Mourir d’aimer

La porte s’ouvre, il n’y a aucun bruit
On dirait que la mort est passée par ici
Pourtant, ce n’est que ton absence
Qui décapite mes espérances

Mon cœur se sent si lourd
Il est en manque de ton amour
Comment aurais-je pu concevoir
Qu’un jour tu serais mon ostensoir

Je suis vide
Le monde est devenu perfide
Tu as démoli tout ce que j’étais
Tous mes rêves sont endormis à jamais

Un jour je renaîtrai de mes cendres
J’aurai appris à pourfendre
Je marcherai la tête haute
Oubliant ce monde qui était le nôtre

Mais pour l’instant
C’est la mort que je ressens
Me rouler en boule
Jusqu’à ce que le temps s’écoule

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.