Archive | 16 septembre 2011

Serge Lama : Souffrant, il annule des dates de sa tournée !

Serge Lama, lucide sur son état de santé, s'est fixé ses 70 ans et 2013 comme de point de départ de sa dernière tournée.

C’est une mauvaise nouvelle pour les fans de Serge Lama ! Le délicieux crooner se voit contraint de repousser plusieurs concerts de sa tournée Tour d’Horizons 2011. Il souffre de la hanche et compte se faire opérer début 2012. On le sait, il sentait son corps lui dicter de s’arrêter bientôt

Ainsi le chanteur de 68 ans ne préfère pas prendre de risques et par prudence vient de reporter en accord avec son tourneur Gilbert Coullier quelques dates en province de sa tournée Tour d’Horizons, qui doit s’achever à Jonzac le 17 décembre 2011. En revanche, il chantera bel et bien à l’Olympia à Paris les 7, 8 et 9 octobre prochains ! Il maintient ces dates !

C’est une opération bénigne qu’il subira à la hanche au début de l’année prochaine, que l’on se rassure. Il se confie d’ailleurs sur sa page Facebook.

« Chers amis,

Je sais que certains d’entre vous s’inquiètent de voir que certaines dates de ma tournée ont été annulées. En effet, je vais devoir subir une opération chirurgicale de la hanche. Afin de préserver au maximum la tournée prévue à l’automne 2011, j’ai souhaité que cette opération ne puisse intervenir qu’au début de l’année 2012. Toutefois, afin de prendre un minimum de risques et d’arriver dans les meilleures conditions possibles en 2012, je suis dans l’obligation d’alléger un peu mon programme en supprimant certaines villes. Je suis vraiment désolé, mais c’était prévisible. C’est une opération qui est assez courante aujourd’hui. Il est possible qu’à mon retour je me mette à faire du rock and roll, je suppose que vous voyez à quel personnage mythique je fais allusion !!! Je n’ai pas grand-chose à rajouter, à part que j’ai, avec plaisir, plus que ça même, retrouvé ma camarade, ma soeur de coeur et de duo, pour interpréter avec elle Aux Marches du Palais, vous avez reconnu bien entendu, la femme dont les lunettes réinventent les yeux, la superbe et indémodable Nana Mouskouri, une des plus grandes chanteuses mondiales, 300 millions de disques vendus, mais qui le sait ? Et qui en parle ? A bientôt et courage dans vos difficultés personnelles, dans cette période difficile. Je vous embrasse fort. PS : Pendant ma convalescence j’aurai d’autant plus de temps libre pour vous écrire des petits mots d’amour. Serge »

Pour l’heure, les concerts à Saint-Etienne, en Belgique, puis à Petite-Forêt, à Caen et à Digne les Bains, sont annulés. Comprenez reportés.

Beaune (21) : Jazz et vins ont rendez-vous du 17 septembre au 15 octobre

Envie de jazz et de vins d’excellence ? Dans un communiqué reçu mercredi 07 septembre 2011, le comité d’organisation du festival Jazz à Beaune présente la onzième édition de son rendez-vous d’automne, du samedi 17 septembre au samedi 15 octobre 2011 à Beaune, en Côte-d’Or.

Pour en savoir plus, lire le communiqué de presse ci-dessous.

« Au programme de Jazz à Beaune – Du samedi 17 septembre au samedi 15 octobre 2011

  • Samedi 17 et dimanche 18 septembre : Les Vendanges du jazz

Concerts gratuits en plein air les après-midi des 17 et 18 septembre, sur le kiosque place Carnot à Beaune. Deux à trois groupes par après midi se produiront pour un vrai échange de plaisirs autour de la musique Jazz.

  • Du jeudi 13 au samedi 15 octobre : La Paulée du jazz

Les 13-14-15 octobre en soirée. Les grands concerts avec des artistes de renommée internationale au théâtre ou à la nouvelle salle de spectacle de la Porte Marie de Bourgogne. Avec Gadjo Combo, Chucho Valdes & Afro Cuban Messengers et China Moses & Raphaël Lemonnier. Ces concerts sont précédés de dégustations de vins de Bourgogne en colaboration avec le BIVB et les syndicats viticoles partenaires.

