Archive | 5 mars 2013

Rue de la Liberté à Dijon : coup d’œil sur les travaux

travaux liberte -10 OK

travaux liberte -6 OK

travaux liberte -8 OK

travaux liberte -2 OK

Après la trêve hivernale, les travaux de piétonisation de la rue de la Liberté et de la rue Rameau ont repris jusqu’à fin avril. L’occasion de faire le point sur le déroulement des travaux et l’humeur des commerçants.

 

Clients et commerçants de la rue de la Liberté en reprennent pour deux mois. Les travaux ont repris lundi dans la principale artère commerçante de Dijon. « C’est le prix à payer pour avoir un centre-ville agréable » souligne une passante. Les commerçants, qui ont bénéficié d’un répit depuis octobre après les importants travaux de réseaux et autres épisodes gazeux, ont l’air moins irrités. « Honnêtement, le plus dur est passé » estime un vendeur chez Maille. « Il faut faire avec. C’est un temps d’adaptation. Pour l’instant, les gens râlent mais quand tout sera terminé, ce sera agréable » estime la gérante de Mister Minit. Le tabac-presse d’à côté regrette « une perte de clientèle ». Début mai  – l’inauguration est programmée le 18 –  la rue sera libérée et toute pimpante.

 

Le délai de travaux est court. Le chantier a été scindé en 23 tronçons répartis de la place Darcy à la place du Théâtre. « Les travaux seront réalisés 2 tronçons par 2 tronçons, jamais côte-à-côte » indique la municipalité de Dijon. Cela permet de ne jamais couper totalement la rue et de maintenir l’accès aux boutiques. Chaque tronçon est traité dans un cycle de 21 jours : 3 jours de préparation, un jour de bétonnage, 5 jours de séchage, un jour de bouchardage (on enlève la couche supérieure du béton) et 11 jours de séchage final. Le béton séchant rapidement en surface, les piétons pourront rapidement fouler le sol sans marcher sur une passerelle pendant les périodes de séchage.

 

Les passants dribblent les barrières cassis

 

En ce début de semaine, la société Eiffage se consacre à la préparation du chantier avant bétonnage sur le carrefour Godrans/Bossuet. « Une quarantaine d’ouvriers sont sur le chantier sur 24 heures. Nous défaisons le béton et nous recouvrons tout en dalles de Comblanchien » explique le chef de chantier Alexandre Frédéric. Des travaux se dérouleront la nuit, mais essentiellement du rabotage et des travaux de maçonnerie. Concernant le gaz, les risques de fuite sont limités : « Nous ne sommes jamais à l’abri, mais logiquement, ça devrait aller. Toutes les précautions sont prises. »

 

Pour le moment, les passants dribblent les barrières cassis pour se frayer un chemin. En mai, ils déambuleront sur des pierres de Bourgogne. Et au milieu des deux œuvres d’art créées par le centre d’art contemporain du Consortium, placées à l’angle de la rue du Château et à hauteur de la place François Rude.

 

 

 

 

Le metteur en scène et comédien Jérôme Savary est mort

Boulimique de théâtre, il avait fondé en 1966 la compagnie du "Grand Magic Circus", avant de diriger ensuite le Théâtre national de Chaillot puis l'Opéra-Comique.

Le metteur en scène et comédien Jérôme Savary est mort lundi soir des suites d’un cancer à l’âge de 70 ans, à l’hôpital franco-britannique de Levallois-Perret, dans la banlieue parisienne, a annoncé mardi 5 mars sa famille.

Né le 27 juin 1942 à Buenos Aires dans une famille française exilée pour cause de pacifisme, Jérôme Savary est réfractaire à tout enseignement, dans la pampa comme à Paris, où il s’installe définitivement en 1964. Il suit les cours des Arts décoratifs, section fanfare, rythme bop. Il met en scène en 1965 ses premiers spectacles, Les Boîtes puis L’Invasion du vert olive. Proche du mouvement Panique, fondé par Topor, il met en scène Le Labyrinthe, d’Arrabal, au Sorano de Vincennes en 1966.

