne (20g/jour). Et contrairement à ce que vous pensez, la banane n’est pas votre ennemie, au contraire. Comme ne l’est pas le chocolat noir, mais pas toute la tablette !

On y va molo sur l’after work

Enfin, en ce qui concerne l’alcool, on ne vous apprend rien, ce n’est pas votre allié minceur. Pour autant, on ne vous dit pas de faire totalement l’impasse. L’idéal étant bien évidemment de boire avec modération et surtout de bien s’hydrater avant, pendant et après chaque verre. On préférera aussi un verre de vin blanc sec à un mojito… Question de logique !

Lapin à la bière allégé en calories

INGRÉDIENTS

  • NB DE PERSONNES : 4
  • 1 lapin de 1,5 kg en morceaux
  • 3 oignons
  • 25 cl de bière
  • 20 cl de bouillon de poulet dégraissé
  • 2 c. à soupe de maïzena
  • huile d’olive
  • feuilles de laurier
  • romarin effeuillé
  • sel, poivre

PRÉPARATION

  • PRÉPARATION : 30 MIN
  • CUISSON : 60 MIN
  1. Pelez et hachez les oignons.
  2. Faites chauffer à feu fort 3 c. à soupe d’huile d’olive dans une cocotte.
  3. Faites dorer sur toutes les faces les morceaux de lapin.
  4. Débarrassez le lapin de la cocotte.
  5. Jetez les oignons dans la cocotte et laissez cuire jusqu’à ce qu’ils soient translucides.
  6. Grattez le fond de la cocotte pour déglacer les sucs.
  7. Versez en une seule fois la maïzena et mélangez bien.
  8. Laissez cuire 10 minutes puis ajoutez le bouillon et remuez.
  9. Laissez cuire 5 minutes puis ajoutez les feuilles de laurier, le romarin et la bière puis mélangez.
  10. Rajoutez les morceaux de lapin et laissez cuire à couvert et à feu doux pendant 45 minutes.
  11. Servez bien chaud avec des tagliatelles ou du riz blanc.

Clafoutis aux abricots

INGRÉDIENTS

  • NB DE PERSONNES : 6
  • 500 g d’abricots frais
  • 80 g de son de blé
  • 25 g d’édulcorant en poudre
  • 30 cl de lait écrémé
  • 1 c. à café de vanille liquide
  • 3 oeufs
  • 1 noix de beurre allégé

PRÉPARATION

  • PRÉPARATION : 20 MIN
  • CUISSON : 40 MIN
  1. Préchauffez le four à 200°C.
  2. Coupez en deux et retirez les noyaux des abricots.
  3. Battez les œufs, l’édulcorant et la vanille dans un récipient.
  4. Ajoutez le son de blé et le lait, en mélangeant bien jusqu’à obtenir une pâte bien lisse.
  5. Beurrez légèrement un moule creux allant au four.
  6. Ajoutez les abricots dans le fond du moule.
  7. Versez par dessus la pâte.
  8. Enfournez pendant 40 minutes.
  9. Laissez tiédir puis démoulez à la sortie du four.
  10. Dégustez tiède ou froid.

Apprendre à respirer pour mieux vivre

Apprendre à respirer pour mieux vivre

Nous respirons tous sans y penser, telle une évidence. Pourtant la respiration est au cœur de notre vie. Dès que l’on respire mal, c’est tout l’organisme qui s’encrasse, entraînant de la fatigue et un moral en berne. Voici comment apprendre à bien, voire mieux respirer pour optimiser le fonctionnement de tout votre organisme.

La respiration, une base essentielle

Savoir respirer, c’est pouvoir relier votre corps et votre mental car la respiration remplit certes des fonctions organiques mais elle peut trahir aussi nos émotions : souffle saccadé, coupé, comme à pleins poumons, nous respirons de différentes façons à chaque émotion.

Savoir respirer est la clé d’une excellente forme physique, c’est aussi un moyen simple et efficace de maitriser notre équilibre psychique et nerveux, voire émotionnel.

Bien respirer, c’est bien vivre tout comme mal respirer, c’est mal vivre.

Un mécanisme inné ?

Respirer permet d’oxygéner tous les organes de notre corps, et cela se déroule sans effort particulier. Le mécanisme est instinctif : à l’inspiration, la cage thoracique s’élargit et le dôme du diaphragme (muscle puissant qui sépare la cavité thoracique de l’abdomen) s’abaisse pour que vos poumons puissent se remplir d’air frais au maximum ; à l’expiration, c’est l’inverse : le diaphragme remonte et les côtes se resserrent pour expulser l’air chargé de toxines (sous forme de CO2) produit par l’activité des cellules.

Dès la naissance, c’est un processus qui se met en place tout seul et qui permet d’orchestrer d’autres fonctions vitales comme le battement du cœur ou la régulation de notre température. 