  • Samedi 15 octobre : La Nuit du jazz

Belle surprise en fin de festival le samedi 15 octobre après le concert, comme dans un Club de Jazz, pour se retrouver et vibrer autour d’un groupe phare et de Jam Sessions jusqu’au bout de la nuit.

  • Du dimanche 09 au dimanche 16 octobre : Jazz à la Chapelle

Chapelle Saint Etienne du 9 au 16 octobre : Exposition de peintures de Jean-Claude BLIGNY, sur le thème les Paysages viticoles de Bourgogne. Dégustations des vins des syndicats viticoles partenaires. Initiations aux dégustations et aux vins de Bourgogne par le BIVB. Présentation de la Cave aux Arômes, etc. Animations jazz certains après midi

  • Plus d’infos

Sur le site officiel du festival ou par mail à jazzabeaune@orange.fr« .

Grand Dijon | Travaux du tram : Infos trafic quartier par quartier

Si la semaine est très calme en termes de modification d’emprises de chantier, vous continuerez cependant à rencontrer des difficultés de circulation un peu partout dans l’agglomération. La trêve des écoliers du primaire mercredi 14 septembre 2011 participe néanmoins à limiter la saturation en matinée. En revanche, les conditions de circulation seront assez difficiles sur le réseau structurant en fin d’après-midi ; il est donc préférable d’effectuer vos déplacements en matinée. Les secteurs à éviter demeurent inchangés : le carrefour Drapeau/Pascal/Gallieni – en tout début de journée suite à la réalisation d’une tranchée longitudinale -, le carrefour entre la rue de Chenôve et le boulevard des Valendons, l’axe République-Darcy dans les deux sens – 15 à 18 minutes en soirée – ou encore l’avenue Raymond Poincaré.

Le point quartier par quartier :

  • Quartier Valmy

Rue Françoise Giroud : Travaux ponctuels de dévoiement des réseaux, la rue peut être en sens unique en fonction des besoins des entreprises.

  • Quartier Toison d’Or

Les rues adjacentes sont fermées à leurs débouchés sur l’avenue de Langres : avenues Kellerman, des Volontaires ainsi que les rues Paul Verlaine et Georges Simenon.

  • Quartier Grésilles

Avenue  Poincaré : entre la rue de Gray et le boulevard Trimolet. La circulation s’effectue coté sud à 2 x 1 voie.
La rue de la Boudronnée (rue devant l’Hôtel des impôts) est fermée et la circulation s’effectue à double sens rue des Ribottées.
Avenue Maréchal Lyautey : le carrefour avec le boulevard Trimolet est fermé. Les rues de la Boudronnée et Hugues III permettent d’entrer et sortir du quartier.

  • Quartier Maladière

Boulevard de Champagne : la circulation s’effectue à 2 x 1 voie sur la chaussée Sud. Le carrefour avec les rues de Gray et Léon Mauris fonctionne en quatre phases avec un alternat entre Léon Mauris et Gray. Cela diminue la capacité du carrefour et génère de l’attente sur les quatre axes.

  • Quartier Université

Entre la place Gaston Gérard et le boulevard Raymond Poincare : ouvert aux bus et accès à la rue Alix de Vergy pour permettre notamment aux riverains de circuler dans le quartier
Boulevard Jeanne d’Arc : circulation en configuration définitive entre la place Général Ruffey et l’entrée du tram sur le CHU.
Place Général Ruffey : Circulation normale sur les boulevards de Strasbourg et de Latrre de Tassigny. Le boulevard Trimolet est toujours fermé à son débouché sur cette place.
Rue Sully (au niveau de la faculté des Sciences) : la circulation s’effectue à 2×1 voie au niveau du carrefour à feux.

