Archive | 9 septembre 2011

François-Henri Pinault, père du fils de Linda Evangelista, parle enfin

François-Henri Pinault le 9 avril 2011.

Le mois dernier, souvenez-vous, nous apprenions que le mannequin canadien Linda Evangelista, 46  ans, faisait appel à un tribunal de New York en vue de réclamer une pension alimentaire au papa de son petit Augustin, qui fêtera ses 5 ans en octobre 2011. L’icône de mode réclame en effet 46 000 dollars (32 000 euros), soit « la somme la plus élevée de l’histoire de ce tribunal des affaires familiales« , selon le juge qui gère l’affaire.

C’est dans le cadre de cette requête que l’identité du père de son fils, qui n’avait jamais été révélée par le top model depuis la naissance de son bout d’chou – un architecte new-yorkais était cité par les médias comme géniteur potentiel -, avait été connue.

Ce dernier n’est autre queFrançois-Henri Pinault, 49 ans, marié depuis février 2009 à l’actrice mexicano-libanaise Salma Hayek, 44 ans, avec qui il a une petite fille, Valentina Paloma (4 ans le 21 septembre).

Dans les colonnes du magazine ELLE en kiosques ce vendredi 9 septembre, l’homme d’affaires s’est exprimé avec transparence quant à cette information. « Mon fils s’appelle Augustin Evangelista Pinault. (…) Je l’ai reconnu dès 2007. Augustin est né le 11 octobre 2006, alors que ses parents étaient séparés depuis plus de huit mois et, à chaque occasion possible, je le fais participer à ma vie de famille aux États-Unis ou en France, notamment avec sa soeur Valentina, née en septembre 2007 ; il est totalement intégré à ma famille. »

François Henri-Pinault réajuste donc, via ses propos accordés à ELLE, les rumeurs selon lesquelles il serait totalement désengagé de la vie quotidienne de son fils. Selon une source proche, le patron du groupe PPR (Gucci, Yves Saint Laurent, Fnac et Puma) aurait proposé dès la naissance d’Augustin de participer au financement de son éducation, à l’instar de ce qu’il donne à la maman de ses deux autres enfants, Mathilde et François. Une suggestion que Linda Evangelista aurait refusé à l’époque.

Toujours selon ELLE, la somme de la pension devrait être fixée en décembre prochain.

Grand Dijon l Travaux du tram : Infos trafic quartier par quartier

Mâts d’éclairage, support caténaire, arrosage automatique, terre végétale… Les finitions ont débuté sur plusieurs tranches du futur tramway du Grand Dijon. Avant le week-end, aucune grosse modification n’est communiquée par la cellule circulation de la Ville de Dijon. Pour aller d’Est en Ouest, il est tout de même conseillé d’emprunter à nouveau le boulevard des Bourroches. De très grosses perturbations sont aussi enregistrées chaque après-midi au carrefour entre la rue de Chenôve et le boulevard des Valendons. A noter la réouverture partielle de la place du 1er mai et du Pont de l’Arquebuse, qui permet d’entrer ou de sortir de ville plus facilement.

  • Les nouveautés du vendredi 09 septembre :

Vendredi 09 septembre : Remise à 2 x2 de la rue Sully au niveau de la place barade.

Le point quartier par quartier :

  • Quartier Valmy

Rue Françoise Giroud : Travaux ponctuels de dévoiement des réseaux, la rue peut être en sens unique en fonction des besoins des entreprises.

  • Quartier Toison d’Or

Les rues adjacentes sont fermées à leurs débouchés sur l’avenue de Langres : avenues Kellerman, des Volontaires ainsi que les rues Paul Verlaine et Georges Simenon.

  • Quartier Grésilles

Avenue  Poincaré : entre la rue de Gray et le boulevard Trimolet. La circulation s’effectue coté sud à 2 x 1 voie.
La rue de la Boudronnée (rue devant l’Hôtel des impôts) est fermée et la circulation s’effectue à double sens rue des Ribottées.
Avenue Maréchal Lyautey : le carrefour avec le boulevard Trimolet est fermé. Les rues de la Boudronnée et Hugues III permettent d’entrer et sortir du quartier.

  • Quartier Maladière

Boulevard de Champagne : la circulation s’effectue à 2 x 1 voie sur la chaussée Sud. Le carrefour avec les rues de Gray et Léon Mauris fonctionne en quatre phases avec un alternat entre Léon Mauris et Gray. Cela diminue la capacité du carrefour et génère de l’attente sur les quatre axes.

  • Quartier Université

Entre la place Gaston Gérard et le boulevard Raymond Poincare : ouvert aux bus et accès à la rue Alix de Vergy pour permettre notamment aux riverains de circuler dans le quartier
Boulevard Jeanne d’Arc : circulation en configuration définitive entre la place Général Ruffey et l’entrée du tram sur le CHU.
Place Général Ruffey : Circulation normale sur les boulevards de Strasbourg et de Latrre de Tassigny. Le boulevard Trimolet est toujours fermé à son débouché sur cette place.
Rue Sully (au niveau de la faculté des Sciences) : la circulation s’effectue à 2×1 voie au niveau du carrefour à feux.

  • Quartier Drapeau-Junot

Avenue du Drapeau (entre la place Général Estienne – place du char – et le rond-point de la Nation) : la circulation s’effectue à  2 x 1 voie Un  itinéraire de substitution est mis en place par la rue Général Fauconnet ( S10) pour la circulation de transit.
Rue Guy de Maupassant : la voie est fermée au débouché sur l’avenue de Langres. Les feux tricolores gèrent maintenant la traversée piétonne. Ce secteur peut être évité par les véhicules de particuliers grâce aux itinéraires de substitution : Suivre S2 pour aller vers l’Ouest, la Fontaine d’Ouche, Paris, etc. Suivre S4 pour aller vers l’Est, Quétigny, l’Arc, etc. Suivre S10 quand vous arrivez du centre de Dijon pour aller vers le Nord.

