Mort de Vivienne Westwood : L’immense styliste anglaise est décédée à l’âge de 81 ans

La célèbre créatrice britannique est morte dans la soirée du jeudi 29 décembre. Figure incontournable de la mode, elle est partie aux côtés de ses proches, comme l’ont annoncé ces derniers via un communiqué sur Instagram.

C’est une bien triste nouvelle pour le monde de la mode. La créatrice Vivienne Westwood est décédée jeudi 29 décembre à Londres. Elle était âgée de 81 ans. C’est sur le réseau social Instagram que ses proches ont décidé d’annoncer sa disparition par le biais d’un communiqué accompagné d’une photographie de la styliste.

« Vivienne Westwood est morte aujourd’hui, en paix et entourée de ses proches à Clapham, dans le sud de Londres« , peut-on lire. « Vivienne a continué à faire les choses qu’elle aimait jusqu’à ses derniers instants, en désignant, en travaillant sur son art, en écrivant son livre et en changeant le monde pour le meilleur. Elle a mené une vie incroyable. Son sens de l’innovation et son impact au cours des 60 dernières années ont été immenses et se poursuivront dans le futur. » Avec comme conclusion : « Le monde a besoin de plus de gens comme Vivienne pour que les choses s’améliorent.« 

La styliste anglaise, qui était surnommée « l’enfant terrible de la mode », était une véritable référence internationale dans le vaste domaine qu’est la mode. Elle était connue pour ses créations décalées et pleines de couleurs, ainsi que pour ses couvre-chefs – en particulier les chapeaux.

Née en avril 1941, c’est à 17 ans qu’elle quitte le domicile familial pour rejoindre Londres et ainsi intégrer la fameuse université de Westminster. Après des débuts délicats, elle devient ensuite enseignante dans une école primaire jusqu’en 1971, mais toujours avec le but de vivre de la mode en ligne de mire.

POLITIQUEMENT ENGAGÉE

C’est au cours de cette décennie cruciale que sa carrière décolle véritablement. Ses collections ont la singularité de suivre les courants musicaux des époques, de la période hippie à la période punk tout particulièrement. En s’inspirant de cultures populaires, elle a ainsi pu bousculer les codes bien ancrés de l’époque dans le domaine de la haute-couture.

Une influence qui vient également de celui qui deviendra son mari, Malcolm McLaren, qui est également le manager des Sex Pistols. Ensemble, ils ouvrent une boutique qui connaît immédiatement un grand succès. Les collections s’enchaînent. L’influence grandit et l’amène à travailler au cours de sa carrière avec des marques comme Tommy Hilfiger, Ralph Lauren ou encore Stella McCartney. Elle acquiert également le titre honorifique de « Dame », équivalent féminin de « Sir » chez nos voisins Britanniques.

Un autre aspect marquant de son travail réside dans son engagement politique. Elle avait par exemple décidé de ne plus utiliser de fourure dans ses collections et affichait publiquement son soutien à des ONG telles que Greenpeace. « L’enfant terrible de la mode » n’est plus, vive « l’enfant terrible de la mode ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.