Toutefois, il est possible d’améliorer sa respiration, de prendre le contrôle de son souffle : le bloquer volontairement de quelques secondes à quelques minutes, accroître sa cadence, inspirer par la bouche, souffler par le nez.

Apprendre à respirer

On pense qu’une personne sur 10 ne sait pas respirer, elle respire trop ou pas assez : l’apport en oxygène est trop important ou insuffisant par rapport au gaz carbonique émis. On sait également que la respiration est naturelle et instinctive (dès la naissance, le bébé respire de façon automatique), mais au fur et à mesure de l’évolution de chacun, de son environnement, de ses activités, la façon de respirer va changer. Le souffle est le miroir de nos émotions.

Pour se sentir bien dans son corps, pour déstresser, pour combattre une crise d’hyperventilation ou autre, savoir respirer est vital et accessible à tout le monde.

Remarquez comme votre respiration peut se bloquer ou s’accélérer lors d’émotions fortes ou lors d’efforts violents !

De l’importance du diaphragme

La respiration optimale, celle qui crée un environnement propice à l’équilibre de l’organisme, se déroule paisiblement, sans à-coup.

Ample et fluide, elle prend sa source dans le périnée et mobilise tout le ventre comme le font spontanément les bébés. Seulement, voilà, avec les contrariétés de la vie moderne, le stress, la fatigue nerveuse et même une mauvaise alimentation (trop grasse par exemple), elle s’accélère et perd en amplitude. 

Le souffle devient plus court, plus superficiel, haletant. Le diaphragme, trop sollicité, se contracte en position basse. On n’inspire plus avec le ventre mais en gonflant seulement le thorax. Ou, pire encore, on respire à l’envers, en sortant le ventre à l’expiration. 

Pour mieux respirer, faites d’abord travailler votre diaphragme à la respiration : gonflez votre ventre à l’inspiration en poussant pour l’étendre au maximum, tenez 2 ou 3 secondes et rentrez le ventre à l’expiration. Cette technique permet de réduire efficacement les états de stress, mais également d’améliorer la concentration et d’apporter une sensation de bien-être.

Une méthode de respiration

Pour savoir si vous respirez par le ventre ou par l’abdomen, mettez vous en position allongée, une main sur la poitrine et l’autre main sur le ventre.

Prenez une inspiration : si votre poitrine se gonfle en premier, vous respirez par le thorax. Dans le cas contraire, vous respirez par l’abdomen.

La respiration par le thorax ne permet pas d’utiliser la totalité de votre capacité respiratoire : vous êtes plus rapidement fatiguée parce que l’apport en oxygène n’est pas optimal, il est trop important par rapport à votre expiration.

Apprenez à respirer par le ventre, prenez votre temps !

Voici un exercice simple : allongez-vous et mettez un ballon à gonfler dans votre bouche. Inspirez profondément et expirez aussitôt en poussant sur le ventre pour que tout l’air s’échappe et que le ballon se gonfle entièrement.

C’est un exercice très efficace à répéter plusieurs fois.

La respiration profonde

Apprendre à bien respirer est simple : il suffit de déterminer dans la journée des moments où vous vous obligez à prendre de longues respirations. On parle alors de respiration profonde.

Vous pouvez, par exemple, inspirer en comptant jusqu’à trois, puis expirer de la même manière, sans faire de pause entre les deux. Non seulement vous prenez conscience de votre respiration mais cela vous oblige à vous calmer et à ramener votre attention vers l’intérieur.

Un nouvel exercice

Pour bien respirer, apprenez dès à présent à utiliser de façon optimale votre ventre et de façon minimum votre cage thoracique. Voici comment faire :

Placez votre main gauche sur le ventre et la main droite en bas de votre dos.

Expirez par le nez longtemps et doucement tout en appuyant sur votre ventre avec votre main gauche et en vérifiant avec la main droite que votre dos reste droit.

Puis inspirez lentement par le nez en gonflant votre ventre au maximum comme si l’air entrait directement en lui.

Attention, votre cage thoracique ne doit pas bouger (ou très peu) pendant tout l’exercice.

Au début, faites cet exercice tranquillement, à votre rythme, sans forcer et pendant deux à trois minutes seulement.

Ensuite, avec un entraînement régulier (l’idéal étant de vous entraîner quelques minutes tous les jours, car la régularité est importante), n’hésitez pas à pratiquer sans vos mains.

Puis, dès que vous avez besoin de gérer votre stress ou une tension, il vous suffira de mettre en place cette respiration et de vous concentrer sur ses effets positifs.

Avec de la pratique et de l’entrainement régulier, votre respiration va se déclencher toute seule dès que vous en éprouverez le besoin.

Connaissez-vous la respiration dite « de la lune » ?

Assise, le dos bien droit, vous êtes décontractée. Vous bouchez votre narine droite et inspirez par la narine gauche durant 1 seconde. Vous inversez ensuite le procédé.

A répéter 15 fois pour chaque narine.