  • Quartier centre-ville/place de la République

Place de la République : circulation à double sens sur la partie Nord de la place. Tous les mouvements sont possibles mais la capacité est réduite des 2/3. Cette faible capacité entraine la formation de files d’attente boulevard Thiers, rue Marceau , boulevard de la Trémouille, rue de la Préfecture.
Place Général Estienne : la place a pris sa configuration quasiment définitive. Pour autant, la capacité de la place Darcy nécessite de réguler le trafic depuis la rue du Général Fauconnet ou sur la rue Frémiet. Pensez à éviter cette place dans la mesure du possible.
Boulevard Clemenceau : Le boulevard est en sens unique dans le sens Place de la République > Jean Bouhey. La déviation est réalisée par le boulevard de la Marne (côté hôtel Mercure) puis le boulevard de Verdun, la rue Davout, la rue de Metz et le boulevard Thiers.
Avenue Foch : fermée définitivement à la circulation sauf pour les riverains, l’accès aux commerces et les livraisons. L’accès à la gare se fait par la place Darcy le long du square Darcy (derrière la Maison du Tram), puis la rue des Perrières et la rue Guillaume Tell. Pour rejoindre le Sud, le boulevard Sévigné est à double sens de circulation ou suivez S9 par Perrières/boulevards de l’Ouest et Bourroches.
Boulevard Sévigné : circulation à double sens entre la rue Mariotte et la rue Millotet mais attention : seuls les bus les taxis et les cycles y sont autorisés.
Boulevards De Brosses et de la Trémouille : une seule voie tout le long de l’axe et on circule coté Nord. Pour aller de Darcy à République, il est préférable d’emprunter la rue Devosge.
Place Saint Bernard : on circule sur la partie Nord en demi lune dans le sens boulevard De Brosses > boulevard de la Trémouille.
Rue du Temple : alternat sur la rue du Temple. Ouverte jusqu’en octobre à la circulation générale dans le sens De Brosses > place Grangier.
Rue Jean Renaud : circulation inversée côté Nord et rue fermée côté Sud.
Rue Bannelier : fermée à son débouché sur le boulevard De Brosses.
Rue du Château : la circulation sur la rue du Château est en sens unique de Grangier vers De Brosses.

  • Quartier Gare

Foch/Gare : la  zone chantier nécessite la fermeture du passage de la rue Guillaume Tell vers Albert 1er (aller du Nord au Sud au niveau de la Gare).  Depuis le Nord et Victor Hugo, pensez à prendre le boulevard de l’Ouest pour ne pas aller dans cette impasse.
Pont de l’Arquebuse : la circulation s’effectue à l’alternat sous ce dernier entre l’avenue Albert 1er et le boulevard Sévigné.
Rue de l’Arquebuse : mise en sens unique dans le sens Nord-Sud. La circulation entre la rue Joliet et la rue du Fbg Raines est réouverte uniquement dans ce sens.
Depuis la rue de l’Hôpital en arrivant au niveau de la rue Monge :
– Pour aller en gare, il faut prendre à gauche la rue du Faubourg Raines puis la rue Jehan de Marville puis la rue Nodot pour rejoindre l’avenue Albert 1er.
– Pour aller à l’Ouest ou au Nord, il faut prendre à gauche la rue du Faubourg Raines puis l’avenue de l’Ouche puis le Quai Nicolas Rollin (feu Amora) puis le boulevard des Gorgets (Le Bien Public) et le boulevard Kir pour se retrouver sur la RD905.
Ce sens unique a pour conséquence de charger l’accès au centre-ville par la rue Monge et la rue Mariotte. Quelques minutes d’attente sont à prévoir en heure de pointe pour passer le carrefour rue Mariotte/rue Chaussier.
Rue Monge et Du Faubourg Raines : La mise en place des rails en courbe nécessite la fermeture du carrefour et un alternat avec giration compliquée pour aller de Monge vers Faubourg Raines. Utilisez S9 à partir de la place Darcy pour quitter le centre-ville ou, mieux encore, les itinéraires S2 et S4 en venant du Nord pour rester sur les boulevards périphériques, ou S3 et S1 en venant du Sud.

  • Quartier Montchapet

Avenue Victor Hugo/boulevard de Troyes : alternat sur cette voie sur 50 mètres. Il y a des risques de remontée de file d’attente sur le boulevard François Pompon ; il en est de même dans le sens entrée de ville sur Talant

  • Quartier Sud

Rue de l’Hôpital / Premier Mai : En cemoment, ça circule plutôt bien sur cet axe.
Avenue Jean Jaurès entre la place du 1er Mai et la rue de Chenôve : Réouverture de la circulation dans les deux sens mais circulation alternée de 160 mètres réglé par feux tricolores au niveau du passage sur le canal.
Avenue Jean Jaurès : Circulation réouverte dans le sens sortie de ville.
Carrefour avenue Jean Jaurès/bd des Peyvets/bd Machureau : La circulation s’effectue à 2 x2 voie sur la chaussée nord sur le boulevard des Peyvets et le boulevard Machureau.
Boulevard des Valendons (limite Chenôve / Dijon) : circulation à sens unique  entre la rue Georges Serraz et la rue de Chenove. Alternat du carrefour rue de Chenove/ bd des Valendons sur l’axe Chenove – Maxime Guillot : saturation sur les quatres branches du carrefour aux heures de pointe, les capacités étant très réduites
Boulevard Henri Camp : Circulation à sens unique de la voie entre l’avenue Jean Jaurès et la rue de Chenôve dans ce sens de circulation.
Boulevard Palissy / Diables bleus (Bd parallèle à Jean Jaurès) : Circulation en 2 fois 1 voie soit sur la chaussée « sortie de ville » soit sur la chaussée « entrée de ville » en fonction de l’avancement des travaux.

