Annie Cordy : Mort de la chanteuse à 92 ans

Annie Cordy - 8e édition du Festival du film francophone d'Angoulême

Triste nouvelle pour le monde de la chanson et du cinéma : la populaire Annie Cordy est morte le 4 septembre 2020. La star belge, faite baronne en son pays, avait 92 ans. On lui doit des tubes comme « Tata Yoyo » ou « La bonne du curé ».

Le monde du spectacle en deuil : Annie Cordy est morte. C’est une bien triste nouvelle que relate Nice-Matin. Selon leurs informations, la star a été « retrouvée chez elle par les pompiers, appelés vers 19h30 pour un malaise à son domicile, situé chemin du Séminaire à Vallauris. » Malheureusement, sur place, ils ont constaté un arrêt cardiaque.

Annie Cordy était née le 16 juin 1928 à Laeken, au Nord de Bruxelles en Belgique. La star, de son vrai nom Léonie Cooreman, aura très vite le goût des arts grâce à sa maman qui l’avait inscrite à la danse puis au piano et au solfège. Pas de mystère alors qu’elle se lance dans une carrière dans le show-business ! Après un bref début sur la scène bruxelloise en 1950, c’est en traversant la frontière et en posant ses bagages en France qu’elle rencontrera le succès. Elle sera très vite embauchée comme meneuse de revue par le Lido puis par l’ABC. Elle mènera alors une carrière de touche-à-tout comme chanteuse, actrice, artiste de music-hall…

Côté musique, elle a enregistré plus de 700 chansons et offert des tubes incontournables comme Tata YoyoLa bonne curé ou encore Cho Ka Ka O. Des chansons festives qu’elle défend sur scène – dans des salles mythiques comme l’Olympia et Bobino – et à la télévision avec une énergie folle, en véritable showgirl de l’époque. Elle s’offre des danseurs, des chorégraphies et des costumes clinquants. Elle se produira aussi avec des opérettes comme La Route fleurie et Tête de Linotte mais aussi dans des comédies musicales notamment avec l’adaptation française de Hello, Dolly !.

Annie Cordy avait plusieurs cordes à son arc et était également actrice sur les planches, à la télévision et au cinéma. Au théâtre, elle avait joué sa première pièce, Madame Sans Gêne, en 1981 et sa dernière, Laissez-moi sortir, en 2011. Sur le petit écran on avait pu la voir dans Une mère comme on n’en fait plus, Je retourne chez ma mèreLe refugeFabien CosmaLe Tuteur ou encore Scènes de ménagesChefs… Il y avait aussi le grand écran où sa carrière avait commencé en 1953 et qui compte une quarantaine de films. Parmi ses plus gros succès figurent Les herbes follesLe crime est notre affaireDiscoTamara 2… Les plus attentifs auront aussi reconnu sa voix derrière le personnage de Grand-mère Feuillage dans le film de Disney Pocahontas.

Une carrière riche qui lui avait notamment valu d’être anoblie par le roi des Belges Albert II, qui l’avait faite baronne en 2004.

Côté coeur, Annie Cordy avait été mariée à François-Henri Bruneau, mort en 1989 et n’avait jamais pu avoir d’enfants.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.