Archive | 10 juillet 2012

Llodra inaugure Dr Wine aux côtés de ses associés

DSC_5528

DSC_5510

DSC_5468

DSC_5452

Du rebond des balles de tennis aux verres ballons. Les tennismen Michaël Llodra et Arnaud Clément, non contents d’avoir évolué en double sur les courts, squattent désormais, en compagnie de trois associés, le paysage nocturne dijonnais. Et mettent de côté leurs raquettes le temps de l’inauguration officielle d’un bar qui se veut, plus que simple débit de boisson, ode aux riches vignobles bourguignons.

 

 

Anciens partenaires de double en équipe de France, Michaël Llodra et Arnaud Clément continuent de faire la paire. Mieux, avec trois autres associés, les tennismen devraient avoir désormais quelques belles occasions de trinquer et d’échanger. Comme annoncé il y quelques jours (lire ici) le nouveau capitaine de l’équipe de France et son coéquipier de toujours ont en effet racheté l’Hôtel Particulier situé rue Musette, lieu bien connu des noctambules dijonnais, aujourd’hui devenu Dr Wine. Un concept autour du vin dans un décor revu et corrigé, bar cosy au rez-de-chaussée, et cossu club privé à l’étage.

 

« Partisan du Bourgogne à 100 % »

 

Après les tergiversations et les interrogations immobilières, vendredi soir sonnait l’heure, attendue, de l’inauguration. Pour faire s’entrechoquer une première fois les verres, du beau monde. Partenaires financiers, élus locaux, vignerons, représentants de la ville de Dijon… Tous étaient venus découvrir cette nouvelle adresse qui promet de compter.

Pour célébrer l’événement, pas d’Arnaud Clément, retenu par ses nouvelles fonctions aux bords du court où évoluait Jo-Wilfried Tsonga ; mais un Michaël Llodra ravi, jeune papa pour la troisième fois depuis la veille. « Il s’agit, avec Dr Wine, d’une aventure humaine, de copains. L’histoire d’amateurs de vin, et de fervents supporters de la Bourgogne. Car si, auparavant, je préférais le Bordeaux, je suis désormais à 100 % un partisan du Bourgogne », raconte le joueur. Et d’ajouter : « J’ai l’habitude de croiser Federer et consorts dans les vestiaires, mais lorsque je croise vignerons et bourguignons, je n’ai plus qu’une certitude : que la soirée sera bonne ».

Après une brève prise de parole d’Antoine Prudent, associé, et le banc bourguignon de rigueur, place à l’exploration des lieux et des quelques 150 références de grands vins que compte l’enseigne flambant neuve.

A la carte, comme inscrit sur la vaste ardoise qui surplombe le bar, chaque vin sert son propos. Au choix, au verre ou à la bouteille, il y en pour tous les goûts, et toutes les occasions. « Entre filles », « on a signé le contrat », « 3e mi-temps » ou encore « nous nous aimons » : passer commande vaut pour déclaration d’intention. Au mur, quelques citations continuent de donner le ton. « Je préfère le vin d’ici à l’eau de là », nous dit Pierre Dac. L’objectif clair de Llodra, Clément et les autres ? Que les clients reprennent, à leur tour, cette maxime à l’unisson.