Ce boulimique et gourmet du théâtre populaire fonde, toujours en 1966, à Londres, le Grand Magic Circus avec lequel il monte divers spectacles, comme Zartan ou Superdupont. En 1982, il est président du Nouveau Théâtre populaire de Montpellier, où il reprend La Belle Hélène, monté à Paris en 1983, et dont il démissionne le 12 juin 1985. Grand défenseur de la démocratisation du théâtre, osant des mises en scène dépoussiérant les classiques, Jérôme Savary devient alors président du Centre dramatique de Lyon, où il crée Le Bal des cocus (1987).

PASSIONNÉ PAR OFFENBACH ET SHAKESPEARE

Hors, puis dans l’institution, Jérôme Savary multipliera les créations jusqu’en 1987, spectacles écrits ouvrant de larges plages à l’improvisation, mêlant toutes les formes d’expression à la musique – Cyrano de Bergerac en 1983, La Femme du boulanger en 1985 et les comédies musicales L’histoire du cochon qui voulait maigrir pour épouser Cochonette en 1984, Les aventures du cochon en Amazonie en 1985, Cabaret en 1987.

Passionné par Offenbach et Shakespeare, Jérôme Savary, cigare vissé à la bouche, a adapté aussi bien Jules Verne (Le Tour du monde en 80 jours en 1979) que Goscinny-Uderzo (Astérix en 1988).

Il signe par ailleurs de nombreuses mises en scène d’opéra en Europe – à la Scala de Milan (Anacréon ou l’amour fugitif, 1983), au festival de Bregenz, en Autriche (La Flûte enchantée en 1985, Les Contes d’Hoffman en 1988, Carmen en 1991), à Varsovie (Le Barbier de Séville en 1992) et au Grand Théâtre de Genève (La Périchole en 1982, La Veuve joyeuse en 1983, Le Voyage dans la Lune en 1985, La Vie parisienne en 1990).

Jérôme Savary est nommé directeur du Théâtre national de Chaillot en 1988. Jusqu’en 2000, il y montera D’Artagnan (1988), Le Bourgeois gentilhomme (1989), Le Songe d’une nuit d’été (1990), Fregoli (1991), Les Rustres (1992), La Nuit des rois (1992), La Mégère apprivoisée (1993), Aruro Ui (1994), Pierre Dac, mon maître soixante-trois (1994) et les comédies musicales Zazou (1990) et Marilyn Montreuil (1991). Il dirige ensuite l’Opéra-Comique, de 2000 à 2005.

Au cinéma, il a réalisé dans les années 1970 La Fille du garde-barrière et Le Boucher, la Star et l’Orpheline. Jérôme Savary était chevalier de la Légion d’honneur et des arts et des lettres.

 

La betterave, excellente pour la santé ! Du jus de betterave pour préserver le cerveau

betterave cerveau

Légume riche en nitrate, la betterave aurait la capacité de protéger notre
cerveau. Avec la digestion,
ce composant se transforme en nitrites et aurait alors la faculté de dilater les
vaisseaux sanguins cérébraux et d’en améliorer l’oxygénation. En étudiant les
effets d’un régime riche en nitrate sur 14 personnes âgées de 70 et plus, des
scientifiques américains ont découvert que boire du jus de betteraves
quotidiennement ralentissait le vieillissement du cerveau

 

Aujourd’hui, 05 Mars, nous fêtons les Olive

5 mars: Aubule – Gérasime – Kieran – Oliva – Olive – Olivette – Olivia – Oliviane – Olivianne

du latin oliva, « olive »…

Historique du prénom

Le bienheureux Olivier Plunket (1626-1681), évêque d’Armagh et primat d’Irlande,
fut, sous l’accusation de complot contre l’Angleterre, « pendu, vidé et démembré
», selon la chronique, en place de Londres. Mais la Chanson de Roland, au XIIe
siècle, et, auparavant, la dernière veille de Jésus au mont des Oliviers, ont
beaucoup plus largement encore contribué au succès de ce prénom, puis de ceux
qui s’y rattachent, comme Olivia ou Olive. Ce sont, au caractère, des êtres
d’une grande moralité, très intelligents, dynamiques et d’une surprenante
intuition…

Célébrités du prénom

Olivia Newton-John…

PROVERBE

Souvent à la Saint-Adrien, gelée ne gèle que les mains.