  • Quartier Drapeau-Junot

Avenue du Drapeau (entre la place Général Estienne – place du char – et le rond-point de la Nation) : la circulation s’effectue à  2 x 1 voie Un  itinéraire de substitution est mis en place par la rue Général Fauconnet ( S10) pour la circulation de transit.
Rue Guy de Maupassant : la voie est fermée au débouché sur l’avenue de Langres. Les feux tricolores gèrent maintenant la traversée piétonne. Ce secteur peut être évité par les véhicules de particuliers grâce aux itinéraires de substitution : Suivre S2 pour aller vers l’Ouest, la Fontaine d’Ouche, Paris, etc. Suivre S4 pour aller vers l’Est, Quétigny, l’Arc, etc. Suivre S10 quand vous arrivez du centre de Dijon pour aller vers le Nord.

  • Quartier centre-ville/place de la République

Place de la République : circulation à double sens sur la partie Nord de la place. Tous les mouvements sont possibles mais la capacité est réduite des 2/3. Cette faible capacité entraine la formation de files d’attente boulevard Thiers, rue Marceau , boulevard de la Trémouille, rue de la Préfecture.
Place Général Estienne : la place a pris sa configuration quasiment définitive. Pour autant, la capacité de la place Darcy nécessite de réguler le trafic depuis la rue du Général Fauconnet ou sur la rue Frémiet. Pensez à éviter cette place dans la mesure du possible.
Boulevard Clemenceau : Le boulevard est en sens unique dans le sens Place de la République > Jean Bouhey. La déviation est réalisée par le boulevard de la Marne (côté hôtel Mercure) puis le boulevard de Verdun, la rue Davout, la rue de Metz et le boulevard Thiers.
Avenue Foch : fermée définitivement à la circulation sauf pour les riverains, l’accès aux commerces et les livraisons. L’accès à la gare se fait par la place Darcy le long du square Darcy (derrière la Maison du Tram), puis la rue des Perrières et la rue Guillaume Tell. Pour rejoindre le Sud, le boulevard Sévigné est à double sens de circulation ou suivez S9 par Perrières/boulevards de l’Ouest et Bourroches.
Boulevard Sévigné : circulation à double sens entre la rue Mariotte et la rue Millotet mais attention : seuls les bus les taxis et les cycles y sont autorisés.
Boulevards De Brosses et de la Trémouille : une seule voie tout le long de l’axe et on circule coté Nord. Pour aller de Darcy à République, il est préférable d’emprunter la rue Devosge.
Place Saint Bernard : on circule sur la partie Nord en demi lune dans le sens boulevard De Brosses > boulevard de la Trémouille.
Rue du Temple : alternat sur la rue du Temple. Ouverte jusqu’en octobre à la circulation générale dans le sens De Brosses > place Grangier.
Rue Jean Renaud : circulation inversée côté Nord et rue fermée côté Sud.
Rue Bannelier : fermée à son débouché sur le boulevard De Brosses.
Rue du Château : la circulation sur la rue du Château est en sens unique de Grangier vers De Brosses.

  • Quartier Gare

Foch/Gare : la  zone chantier nécessite la fermeture du passage de la rue Guillaume Tell vers Albert 1er (aller du Nord au Sud au niveau de la Gare).  Depuis le Nord et Victor Hugo, pensez à prendre le boulevard de l’Ouest pour ne pas aller dans cette impasse.
Pont de l’Arquebuse : la circulation s’effectue à l’alternat sous ce dernier entre l’avenue Albert 1er et le boulevard Sévigné.
Rue de l’Arquebuse : mise en sens unique dans le sens Nord-Sud. La circulation entre la rue Joliet et la rue du Fbg Raines est réouverte uniquement dans ce sens.
Depuis la rue de l’Hôpital en arrivant au niveau de la rue Monge :
– Pour aller en gare, il faut prendre à gauche la rue du Faubourg Raines puis la rue Jehan de Marville puis la rue Nodot pour rejoindre l’avenue Albert 1er.
– Pour aller à l’Ouest ou au Nord, il faut prendre à gauche la rue du Faubourg Raines puis l’avenue de l’Ouche puis le Quai Nicolas Rollin (feu Amora) puis le boulevard des Gorgets (Le Bien Public) et le boulevard Kir pour se retrouver sur la RD905.
Ce sens unique a pour conséquence de charger l’accès au centre-ville par la rue Monge et la rue Mariotte. Quelques minutes d’attente sont à prévoir en heure de pointe pour passer le carrefour rue Mariotte/rue Chaussier.
Rue Monge et Du Faubourg Raines : La mise en place des rails en courbe nécessite la fermeture du carrefour et un alternat avec giration compliquée pour aller de Monge vers Faubourg Raines. Utilisez S9 à partir de la place Darcy pour quitter le centre-ville ou, mieux encore, les itinéraires S2 et S4 en venant du Nord pour rester sur les boulevards périphériques, ou S3 et S1 en venant du Sud.