  • Quétigny

Rue Sully / RD107b : circulation à 2X1 voie.
Boulevard de l’Université : la circulation à 2 fois une voie passe du coté nord au coté sud  entre Quetigny centre et l’avenue de Bourgogne. Les mouvements de tourne à gauche au carrefour à feux du boulevard de l’Université avec le boulevard de l’Europe (Conforama) sont interdits. En arrivant de Chevigny ou pour quitter la ZAC et rejoindre la rocade ou Dijon, il convient de suivre la déviation « Dijon » qui dirige les véhicules par le Bd de l’Europe puis les rues Alain Bombard et Champeaux (derrière la piscine Olympique). Cette disposition permet de fluidifier le trafic à ce carrefour très sollicité et sur lequel il ne reste qu’une seule voie par axe. Basculement de circulation sur la nouvelle voirie à deux fois une voie plus une voie bus. Attention, comme toujours, la dernière couche d’enrobé n’est pas réalisée il peut y avoir des émergences. Rappel : la vitesse est limitée à 30 lm/h.
Rue des Chalands (accès dans la ZAC) : de nouveau ouverte.
Rue Du Château : circulation à 2×1 voie sans grande perturbation sur la circulation.

Rappel des itinéraires de substitution et des déviations :
– pour aller ou quitter la zone commerciale, trois solutions : par le boulevard de l’Europe, par le Hameau de Mirande ou par Sennecey ;
– pour aller à Quétigny centre et Couternon, passer par le Hameau de Mirande ou suivre S21 depuis la rocade (par l’Arc) ;
– pour quitter Quétigny centre et Couternon, suivre S20 puis prendre l’Arc.

 

 

 

 

 

 

 

Dijon : Videz (ou remplissez) votre grenier, samedi 10 septembre !

Dans un communiqué reçu jeudi 1er septembre 2011, l’Union commerciale Wilson annonce qu’elle organise un vide-greniers samedi 10 septembre de 10h à 18h sur la place Wilson, à Dijon.

Pour en savoir plus, lire le communiqué de presse ci-dessous.

« Union commerciale Wilson : Vide-dressing du samedi 10 septembre 2011

  • L’Union commerciale Wilson

L’Union commerciale Wilson est une association loi 1901 regroupant les commerçants des quartiers Wilson, Saint-Pierre et Auxonne. Elle compte, en 2011, 70 adhérents aux activités variées.

→ L’objet social de l’UC Wilson vise à :

– promouvoir et défendre le commerce de proximité,

– fidéliser la clientèle,

– développer son attractivité,

–  animer son quartier.

→ Petit historique :

Créée en 1999 sous la dénomination Association de la Porte Saint-Pierre, l’UC Wilson a régulièrement organisé des actions destinées à répondre à son objet social (voir pages suivantes).

– 1999 : création de l’association de la Porte Saint-Pierre, Gilbert Sprecher président.

– 2003 : Daniel Rousseaux, président

– En 2006 : 32 adhérents

– Janv. 2007 : fusion des associations de la Porte Saint-Pierre et de la rue d’Auxonne >>> naissance de l’Union Commerciale Wilson

– En 2007 : 62 adhérents

– En 2009 : 61 adhérents

– En 2010 : 67 adhérents

– En 2011 : 70 adhérents

→ Projets 2011

Adhésion à la Fédération Dijon Je t’aime regroupant les Unions Commerciales de Centre Ville telles que UC Jeannin, UC JJ Rousseau, Dijon Je t’aime, UC Dauphine, UC Berbisey, UC Quartier des Halles, UC rue Charrue. Toutes ses Unions commerciales ont validé leur intention de se regrouper pour la mise en commun de moyens, d’idées et d’actions. Le calendrier prévoit la naissance juridique en milieu d’année 2011, la participation de toutes les UC aux opérations de 2011, et un budget commun dès 2012.

→ Les activités de l’Union commerciale Wilson

Chaque année, elle propose à ses adhérents et aux consommateurs :

– une décoration des vitrines pour marquer la venue du printemps,

– une opération Fête des Mères : tombola dotée d’un voyage pour deux personnes.

– un vide-grenier des particuliers le 10 septembre 2011

– une opération de fin d’année se déroulant sur les trois dernières semaines de décembre.

– Un guide des adhérents « Le Bon Plan », guide pratique, distribué gratuitement aux habitants des quartiers de proximité, répertoriant l’ensemble des adhérents ainsi que de nombreuses offres commerciales.

  • Vide Dressing Particuliers le 10 septembre mai de 8h à 18h.

– Plus de 300 exposants

– Plus de 1,2 km d’expositions sur 3 sites : Place Wilson, Allées du Parc Pair et Impair.

→ Objectifs

· Développer l’attractivité sur notre secteur d’activité

· Favoriser l’achat dans les commerces de proximité

· Augmenter le chiffre d’affaires des adhérents

· Animer le quartier

→ Cibles

Les habitants du quartier ciblé mais aussi attirer une population au niveau départemental.

  • La Place Wilson : un cadre idéal

La place du Président Wilson est connue et reconnue.

