Cancer du sein : focus sur l’auto-palpation

Cancer du sein

L’auto-palpation est une méthode peu répandue en France. Pourtant, c’est un geste qui peut sauver. Le docteur Nasrine Callet, gynécologue à l’institut Curie, livre quelques conseils pour réaliser cet auto-examen.

Les jeunes femmes scandinaves sont éduquées à pratiquer l’auto-palpation de leur poitrine dès leur puberté, ce qui leur permet d’être actrices de leur santé. C’est pour cela que le taux de dépistage des cancers du sein à un stade précoce est beaucoup plus élevé dans ces pays.

En France, cette technique est pratiquée par les gynécologues pendant la consultation mais « rares sont celles à qui l’on apprend comment reproduire ces gestes » qui peuvent être salvateurs, regrette la gynécologue Nasrine Callet, qui dirigera des ateliers d’auto-palpation durant le mois dédié à la sensibilisation au dépistage du cancer du sein, Octobre Rose.

« À partir du moment où une jeune fille commence sa vie sexuelle, avec la prise d’une contraception, elle doit pouvoir pratiquer l’auto-palpation tous les 2 à 3 mois après les règles et tout au long de la grossesse » explique la spécialiste.

La première étape de l’auto-palpation dure environ trois minutes : on cherche à repérer d’éventuels changements cutanés. Pour cela, il faut se placer face à un miroir et lever les bras l’un après l’autre et ainsi vérifier qu’il n’y a pas de plis, de crevasses ou de rougeurs.

Pour la deuxième étape, on observe l’aspect du mamelon : en le pinçant légèrement, on vérifie qu’aucun écoulement ne se produit. Ce phénomène est normal si l’on vient d’accoucher. En revanche, si ce n’est pas le cas, il peut indiquer un dérèglement hormonal ou la présence d’un petit polype. Il faudra alors prendre un rendez-vous chez le gynécologue. Attention, si le mamelon a un aspect eczémateux, rouge et qui gratte, cela pourrait être la maladie de Paget, forme de cancer qui touche les femmes âgées entre 50 et 70 ans.

Troisième étape : la palpation. C’est un geste simple mais qui demande de la précision. On empaume la rondeur du sein avec sa main opposée en le plaquant vers le thorax puis, avec le bout des doigts, on fait de petits cercles. « Il est normal de sentir des boules qui composent le tissu mammaire et doivent se ressentir de manière homogène. Si l’on sent une boule dure indolore, un peu fixe, il ne faut pas hésiter à consulter », conseille la gynécologue.

« Le cancer du sein ne se limite pas à la partie de la glande mammaire, mais peut se loger sous le bras, au niveau de l’aisselle ou au-dessus de la poitrine vers la clavicule » ajoute le docteur Callet. Voilà pourquoi il est indispensable de ne pas oublier de palper la zone axillaire où s’attache la glande mammaire. La présence de boule ou de ganglions peut indiquer un phénomène inflammatoire ou une anomalie plus grave, il faudra alors consulter.

Finalement, on va répéter la palpation des deux seins et des zones attenantes en étant couchée sur le dos, ce qui va permettre un accès plus simple de certaines zones, notamment le sillon sous-mammaire.

En 2015, on a estimé le nombre de nouveaux cas à 54 000, ce qui fait du cancer du sein le cancer féminin le plus fréquent et deuxième cancer le plus répandu dans l’ensemble de la population française, après le cancer de la prostate.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.