  • Quartier Montchapet

Avenue Victor Hugo/boulevard de Troyes : alternat sur cette voie sur 50 mètres. Il y a des risques de remontée de file d’attente sur le boulevard François Pompon ; il en est de même dans le sens entrée de ville sur Talant

  • Quartier Sud

Rue de l’Hôpital / Premier Mai : En cemoment, ça circule plutôt bien sur cet axe.
Avenue Jean Jaurès entre la place du 1er Mai et la rue de Chenôve : Réouverture de la circulation dans les deux sens mais circulation alternée de 160 mètres réglé par feux tricolores au niveau du passage sur le canal.
Avenue Jean Jaurès : Circulation réouverte dans le sens sortie de ville.
Carrefour avenue Jean Jaurès/bd des Peyvets/bd Machureau : La circulation s’effectue à 2 x2 voie sur la chaussée nord sur le boulevard des Peyvets et le boulevard Machureau.
Boulevard des Valendons (limite Chenôve / Dijon) : circulation à sens unique  entre la rue Georges Serraz et la rue de Chenove. Alternat du carrefour rue de Chenove/ bd des Valendons sur l’axe Chenove – Maxime Guillot : saturation sur les quatres branches du carrefour aux heures de pointe, les capacités étant très réduites
Boulevard Henri Camp : Circulation à sens unique de la voie entre l’avenue Jean Jaurès et la rue de Chenôve dans ce sens de circulation.
Boulevard Palissy / Diables bleus (Bd parallèle à Jean Jaurès) : Circulation en 2 fois 1 voie soit sur la chaussée « sortie de ville » soit sur la chaussée « entrée de ville » en fonction de l’avancement des travaux.

  • Quétigny

Rue Sully / RD107b : circulation à 2X1 voie.
Boulevard de l’Université : la circulation à 2 fois une voie passe du coté nord au coté sud  entre Quetigny centre et l’avenue de Bourgogne. Les mouvements de tourne à gauche au carrefour à feux du boulevard de l’Université avec le boulevard de l’Europe (Conforama) sont interdits. En arrivant de Chevigny ou pour quitter la ZAC et rejoindre la rocade ou Dijon, il convient de suivre la déviation « Dijon » qui dirige les véhicules par le Bd de l’Europe puis les rues Alain Bombard et Champeaux (derrière la piscine Olympique). Cette disposition permet de fluidifier le trafic à ce carrefour très sollicité et sur lequel il ne reste qu’une seule voie par axe. Basculement de circulation sur la nouvelle voirie à deux fois une voie plus une voie bus. Attention, comme toujours, la dernière couche d’enrobé n’est pas réalisée il peut y avoir des émergences. Rappel : la vitesse est limitée à 30 lm/h.
Rue des Chalands (accès dans la ZAC) : de nouveau ouverte.
Rue Du Château : circulation à 2×1 voie sans grande perturbation sur la circulation.

Rappel des itinéraires de substitution et des déviations :
– pour aller ou quitter la zone commerciale, trois solutions : par le boulevard de l’Europe, par le Hameau de Mirande ou par Sennecey ;
– pour aller à Quétigny centre et Couternon, passer par le Hameau de Mirande ou suivre S21 depuis la rocade (par l’Arc) ;
– pour quitter Quétigny centre et Couternon, suivre S20 puis prendre l’Arc.