Située à l’entrée de Dijon, porte Saint Pierre, la place Wilson, avec sa double rangée de platanes et son kiosque à musique authentique, offre un cadre exceptionnel pour accueillir des manifestations de plein air.

A la fin du XIXème siècle et pendant une grande partie du XX ème siècle, la Place Wilson ou place du Peuple était le rendez vous incontournable de la population dijonnaise. Défilés, concerts, promenades, y rassemblaient de nombreux dijonnais.

Depuis le milieu du XXème siècle, le développement et les aménagements urbains, ont déplacé les centres d’intérêts. Sans être nostalgique, l’Union Commerciale Wilson pense que la Place Wilson peut vivre de nouvelles aventures au travers d’animations étudiées et provoquer un déplacement de la population vers ce site exceptionnel à l’entrée de Dijon et à proximité de son centre historique.

Le succès remporté à l’occasion du Vide Grenier annuel encourage l’association à poursuivre ses actions de valorisation du site« .

 

 

 

Rocade Est de Dijon : Restrictions de circulation du 12 au 23 septembre

Dans un communiqué reçu lundi 05 septembre 2011, la préfecture de Côte-d’Or annonce qu’en raison de travaux de réfection, une partie de la rocade Est de Dijon sera bloquée du lundi 12 au vendredi 23 septembre, de 20h30 à 06h30.

Pour en savoir plus, lire le communiqué de presse ci-dessous.

« Travaux sur la rocade-est de Dijon – du 12 au 23 septembre 2011

Fermeture à partir du diffuseur de l’Arc jusqu’au rond point G. Pompidou, dans le sens Sud-Nord de 20 H 30 à 6 H 30 

Des travaux de réfection de chaussée seront entrepris par la Direction interdépartementale des routes centre-Est (DIRCE), dans le sens Nord de la RN274 (Rocade Est de Dijon), sur le territoire de la commune de Saint Apollinaire, durant les nuits du 12 au 23 septembre prochain.

Pendant l’exécution des travaux, la circulation de tous les véhicules s’effectuera dans les conditions suivantes :

  • Sens Sud-Nord

Fermeture à la circulation de la RN274 du diffuseur de l’Arc au Giratoire G. Pompidou : la circulation sera déviée à partir de la bretelle n°1 de sortie du diffuseur de l’Arc et les usagers seront invités à emprunter la déviation par la rue Jean Moulin, l’avenue Champollion, le boulevard Maréchal Joffre, le rond point de la Nation et l’avenue de Langres.

  • Dans le diffuseur de l’Arc

La bretelle n° 2 d’entrée à la RN274, dans le sens Sud-Nord, sera fermée à la circulation, les usagers seront invités à emprunter la déviation décrite ci-dessus.

  • Dans le diffuseur de Cracovie

La bretelle n° 1 de sortie, dans le sens Sud-Nord, sera également fermée à la circulation.

  • Dans le diffuseur de Malines

Les bretelles n° 1 et n°2 de sortie et d’entrée, dans le sens Sud-Nord de la RN274 seront fermées à la circulation, et une déviation locale sera mise en place pour les usagers de la rue de Malines« .

 

 

 

Dijon : Trois nouveaux radars feux rouges à compter du 09 septembre

Dans un communiqué reçu jeudi 08 septembre 2011, la préfecture de Côte-d’Or annonce la mise en service de trois nouveaux radars de contrôle de franchissement des feux rouges à Dijon.

Pour en savoir plus, lire le communiqué de presse ci-dessous.

« Mise en service de nouveaux radars de contrôle automatisé de franchissement de feux rouges en Côte-d’Or 

La Préfète de la Côte-d’Or et le Procureur de la République se sont engagés à informer les usagers de la route de la mise en service de chaque nouveau radar automatique dans le département. Les conducteurs sont informés de la mise en service de nouveaux dispositifs de contrôle automatisé des franchissements de feux rouges sur la commune de DIJON, à partir de 00H00 le 09 septembre prochain :

Boulevard Joffre au carrefour avec la rue de Montalembert Sens Rond point de la Nation Place – St Exupéry
Boulevard Joffre au carrefour avec la rue Farman Sens Place St Exupéry – Rond point de la Nation
Rue Charles Dumont dans le sens Place Wilson – Zone industrielle de Longvic

Ces installations portent à 7 le nombre de dispositifs de contrôle automatisé des franchissements de feux rouges installés dans le département. Les emplacements déjà équipés sont les suivants :

– Carrefour Place St Exupéry / Boulevard des Martyrs sens Ville-Toison d’Or
– Carrefour Avenue Champollion-Dallas
– Carrefour Rue de Longvic-Schumann
– Débouché de la rue d’Auxonne-Place Wilson

Rappelons que le seul rôle des radars feux rouges est de contribuer à la sécurisation des zones urbaines en incitant les automobilistes à adopter une conduite responsable, le choix du lieu de leur implantation s’appuyant en premier lieu sur l’accidentalité liée au carrefour et le nombre de passage au feu rouge.

Principe de fonctionnement d’un radar de franchissement de feux rouges

Le dispositif de contrôle automatisé des franchissements de feux rouges est destiné à détecter automatiquement les usagers qui passent le feu lorsqu’il est rouge : lorsque le feu est au rouge, et qu’un usager se trouve sur la ligne d’effet de feu, une première photo numérique est prise par l’arrière, puis une deuxième photo lorsque le véhicule est en train de traverser le carrefour ; le fichier est transmis par liaison ADSL au Centre National de Traitement de Rennes avec l’ensemble des informations requises où la Police se charge alors de vérifier les informations reçues et décide d’envoyer ou non un procès verbal à l’usager.

