Turista : les bons réflexes pour l’éviter

Turista : les bons réflexes pour l'éviter

La turista, que l’on appelle aussi la « diarrhée du voyageur », arrive bien souvent aux touristes mal avertis sur les conditions d’hygiène alimentaires ou hydriques de certains pays. Il s’agit en fait d’une gastro-entérite aiguë, qui se traduit par des coliques, des nausées et vomissements, des crampes intestinales et une grosse fatigue.

Quand on n’a pas pris de précautions, ni adopté les bons réflexes pour l’éviter, elle peut survenir au bout d’environ trois jours, et peut durer quelques jours encore… De quoi ruiner un beau voyage.

Alors, si vous avez prévu de vous échapper pour une destination exotique et de vivre au jour le jour, on vous donne quelques bons réflexes pour prévenir cette maladie, qui touche 20% à 50% des voyageurs…

  1. Se renseigner sur les conditions d’hygiène des pays que l’on visite

Tout passe d’abord par là. On ne peut pas devenir psychorigide sur ce que l’on consomme avant d’avoir un minimum d’informations sur la destination. Premièrement, il faut savoir que les pays tropicaux, et tempérés chaud (Asie, Afrique), et globalement avec des conditions d’hygiène précaires sont les plus touchés. A titre d’exemple, l’Egypte est l’un des pays qui en recense le plus, avec environ 82 cas pour 100 000 visites. Il faut savoir qu’au Mexique on en recense 13 pour 100 000 visites.

  1. Faire attention aux aliments que l’on consomme

L’un des premiers conseils est d’éviter les aliments crus, ou pas suffisamment cuits, même les fruits et légumes. Généralement vendus sur les marchés, ils restent souvent plusieurs heures à température ambiante (qui peut être élevée), et finissent par tourner. Globalement, faites attention aux aliments que l’on trouve sur les marchés en général, même les plats traditionnels et exotiques. Il en va de même pour les boissons ; pour éviter tout risque d’infection, il vaut mieux consommer des boissons encapsulées et ne pas demander de glaçons.  Même sous cette forme, l’eau peut contenir des germes.

  1. Faire attention à son hygiène

Comme lors d’une gastro-entérite ou en cas d’épidémie, on recommande de se laver les mains plusieurs fois par jour : n’hésitez pas à le faire dès que possible, et veillez à ne pas vous essuyer les mains sur des torchons à la disposition de tous. Munissez-vous d’un gel hydroalcoolique, et séchez vous les mains avec du papier. En amont, vous pouvez aussi demander à votre médecin de vous prescrire un kit anti-tourista : de l’hydroclonazone pour l’aseptisation de l’eau, un stock d’Immodium et Solutés de Réhydratation Orale par exemple…

  1. S’hydrater beaucoup dès que les premiers symptômes arrivent

Si malgré toutes ces précautions vous commencez à vous sentir mal, sachez déjà qu’il n’existe pas de moyens miracle pour la faire passer… Il faut prendre son mal en patience. Cependant on peut quand même se soulager avec des médicaments anti-diarrhéiques (que vous avez toujours sur vous), et surtout penser à boire de l’eau en bouteille trouvée en magasin. L’hydratation, comme pour une gastro, est la clé pour se remettre, car on perd beaucoup d’eau dans les selles. De plus on peut consommer des boissons gazeuses type Coca-Cola ou Seven Up pour soulager les maux de ventre.

Et voilà, vous êtes parés pour le décollage !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.