Dijon : 64 postes toujours menacés aux Laboratoires Fournier

Les salariés des laboratoires pharmaceutiques Fournier de Dijon n’ont pas fini d’entendre parler du plan social annoncé par leur direction mercredi 22 juin 2011… Dans un communiqué de presse publié vendredi 24 juin, les élus du comité d’entreprise accusaient déjà le groupe américain Abbott, propriétaire de la société, de « supprimer petit à petit les emplois des laboratoires locaux », après avoir « clairement annoncé que la section recherche & développement des Laboratoires Fournier ne rentrait pas dans sa stratégie » (Lire ici notre article sur le sujet). 64 postes sont aujourd’hui sur la sellette à Dijon.

Nouvelle étape dans ce feuilleton social : mercredi 14 et jeudi 15 septembre 2011, un comité d’entreprise extraordinaire réunissait représentants de la direction et du personnel pour deux jours de négociations autour de ce plan de suppressions de postes… « Le groupe Abbott affiche une rentabilité de 18% et son chiffre d’affaires ne cesse d’augmenter. Pourtant, il justifie ces licenciements par des difficultés économiques », déplore Jacques Amiot, délégué CFDT et secrétaire du comité d’entreprise des laboratoires Fournier. Et de préciser : « Surtout, la direction n’avait jamais transmis le plan stratégique ni le business plan de l’entreprise à consultation, ce qui rendait impossible pour nous la vérification de ces problèmes économiques présumés ».

Pendant ces deux jours de comité d’entreprise, les salariés ont donc, « avant toute autre négociation », tenté d’obtenir ces documents économiques afin de les présenter à un expert comptable. « Nous avons finalement obtenu de la direction qu’elle fournisse ces documents à notre expert lundi 03 octobre 2011, afin que celui-ci évalue si ces difficultés économiques annoncées par Abbott justifient vraiment les licenciements », explique Jacques Amiot. Le sort des 64 salariés concernés par le plan social reste donc suspendu aux conclusions de cet expert comptable, qui seront rendues « à la fin octobre », conclut-il… En attendant, le malaise des salariés sourd, à en juger par ce billet de un dollar circulant dans les bureaux, où le visage du président Georges Washington a été remplace par celui du Pdg d’Abbott…

Grand Dijon : Le réseau Divia à l’aube du changement…

Le compte à rebours est désormais lancé. En annonçant l’ouverture de la ligne T2 du tramway au 1er septembre 2012, le sénateur-maire de Dijon, François Rebsamen, a boosté le calendrier, du moins dans les esprits. Il faut dire que les chantiers restent nombreux : sur le terrain déjà, les travaux devant être achevés avant le mois de juin mais aussi dans les bureaux… Ainsi, du côté de Divia, acteur du réseau de transports en commun du Grand Dijon, les métamorphoses ne manquent pas : renouvellement complet de la flotte, mise en place d’une billettique sans contact et d’un nouveau réseau… Tour d’horizon de ce qui va changer dans les mois à venir.

Un lifting pour le 1er septembre 2012

Revêtement de la plateforme en enrobé ou en gazon, pose des caténaires ou de la signalétique… Sur certaines portions du linéaire du futur tramway du Grand Dijon, les travaux de finitions débutent. Les mois sont désormais comptés puisque la première ligne – la ligne T2 reliant la gare de Dijon à Quétigny – devrait être officiellement ouverte le 1er septembre 2012 (Lire notre article ici). « Le maire a pris les deux extrêmes », confie André Gervais, adjoint au maire de Dijon, premier conseiller communauté du Grand Dijon, référent pour les travaux du tramway. « Le matériel roulant ne pourra être livré au complet avant septembre 2012 mais nous pourrons sans doute être prêts avant la fin de l’échéance, au mois de décembre ». En signant le contrat d’achat le 15 septembre 2009, le Grand Dijon et Brest métropole océane ont réalisé une économie d’échelle très importante – environ neuf millions d’euros plaçant Dijon au stade des tramways les moins chers de France – mais ont aussi imposé un calendrier qui doit aujourd’hui être remis en cause. Avancée à trois reprises, la date de mise en circulation ne pouvait plus correspondre avec le carnet de commandes d’Alstom.