Les bienfaits du tofu

Les bienfaits du tofu

Connu pour substituer la viande et le poisson dans le cadre d’un régime végétarien, le tofu, d’origine végétale, n’est pas dépourvu de vertus et de bienfaits pour la santé ! Certains omnivores l’intègrent même dans leur assiette sans quelconque restriction alimentaire. Alors, d’où vient le tofu et pour quelles raisons est-il bénéfique pour la ligne ? Réponses.

Origine du tofu

Le tofu est produit à partir de lait de soja caillé, lui-même fabriqué à partir de graines de soja broyées et bouillies. Sans goût ni parfum particuliers, seule sa texture diffère puisque l’on trouve du tofu soyeux ou du tofu ferme.

Le tofu ferme est graveleux et solide. C’est celui-ci que l’on utilise le plus en cuisine. On l’achète sous forme de bloc en grandes surfaces. Le tofu soyeux, quant à lui, a une texture plus molle et crémeuse à mi-chemin entre le flan et le yaourt. De par cette consistance, on s’en sert principalement pour remplacer les œufs ou pour préparer de nombreux desserts.

Aliment star du régime végétarien, c’est aux Chinois que l’on doit la création du tofu, il y a plus de 2000 ans ! C’est seulement au XIXème siècle que le tofu fut importé en Amérique du Nord et en Europe par des immigrants chinois et japonais.
 

Bienfaits et vertus du tofu

Première source de protéines végétales pour les végétariens, 240 g de tofu ferme fournit autant de protéines que 90 g de bœuf haché. Avec 6,3 g de protéines pour 100 g, son apport protéinique est nettement supérieur à celui de la viande… et de même qualité !

Le tofu contient deux à trois fois moins de calories que la viande. 100 g de tofu contient 125 calories alors que 100 g de bœuf haché renferme 300 calories… Autre avantage, le tofu est dénué d’acides gras saturés (comme on le trouve dans les viandes rouges ou les volailles) qui, rappelons-le, augmentent le risque de maladie cardio-vasculaire et de mauvais cholestérol. A l’inverse, il contient une petite quantité d’acides gras insaturés, les fameuses « bonnes graisses » pour l’organisme.

De par ses acides gras insaturés, le tofu est également riche en lécithines de soja. Ces substances diminuent le taux de mauvais cholestérol et se révèlent indispensables pour le fonctionnement nerveux et cérébral. Les autres substances que le tofu contient ? Les saponines, qui aident à lutter contre le vieillissement des cellules, les isoflavones, qui, proches de l’oestrodiol (l’hormone sexuelle de la femme), ont un impact sur l’équilibre hormonal féminin, ou encore les flavonoïdes, qui neutralisent les radicaux libres responsables de maladies cardiaques, d’athérosclérose, de cataracte, d’arthrite et bien d’autres maux…

Enfin, également fourni en vitamine B et en oligo-éléments (fer, calcium, magnésium, zinc, phosphore…), le tofu contribue à renforcer les défenses immunitaires, à solidifier les os, à régénérer le renouvellement cellulaire, à favoriser la digestion mais également à lutter contre la fatigue et le stress.
 

En cuisine

Le tofu soyeux remplace les œufs, le beurre, la crème fraîche ou le yaourt dans plusieurs de nos recettes salées et sucrées. Pour l’utiliser, sachez que 300 g de tofu soyeux est équivalent à trois œufs entiers, 300 g de beurre mou, 300 g de crème fraîche ou 300 g de yaourt. Il est aussi possible de réaliser des smoothies, des sauces vinaigrettes ou des sauces d’accompagnement à base de tofu soyeux (pour une salade composées, des frites maison, un filet de poisson ou un morceau de viande si l’on est omnivore…).

Le tofu ferme se cuisine de multiples façons. Marinégrillésauté, émietté… Seule condition, il faut bien l’égoutter et le sécher avec un papier absorbant avant de le cuisiner. On l’incorpore, coupé en cubes, dans une assiette de pâtes ou de riz, dans un gratin ou une poêlée de légumes, dans une soupe ou un potage, dans une salade composée ou des crudités… Sous forme de steak (découpé en tranches et grillé à la poêle), on l’ajoute dans un sandwich vegan ou le déguste tel quel accompagné de légumes et de féculents (pommes de terre rissolées, riz thaï, nouilles sautées…).

On n’oublie pas de donner davantage de goût au tofu en le faisant mariner avant de le cuisiner et de l’intégrer dans une de nos recettes. Pour se faire, on concocte, dans un récipient, une petite sauce salée à base de condiments, d’épices et d’herbes aromatiques (sauce soja, moutarde, miel, curry, thym séché, basilic…), y fait tremper des cubes de tofu ferme et met le tout au réfrigérateur pendant 1 heure minimum. Il nous suffit ensuite d’égoutter les cubes de tofu et de les cuire comme bon nous semble !