Archive | 6 mars 2013

Biographie de Marlène DIETRICH

Marie Magdalena Dietrich est née le 27 décembre 1901 à Berlin-Schöneberg . Elle
est la fille cadette de Erich Otto Dietrich, officier prussien, et de Joséphine
née Felsing. Sa sœur aînée Elisabeth est née en 1900 . Elle perd son père, en
1908, lorsqu’elle a 7 ans. A 11 ans, elle change son prénom en Marlene. Sa mère
se remarie avec le Eduard von Losch, officier de cavalerie, qui adopte Elisabeth
et Marlene. Marlene cultive ses dons pour la musique et le chant mais doit
abandonner le violon à la suite d’un accident au poignet. Son beau père est tué
pendant la première guerre mondiale, en 1916, alors qu’elle n’a que 15 ans. De
1919 à 1921 elle est interne à Weimar et poursuit ses études. En 1922 elle
commence par des petits rôles au thèatre, en particulier au « Grosses
Schauspielhaus ». Elle obtient également des rôles mineurs au cinéma. Son
premier rôle crédité est Lucy dans « Tragédie de l’amour « (Tragödie der Liebe) de
Joe May. Elle se marie avec Rudolf Sieber le 17 mai 1923.

Elle donne
naissance à sa fille Maria Elisabeth Sieber le 13 décembre 1924. Elle se lance
aussi dans la chanson. Les premiers enregistrements de la chanson  » Es liegt in
der Luft « datent de 1928. En 1929 elle tourne son premier rôle important dans
« L’énigme ». Elle est aussitôt remarquée par par Joseph Von Sternberg qui la
recommande à la Paramount. Le bureau Berlinois de la Paramount l’engage en
1929.Cette société cherchait une femme séduisante pour répondre au mythe de Greta Garbo lancé par sa rivale , la Metro Goldwin Mayer. Son
talent se révèle alors dans « L’Ange bleu ».

Aussitôt après le succès de
« l’Ange bleu », elle rejoint les USA. Son premier film américain est « Morroco »
(Cœurs brûlés) de Joseph Von Sternberg . Jusqu’en 1935, date de leur séparation,
elle enchaîne, en tout, sept films avec Joseph Von Sternberg. Devant la montée
du nazisme dans son pays d’origine, elle obtient la nationalité américaine le 6
mars 1937. Elle tourne beaucoup, mais pas toujours dans des films de grande
qualité et se trouve trop souvent cantonnée dans des rôles de femme légère ou de
prostituée.

A partir de début 1942, elle participe directement à l’effort
de guerre des USA. Elle entreprend, dans le cadre de la guerre, des tournées à
travers les États-Unis et, plus qu’aucune autre, récolte de l’argent pour l’État
américain. A partir de 1944, elle va en plus sur le théâtre des opérations:
après avoir atterri, en avril 1944, en Afrique du Nord, Marlene suit la ligne de
front en Europe. Elle donne environ soixante-huit représentations devant cent
cinquante mille soldats. Elle réussit l’exploit de faire changer de camp à la
chanson « Lili Marlen », populaire auprès des soldats allemands et qui devient la
mascotte des soldats américains. En juin 1944, elle rentre aux États-Unis.

De septembre 1944 à juillet 1945, elle reprend ses tournées et se rend
en Angleterre, en France et en Allemagne. Le 6 novembre 1945 sa mère meurt à
Berlin. En 1947, elle reçoit la  » Medail of Freedom » pour son rôle au coté de
l’armée américaine. En 1951 Marlene reçoit, en France, la Légion d’Honneur.
Marlène recommence une carrière de chanteuse à l’hôtel Sahara à Las Vegas en
1953. En 1960 elle fait sa tournée en Europe et en particulier à Berlin.
Premières publications de son titre « ABC meines Lebens ». En 1972 Marlène
participe à un show télévisé à Londres « I wish you love ». Rudolf Sieber, son
mari, dont elle s’était éloignée sans jamais divorcer, meurt le 24 juin 1976.