Quelques chiffres clés

Depuis le début de l’année 2011, les quatre radars feux rouge implantés à Dijon ont relevé 8 600 infractions, soit  4 % en moins par rapport à la même période de 2010. Ce chiffre reste encore trop élevé, même si des progrès sont constatés chaque année.

En 2010, l’accidentalité du département de la Côte-d’Or est caractérisée par 500 accidents corporels dont 65,6% en agglomération. 226 accidents corporels, soit 45% du département, surviennent uniquement en zone urbaine de Dijon et font 5 sur les 34 victimes tuées et 268, soit 40%, des blessés du département.

Compte-tenu de ces résultats, les conducteurs sont appelés à nouveau à la vigilance et au respect des feux tricolores. La mise en service de ces nouveaux radars devrait contribuer à réduire le nombre des passages aux feux rouges et ainsi favoriser la diminution du nombre de victimes graves« .

 

 

 

11 Septembre 2001 : Une décennie et deux guerres plus tard…

Le 11 septembre 2001, 2.753 personnes décédaient à New York où deux avions de ligne détournés s’étaient écrasés contre les tours jumelles du World Trade Center. Au Pentagone à Washington et en Pennsylvanie, deux attaques semblables avaient porté le bilan total à quelque 3.000 morts… Alors que l’Amérique s’apprête à commémorer le dixième anniversaire de ces attentats, l’heure du bilan a sonné : quel a été l’impact de ce jour resté gravé dans toutes les mémoires ?

11/09/2001 : Conversations dans un avion

Jeudi 08 septembre, le New York Times révélait les enregistrements des dialogues tragiques du personnel de bord du vol 11 d’American Airlines condamné à s’écraser sur la tour nord du World Trade Center. « Des extraits de ces enregistrements audio avaient déjà circulé mais le document diffusé par la Rutgers Law Review, une université du New Jersey, offre tous les détails de cette matinée », note Cyberpres.ca, qui retranscrit ces enregistrements : « Dans un extrait, on entend un aiguilleur faire allusion à un incendie au World Trade Center. « Et c’est l’endroit, euh, où on a perdu la trace de l’avion », ajoute-t-il, incrédule. Au même moment, on entend un autre pilote non identifié demander : « Quelqu’un sait ce qu’est cette fumée dans le bas de Manhattan ? ». À la tour de contrôle de Boston, d’où sont partis les deux avions détournés vers New York, un aiguilleur demande : « Nous avons un problème, là, nous avons un avion qui a été détourné et qui se dirige vers New… New York, et nous avons besoin de vous, nous avons besoin d’un F-16 ou de quelque chose d’autre pour nous sortir de là ». La réponse révèle l’incrédulité la plus totale face aux événements : « On est dans la vraie vie là ou dans une simulation ? » (Lire ici l’article).

Complot, conspiration, mensonges… 

Malgré cela, l’idée que ces attentats soient le fruit d’une conspiration germent toujours dans de nombreux esprits, comme le relève RTL.com : « Au mépris d’innombrables enquêtes officielles, indépendantes ou journalistiques et bien souvent du simple bon sens, ces théories veulent que des agents américains voire israéliens – le complot « judéo-maçonnique » n’est jamais bien loin – aient disposé à l’avance des explosifs dans les tours du World Trade Center et au Pentagone, avant que ne frappent les avions du commando islamiste. D’autres suggèrent que même si l’administration de George W. Bush n’a pas ordonné la mort de ses propres citoyens, elle n’a rien fait pour empêcher les attentats alors qu’elle savait tout de leur préparation. Objectif : déclencher des guerres et réprimer les libertés publiques aux Etats-Unis. Ces différentes théories ont leur adeptes : en 2006, un sondage Scripps Howard révélait que 36% des Américains croyaient à un complot organisé au sommet de l’Etat fédéral ».

Et de noter : « Elles font florès dans le monde musulman et ailleurs, notamment en France, où L’effroyable imposture, de Thierry Meyssan publié peu après les attentats, s’est vendu à 200.000 exemplaires. Loose Change un documentaire indépendant, a été vu 125 millions de fois sur Google et 30 millions sur YouTube, selon son réalisateur Dylan Avery. Ce film résume les différentes théories qui vont à l’encontre de la version officielle des faits : les tours jumelles de New York n’ont pu s’effondrer du seul impact d’un avion de ligne ; l’évolution de Wall Street avant les attentats montrent que certains courtiers avaient été avertis ; c’est un missile de l’armée américaine, pas un avion, qui s’est abattu sur le Pentagone ; le vol 93 d’United Airlines ne s’est pas écrasé en Pennsylvanie, il a été abattu en vol » (Lire ici l’article). 

L’axe du « bien » contre celui du « mal »

Au contraire, d’autres ont pris ces attaques particulièrement à coeur… Un article du NouvelObs.com dresse le portrait de différentes personnes que le 11 septembre 2001 a changé à jamais : « Ils ont déménagé, quitté leur emploi, créé des fondations… Profondément marqués par les attentats du 11 septembre 2001, des Américains ont choisi de changer le cours de leur vie après la tragédie, même s’ils n’ont pas été touchés dans leur chair par les attaques contre le World Trade Center et le Pentagone. Avant le 11-Septembre, Nicholas Mercurio, alors lycéen à Providence, dans le Rhode Island (nord-est), voulait être chirurgien cardiologue et espérait intégrer l’université de Harvard ou celle de Columbia. Mais après les attentats, il a changé ses plans. « J’ai éprouvé le besoin de servir », explique-t-il. Agé de 16 ans, il ne connaissait aucune des victimes des attentats, mais après avoir parlé avec ses parents et son grand-père, ancien combattant de la Seconde guerre mondiale, il a décidé d’envoyer sa candidature à trois académies militaires » (Lire ici l’article).