Pour des questions d’organisation, la ligne T2 sera donc la première à ouvrir. « La ligne de tramway T1 qui sera mise en service avant la fin 2012 correspond grossièrement à l’actuelle Lianes 2 », introduit Laurent Senecat, responsable marketting chez Divia. « Il est donc plus facile pour nous de mettre en place le nouveau réseau en remplaçant temporairement cet axe ». Car l’arrivée de ce nouveau mode de transport induit aussi une restructuration du réseau. Plus légère qu’en 2004 ou même qu’en 2010, elle aura pour principale incidence de libérer totalement la rue de la liberté qui sera de fait entièrement rendue au piéton. « Les quatre premières lianes seront connectées au centre-ville, place Darcy ou place de la République et une cinquième servira à rabattre les clients sur la ligne de tramway dans le secteur de Chevigny-Saint-Sauveur et Quetigny ». Le projet global ne peut encore être dévoilé mais est depuis plusieurs mois sur les bureaux des différents élus : « La concertation a débuté en décembre 2010 avec la commune de Saint-Apollinaire. Depuis, une cinquantaine de réunion a eu lieu avec l’ensemble des élus des communes du Grand Dijon ».

Un an de concertation

En effectuant une première restructuration avant les travaux, Divia ne s’attendait pas à avoir autant de retours : « Nous avons amené de nombreuses questions, susciter l’intérêt des voyageurs, une première étape au succès de ce nouveau réseau », considère Laurent Senecat. « Les élus de Magny-sur-Tille ou de Crimolois ont été rencontrés de la même façon que ceux de Chenôve ou Talant. Nous avons rarement eu une telle mobilisation des élus ». Sur la commune de Talant d’ailleurs, les services techniques avaient eux-mêmes réalisé un bilan avant d’échanger autour des propositions soumises par le délégataire de service public. À la fin janvier 2012, le projet devrait être bouclé et soumit une nouvelle fois aux différentes communes. Une concertation très longue pour faire taire les polémiques : En décembre 2009, Rémi Delatte, maire de Saint-Apollinaire affirmait que 75% des habitants n’approuvaient pas la refonte du réseau. Cette fois-ci, les devants ont été pris.

« Lors de la première réunion à Saint-Apollinaire, nous avons remis l’ensemble des éléments pour permettre à une commission mixte associant élus et habitants de délibérer. Nous leur avons ensuite proposé trois variantes avec les avantages et les inconvénients de chacune »… En septembre 2012, les dernières modifications seront apportées et une nouvelle flotte de bus devrait venir marquer ce changement. « À la demande du Grand Dijon, nous travaillons depuis un petit moment sur ce dossier », explique Laurent Senecat, responsable marketing à Divia. « Avec les services techniques de l’agglomération et notre équipe pilotée par Pierre Audoin, nous avons établi un cahier des charges pour les consultations. À ce jour, plusieurs constructeurs se sont positionnés et nous allons réaliser des essais pour savoir comment réagissent les véhicules ».

Un des plus gros contrats de bus hybrides

Car, en raison de la topologie de l’agglomération, les véhicules doivent répondre à certaines caractéristiques. Ainsi, durant plusieurs jours, les chauffeurs ont pu essayer un bus en provenance du réseau belge « De Lijn« , un « moyen de s’approprier le matériel pour voir comment la bête réagit ». Sa capacité électrique en côte est alors mesurée du côté de la montagne Sainte-Anne et son système « start-and-stop » testé. Initialement, il s’agit d’un dispositif d’arrêt et de redémarrage automatique du moteur d’une voiture mais son adaptation sur les bus est toute fraîche. Il est encore difficile de dire s’il réagit bien aux multiples arrêts dus à la descente et à la montée des voyageurs. Mais il faudra encore patienter avant de les voir dans les rues de Dijon. Aujourd’hui les résultats de l’appel d’offres ne sont toujours pas connus : « Au printemps 2012, le Grand Dijon fera son choix, les constructeurs sont donc en train de se positionner car en plus du contrat de 102 bus hybrides, il y en a un second pour la reprise des bus au gaz », ajoute Laurent Senecat.

