Mort de Shirley Temple, la  »Petite Princesse » et icône hollywoodienne

Shirley Temple vient de s’éteindre à l’âge de 85 ans. Sa mort, annoncée par la BBC, est survenue le lundi 10 février de causes naturelles. C’est « entourée de sa famille et de ses aide-soignants », que l’icône hollywoodienne des années 1930-1940 a rendu son dernier souffle à Woodside, en Californie.

Shirley Temple, c’est ce visage enfantin, irrésistible, angélique et malicieux, celui d’une actrice à la carrière fulgurante née en 1928 et qui préféra se retirer à la fin de l’adolescence (en 1949). Elle deviendra la détentrice du premier Oscar de la jeunesse en 1935, prix honorifique qui récompensait la prestation cinématographique d’un jeune acteur. Au coeur des années 1930, l’Amérique n’avait d’yeux que pour cette adorable petite poupée originaire de Santa Monica.

La petite comédienne, qui commença sa carrière à l’âge de 3 ans, brilla notamment sous l’égide de la Fox et surtout par la suite de Paramount qui profita d’un prêt de la Fox pour la populariser dans une série de films où elle incarnait le personnage de Mary Lou Rogers. C’est la consécration : Petite Miss et Shirley aviatrice en 1934, irrésistible Boucles d’or (1935) et surtout tendre Petite Princesse en 1939… on s’arrache Shirley Temple. À tel point qu’à la MGM, Mervyn LeRoy songe à elle pour porter à l’écran Le Magicien d’Oz. Mais la Fox refuse de prêter à nouveau sa petite protégée, et les producteurs du Magicien d’Oz jettent leur dévolu sur une autre jeune actrice montante, Judy Garland.

Un tournant dans la carrière de Shirley Temple, qui malgré des rôles remarqués dans L’Oiseau bleu et le classique de John Ford, Le Massacre de Fort Apache, mit fin à sa carrière à l’aube de l’âge adulte. Reconnue pour sa sagesse, aussi appréciée des grandes pontes hollywoodiens de l’époque que de certains hommes politiques comme le président Roosevelt (qui l’invita à son anniversaire en 1937, où on la voit couper le gâteau), elle avait alors pris conscience que son avenir ne s’écrirait probablement pas à Hollywood.

Après des études et quelques diplômes, elle s’engage en politique, devenant entre autres, déléguée des États-Unis aux Nations unies sous Richard Nixon. Avant de devenir, quelques mois après la démission su président suite au Watergate, la première femme chef de protocole du département d’État des États-Unis sous la direction de Henry Kissinger. Dans son CV politique, on la retrouvera également ambassadrice au Ghana (1974-1976), puis en Tchécoslovaquie (1989-1992).

Côté vie privée, la précoce Shirley Temple a également eu la particularité de s’être mariée très jeune – à l’âge de 17 ans – avec l’acteur John Agar, qui lui a donné une fille prénommée Linda Susan en 1948. Ils divorcèrent en 1950, date à laquelle elle rencontra l’homme d’affaires Charlie Black, qu’elle épousa pour ne plus jamais le quitter, jusqu’à son décès, le 4 août 2005, des suites du syndrome myélodysplasique. Ensemble, ils eurent deux enfants : Lori et Charlie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s