Selon Le Monde.fr, tout un pays – les États-Unis – a été « emporté par la solidarité avec son gouvernement : « L’administration Bush ne se contente pas de fabriquer un ennemi idéologique uniforme en réalité inexistant – l’alliance entre Al-Qaida et Saddam Hussein –, elle ment pour mieux accréditer son invention. Tout un pays, emporté par la solidarité avec son gouvernement en cette période de grande tension, mais aussi avide de certitudes simples, s’engouffre dans la vision binaire que propose alors George W. Bush : « Nous sommes bons », dit le président dans son discours sur l’état de l’Union, le 29 janvier 2002. Les partisans de cette ligne assurent d’ailleurs détenir des preuves irréfutables que Saddam Hussein dispose d’armes de destruction massive. Deux guerres suivront : en Afghanistan puis en Irak, menées sous le sceau d’une nouvelle doctrine, la « guerre préventive », présentée par Condoleezza Rice, conseillère de George W. Bush à la sécurité nationale : il s’agit d’attaquer pour éviter de l’être » (Lire ici l’article extrait du hors-série du Monde La Décennie Ben Laden, en vente en kiosques, 98 p., 7,50 €). 

Dix ans plus tard, le site du ministère de la Défense indique que « le dispositif militaire français engagé dans le cadre des opérations en Afghanistan est armé par 4.000 militaires qui opèrent sur le territoire afghan, depuis le Tadjikistan et dans l’océan Indien. La mission en Afghanistan est de : sécuriser les zones placées sous notre responsabilité pour permettre les opérations de développement, de reconstruction, le déploiement des services de l’Etat ; soutenir la montée en puissance de l’armée nationale afghane pour lui permettre de reprendre à son compte les missions de sécurisation » (Consulter ici le dossier). 

Le 75e militaire français décédé en Afghanistan était originaire de Haute-Saône

En bientôt une décennie, 75 militaires français ont trouvé la mort en Afghanistan. Le dernier était originaire de Haute-Saône, selon France 3 Bourgogne.fr : « Le lieutenant-parachutiste de 36 ans, Valéry Tholy, touché par un « tir d’insurgé » avait grandi à Pennesières (Haute-Saône). Ses grands-parents et sa mère vivent encore dans cette commune où il était connu et apprécié. Valéry Tholy, intégré au 17ème régiment du génie parachutiste de Montauban, était en mission d’appui à l’armée afghane lorqu’il a été mortellement touché lors d’une opération de fouille de maisons. Plusieurs autres militaires ont été blessés. En 1998, il avait rejoint l’école supérieure et d’application du génie à Angers avant d’être affecté au 31ème régiment du Génie à Castelsarrasin. C’est en 2008 qu’il était arrivé à Montauban avant d’être Promu Lieutenant en 2009. Valéry Tholy a servi en ex-Yougoslavie, en République de Côte d’Ivoire, à Djibouti et en République Centre-Africaine (Lire ici l’article). 

Selon Bernard Valéro, porte-parole du ministère des Affaires étrangères et européennes, « la France joue pleinement son rôle en Afghanistan » : « De nombreux Français s’interrogent sur l’issue du conflit en Afghanistan, qui oppose le peuple afghan, soutenu par la communauté internationale, aux Talibans. Les Français s’interrogent aussi sur le sens de notre présence militaire dans ce pays, et sur les autres actions que nous y menons. Je crois utile de rappeler quelques faits, essentiels pour comprendre la partie qui se joue dans ce pays et dans laquelle la France a tout son rôle. La coalition internationale est intervenue en Afghanistan en appui des Etats-Unis, frappés par les attentats du 11 septembre 2001. L’alliance forgée entre Al-Qaïda et le régime taliban avait transformé l’Afghanistan en base arrière du terrorisme international. Depuis, des milliers de vies ont été sauvées, partout dans le monde, grâce à cette intervention. La présence, réelle mais résiduelle, d’éléments liés à Al-Qaïda en Afghanistan et dans les zones tribales pakistanaises rappelle que le danger, s’il n’a plus rien à voir avec celui d’il y a dix ans, existe encore. La lutte contre le terrorisme international passe, aujourd’hui encore, par l’Afghanistan, et tel sera le cas encore pendant de longues années. L’Etat afghan a besoin de temps pour prendre la succession de la communauté internationale dans cette lutte. Le transfert aux forces afghanes, des tâches menées jusque là par la coalition internationale , a commencé cette année. Ce transfert devrait se conclure, et cette période de transition devrait s’achever, en 2014. » (Lire ici le communiqué).

Nouvelle menace d’attentat

Tandis que plusieurs médias américains annonçaient jeudi 08 septembre qu’une nouvelle menace d’attentat viserait New York ou Washington (Lire ici l’article de Canoe.ca sur le sujet), le président des États-Unis, Barack Obama, a rédigé un message publié dans plusieurs journaux internationaux, dans lequel il se félicite d’avoir « déjoué des complots d’Al-Qaïda, éliminé Oussama Ben Laden et une bonne partie des cadres de son organisation, et placé Al-Qaïda sur la voie de la défaite. (…) En tant que communauté internationale, nous avons clairement montré que les terroristes ne faisaient pas le poids face à la force et à la capacité de récupération de nos citoyens. J’ai fait clairement savoir que les États-Unis n’étaient pas, et ne seraient jamais, en guerre contre l’islam » (Lire ici l’article du Monde.fr). 