Les premiers prototypes devraient arriver à Dijon entre juin et septembre 2012 pour faire les réglages. « Il faut en effet prendre en compte la configuration de l’agglomération, calculer le pourcentage de plat, de pente pour optimiser le fonctionnement des véhicules ». Les bus de série seront livrés à partir de l’automne 2012, une transition courte pour éviter qu’une fracture trop grande se creuse entre l’image du réseau de tramway et celle du réseau de bus. Le contrat – 102 bus hybrides dont 61 articulés – serait un des plus gros jamais passé en France et leur affectation est déjà en débat : « L’objectif est de les mettre sur les lignes à fort potentiel, essentiellement sur les lianes comme la L5 entre Talant et le campus et qui ne changera pas beaucoup ou encore sur Corol qui sera légèrement modifié mais qui monte en puissance ».

Bientôt du wifi dans les bus ?

« Nous avons actuellement 240 bus et nous allons en perdre une quarantaine avec l’arrivée du tramway et des cent bus hybrides. Le rajeunissement va être terrible. Les voyageurs vont s’en rendre compte car en ce moment les carrosseries et les amortisseurs des bus sont en très mauvais état ». Et pour accompagner ce renouvèlement, Divia ne manque pas d’idée ! Un panel de 500 utilisateurs a été mis en place sur internet afin de recueillir l’avis des clients. Au programme : du wifi, des affichages électroniques, des nouvelles couleurs ! « Nous interrogeons les voyageurs sur le nombre de sièges nécessaires, sur l’emplacement des boutons, des mains courantes afin d’aménager la nouvelle flotte mais nous avons souhaité quelles innovations pouvaient être attendues par les clients ». En regardant ce qui se faisait dans les autres réseaux européens, comme à Madrid en Espagne, Divia se pose la question de la mise en place d’un réseau sans fil.

« Nous avons actuellement de nombreux équipements qui fonctionnent en wifi mais les retours des autres réseaux ne sont pas très concluants », poursuit Laurent Senecat. « Nous voulons tout de même voir s’il s’agit d’une attente des Dijonnais ». Les écrans dynamiques garderont pour objectif d’accompagner le voyageur mais pourront être amenés à valoriser plusieurs événements. Cependant, la logique ne sera jamais commerciale et un affichage tiers pourrait être mis en place pour promouvoir un spectacle. « De plus, la logique politique du grand Dijon est de faire en sorte que l’effet tram pour tous soit visible donc on ne laissera pas à la traine l’identité visuelle des bus. Il sera coordonné avec le tram pour appartenir à une même famille ».

Du côté des voyageurs, l’événement le plus marquant durant les prochains mois sera le passage à la billettique sans contact. Des câblages sont d’ores et déjà en cours sur plusieurs véhicules afin de pouvoir tester la technologie similaire à celle utilisée par les cars Transco (Lire notre article ici). « L’objectif est d’être prêt au mois de mai, date du lancement officiel avec différents supports possibles : la carte sans contact sera la plus généralisée mais la clé USB permettra par exemple de charger directement les tickets en ligne ». À plus long terme, le système pourra fonctionner avec les téléphones Near field communication (NFC), pouvant être traduit par communication en champ proche. Mais le marché des téléphones NFC est encore très mineur en France et le dispositif s’il n’est pas mis en service dès le mois de mai 2012 pourra être lancé plus tard pour éviter des investissements supplémentaires.

infOs pratiques

À noter qu’à l’occasion des journées du patrimoine les 17 et 18 septembre 2011, le Grand Dijon propose de découvrir le tramway en quatre dimensions :

  • Insolite avec le réservoir Darcy | Samedi et dimanche de 10h à 19h | inscription obligatoire au 0800 13 2013
  • Écologique avec le centre d’exploitation et de maintenance tram/bus | samedi de 14h à 19h et dimanche de 10h à 19h
  • Historique avec une conférence de l’inrap au Grand Dijon | vendredi 16 septembre à 19h
  • Ludique à la maison du tramway | Samedi et dimanche de 10h à 19h