En 1975 c’est sa dernière tournée. Elle se brise la jambe et restera
handicapée. Elle fait sa dernière apparition d’actrice dans « Schöner
Gigolo-armer Gigolo », en 1979. A partir de 1980 elle se cloître dans son
appartement parisien, 12 avenue Montaigne, ne souhaitant pas donner d’elle une
image dépréciée. En 1982 Maximilien Shell crée un film biographique : « Marlene ».
Le 6 mai 1992 c’est la mort de Marlène à Paris. Après des funérailles à l’Eglise
de la Madeleine à Paris, elle est inhumée à Berlin-Friedenau, le 16 mai, auprès
de sa mère.

En 1993, ses effets personnels sont remis au Land de Berlin
et au « Filmmuseum Berlin-deutsche Kinematek » . Ils comprenaient plus de 300
000 pièces! Il faut attendre 2002 pour que la ville de Berlin, dont elle s’était
éloignée depuis si longtemps, lui « pardonne » cette trahison et la nomme
« Citoyenne d’honneur » de la ville. Le 12 juin 2003 une place à son nom est
inaugurée à Paris, dans le 16ème, non loin de son ancien domicile. On peut voir
également une Marlene-Dietrich-Platz, à Berlin, dans le nouveau quartier de la
Potsdamer Platz, à proximité du Musée du Film.

Aujourd’hui, 06 Mars, nous fêtons les Colette

6 mars: Cadroé – Chrodegang – Colette – Coline – Colinette – Cosette – Cozette – Fridolin – Kineburge – Kineswide – Linette – Nette – Nicoletta – Rotgang – Tibba

Colette fut d’abord Nicolette (forme familière de Nicole), qui, ensuite, se fit
rapidement devancer par son diminutif. Comme son prénom souche, Nicolas, il a
pour racine deux substantifs grecs nikê et laos, signifiant  » le peuple
victorieux « .

Historique du prénom

L’exceptionnelle diffusion de Nicolas et de son féminin Nicole explique les
nombreuses variantes à succès de ces deux prénoms dès le Moyen Âge : Colette,
par exemple, est attestée depuis la fin du XIIIe siècle. Très peu répandu en
dehors des pays francophones, Colette a connu, en France, dans les années 1930,
une diffusion importante qui lui a permis de figurer au palmarès pendant plus de
cinq ans. La gloire internationale de l’auteur des Claudine, du Blé en herbe, de
Chéri, a sans doute contribué au succès de ce prénom. Depuis une vingtaine
d’années, Colette est au purgatoire, mais il est peu probable que cette mise à
l’ombre dure encore longtemps. Sainte Colette, née à Corbie (Somme) en 1381,
entra à 18 ans dans les ordres mais y trouva la vie trop facile. Elle se fit
alors emmurer dans une cellule adossée à son église et y passa quatre ans… de
bonheur. Quand elle en sortit, elle entreprit, avec l’appui du pape, de réformer
l’ordre des Clarisses. Elle y réussit au-delà de toutes ses espérances et
multiplia les fondations de nouveaux couvents, en France, en Espagne, en Savoie
et en Belgique. Colette mourut à Gand (Belgique) en 1447.

Célébrités du prénom

l’écrivain Colette, ou encore les chanteuses Colette Renard et Colette Magny ;
le peintre Colette Deblé…

PROVERBE

Au jour de la Sainte-Colette, commence à chanter l’alouette.

 

 

 

 

 

Si regarder le passé

 

___Te donne du chagrin,

 

___Si regarder l’avenir

 

___T’inspires du chagrin,

 

____Alors regarde

 

____A coté de toi…

 

____Je serai toujours là

 

____Pour toi…

 

____Je t’aime…..

 

Oublie tes larmes

 

 

Ooublie tes peines

 

 

Mais n’oublie jamais que je t’aime

b11a8f09

adesign1908pl40jw

f53e629d

adesign1908pl40jw

fd3742be

adesign1908pl40jw

fe6439f4

adesign1908pl40jw

je%20pense%20%c3%a0%20toi