Islamophobie : avant/après 

Et pourtant… Selon France-info.com, « Aux États-Unis, la communauté musulmane est formelle. Il y a eu un avant et un après-11-Septembre. La France, en revanche, n’a pas attendu la destruction des tours pour regarder de travers les musulmans. Mais le 11-Septembre a fonctionné comme un « accélérateur d’islamophobie », selon la formule d’Olivier Bobineau, sociologue des religions. (…) Aux USA, les préjugés battent leur plein. La relative bienveillance américaine à l’égard de l’Islam avant le 11-Septembre, a viré après les attentats en une méfiance manifeste. Au point de devoir lancer ces derniers mois une campagne intitulé My fellow American, pour tenter de changer le regard des Américains sur les musulmans (Lire ici l’article). 

En France, Alain Gresh, rédacteur en chef du Monde diplomatique, publiait en mars 2004 une pertinente analyse, À propos de l’islamophobie, plaidoyer en faveur d’un concept controversé : « Il faut revenir un moment sur les origines du mot islamophobie. Une recherche sur la base du Monde indique que ce quotidien a utilisé deux fois le terme entre le 1er janvier 1987 et le 10 septembre 2001, l’une en 1994, l’autre en février 2001. Soheib Bencheikh, souvent présenté comme le porte-parole d’un islam libéral, l’utilise comme titre de chapitre dans Marianne et le Prophète ; il écrit que l’islam suscite en France « un sentiment de rejet quasi unanime, implicite dans les discours, et assez catégorique dans l’imaginaire collectif des Français ». Si on consulte la base du Monde diplomatique avant 11 septembre 2001, le terme est utilisé deux fois : l’une dans un reportage sur Marseille (juillet 1997), qui reprend des citations de Soheib Bencheikh et l’autre par Tariq Ramadan (avril 1998), qui cite l’étude commandée en Grande-Bretagne par le Runnymede Trust en 1997, dirigée par le professeur Gordon Conway, Islamophobia : Fact Not Fiction, octobre 1997. (…) Quoiqu’il en soit, le terme « islampohobie », utilisé très ponctuellement jusqu’au 11 septembre 2001, est devenu d’usage courant, non seulement en France mais aussi aux Etats-Unis et dans tous les pays européens. Il semble donc répondre à une conjoncture nouvelle » (Lire ici l’article). 

Selon LCI.fr, « pour éviter toute nouvelle polémique sur la présence ou non de tel ou tel leader religieux, le maire de New York, Michael Bloomberg, a fait un choix radical : aucun n’est invité ce dimanche à Ground Zero et il n’y aura pas de prière. « La cérémonie a été planifiée en coordination avec les familles des victimes. Elle comprendra un mélange de lectures spirituelles, historiques et personnelles », explique la mairie de New York » (Lire ici l’article).

 

 

 

LETTRE DE DEMISSION DE SARKOZY

Françaises, Français, mes chers compatriotes,

Lorsque je fais le bilan du temps écoulé, que je passe en revue tous les événements qui se sont produits et les transformations que j’ai tenté d’apporter à notre société depuis mon élection (je vous rappelle que c’est vous qui m’avez élu en mai 2007), je me dis que les Français sont d’éternels insatisfaits et que quoi qu’on fasse, Il y a toujours 50% de mécontents, le reste n’étant pas heureux non plus.

Même si j’ai parfois un peu dérapé j’ai voulu que notre pays entre dans la modernité.

Alors, Carla et moi avons décidé de vous offrir le plus beau cadeau que vous semblez appeler de tous vos vœux.

Je vous présente ici ma démission de Président de la République française et j’ai décidé de partir au bout du  monde avec Carla et toute ma petite famille, avec notre «bling bling» qui vous fait tellement rigoler, ma Breitling à 58000 euros, et tout le reste!

Je vais vendre mon magnifique appartement de Neuilly-sur-Seine que vous aimeriez bien posséder, et je vais  vivre avec l’argent qu’il me rapportera, ainsi qu’avec les retraites que je vais toucher de toutes mes précédentes fonctions… Enfin… Tant que les caisses pourront payer.

Nous bronzerons nos corps de riches sur les yachts de Vincent (Bolloré), nous irons visiter à nouveau les pyramides en compagnie de notre ami le roi du Maroc, et surtout vous arrêterez de nous casser les bonbons avec vos éternelles jérémiades.

Je n’aurai plus à m’occuper de tous ces connards d’étudiants encapuchonnés, qui pensent à la retraite avant de penser à travailler, et qui sont toujours prêts à casser du CRS, et le ministre de l’éducation, quel qu’il soit.

Je n’aurai plus à serrer la main de tous ces guignols de syndicalistes de merde qui font chier tous les français avec leurs grèves à répétition, malgré leurs seulement 7% de représentativité, malgré les très gras salaires de syndicalistes qu’ils encaissent, et qui croient avoir la solution à tous les problèmes actuels en appliquant à la France les principes qui ont mené l’URSS à sa perte, et son peuple à la famine et la misère, et qui refusent de participer, au nom d’un sectarisme archaïque, au nom d’avantages acquis et pour beaucoup obsolètes, et qui contribuent à appauvrir un peu plus le pays.

  Je ne verrai plus les tronches de cake des socialistes toujours prêts à défendre les sans-abris, mais qui eux, les  pauvres, habitent Place des Vosges et dans le septième arrondissement, qui défendent la diversité et le multiculturalisme, mais qui envoient leurs enfants dans des écoles d’élites où les seuls musulmans sont les rejetons d’ambassadeurs et d’hommes d’États.

Je n’aurai plus à m’emmerder avec des diplomates chinois constipés par leur riz mélamine, ni avec des islamistes barbus qui détruisent les églises dans leurs pays pendant qu’ils réclament des mosquées chez nous, qui sont assez cons pour se faire sauter au nom de l’Islam et d’un prophète, dont Ataturk disait que  » l’Islam est la théologie absurde d’un bédouin immoral « .

Fini, de me laisser emmerder par tous ces « penseurs » qui veulent faire croire aux français que notre pays est une dictature, un pays ou la police est prête à casser de l’immigré, et qui ne sont pas foutus de voir que si les immigrés ne semblent pas être pressés de retourner chez eux, c’est parce que là-bas, la police les massacreraient pour de bon, s’ils osaient brûler une seule voiture.

Fini de me laisser emmerder par ceux qui prétendent que la déferlante du tiers monde est une chance pour la France, mais qui gueulent que les flics ne sont jamais là  quand on a besoin d’eux, dès qu’un arabe touche à leur bagnole ou pique le portable de leur fils.

Fini, les grèves de la SNCF et de la RATP, déclenchées par des mecs qui sont chouchoutés comme s’ils fourraient encore du charbon dans des locomotives à vapeur, qui font un caca nerveux dès qu’on leur demande une minute de travail supplémentaire, payée double en plus, mais qui voyagent gratuitement sur toutes les lignes, toute l’année, et même pendant les vacances.

Bon débarras de ces fonctionnaires qui fonctionnent à l’envers et qui trouvent le moyen, en étant deux fois plus nombreux par habitant qu’aux États-Unis ou qu’en Allemagne, sans parler du Japon, de fournir un service trois fois plus mauvais.

Terminé, les journalistes qui passent leur temps à critiquer mon train de vie, et qui voudraient bien avoir le même,  et qui sont tout heureux quand je les emmène se balader aux quatre coins du monde, aux frais du contribuable.

Ras le bol de ces bras cassés de l’équipe de France qui se prend pour le nombril du monde, qui crache sur la France en coulisse, et qui n’est même pas foutue de gagner des matchs pour justifier des énormes salaires qu’on leur sert.

Alors je pars et je vous laisse dans la merde que vous avez vous-mêmes créée.

Débrouillez vous avec Aubry, avec la CGT, avec le Parti Communiste aux mains ensanglantées de plus cent millions de morts et qu’on n’ose même pas interdire, avec la Fédération des Parents d’Élèves qui s’intéresse plus à défendre l’idéologie gauchiste, les enseignants, que leurs propres enfants, avec le nucléaire qui pourtant nous sauve un peu de la panade, avec les heures sup. que vous avez volées parce que pendant les heures payées vous avez tiré au flanc, avec le chômage qui incite déjà tout, sauf à retrouver du travail, avec la retraite à 55 ans, avec le sida, EDF GDF, le Dalaï-Lama, BHL et Fabius, et tant pis pour Canteloup et  Ruquier.

Arrangez-vous avec la hausse du pétrole qui va bientôt repartir, avec la récession, la vraie, qui n’est pas prête de se terminer, tandis que des pays moins cons que vous sont en plein boum économique. Vous qui avez voulu être plus malins que les autres, qui avez cru que vous alliez pouvoir placer votre argent mieux que votre voisin de palier, et qui, aujourd’hui demandez à l’État de prendre en charge vos pertes en les déduisant de vos impôts.

Quand est-ce que vous comprendrez que l’État, ce n’est pas votre maman?

Demandez aux socialistes, demandez à Ségolène Royal, Madame «je-sais-tout-sur-tout-et-vous-offrirai-la-belle-vie-si-vous-votez-pour-moi» et son«Désir d’Avenir», définitivement embourbé dans un passé sans espoir.

Réclamez lui, au maire de Paris dit « Bertrand l’embrayage », qu’il libère la profession de chauffeur de taxis, et qu’on puisse enfin trouver des taxis à tous les coins de rue, à toute heure du jour et de la nuit, et pour cinq euros la course, comme à New-York ou à Berlin, puisqu’il a rendu les routes impraticables. Demandez qu’il supprime cette escroquerie obligatoire qu’est le service à 15% dans les cafés et les restaurants, quand on vous sert avec la soupe à la grimace.

Demandez leur de vous faire travailler moins pour gagner plus, car on dirait bien que vous n’avez pas encore compris que les trente cinq heures, elles vous ont gravement appauvri, et que nos concurrents s’en frottent encore les mains. Demandez leur de rétablir un peu de démocratie dans notre horrible pays, demandez leur de combler vos fins de mois difficiles, et de vous payer vos prochaines vacances en Guadeloupe (tiens ! je les  avais oubliés les assistés  des DOM-TOM).

Demandez-leur par la même occasion de prendre leur argent aux riches pour le donner aux pauvres – que vous êtes forcement – alors que vous voudriez bien devenir riches.

Et  quand les riches seront pauvres et qu’ils ne sauront plus à qui prendre l’argent, moi je serai L.O.I.N et H.E.U.R.E.U.X,  sans vous bien sur, qui avez souhaité mon départ avec tant de ferveur.

Mes chers compatriotes, je vous laisse à vos grèves pour la retraite, à vos fantasmes d’enfants gâtés qui ridiculisent la France (vous me direz, depuis la coupe du monde, on est les champions du ridicule). Je vous souhaite l’avenir de merde que vous avez bien cherché, et  que vous êtes en train d’atteindre.

Carla et moi vous embrassons.


 Par Jean-Patrick Grumberg


 PS: Il semblerait qu’Albert II de Belgique soit sur le point d’en rédiger une aussi