8 aliments riches en protéines végétales pour remplacer la viande

Végétarien, flexitarien, vegan ou juste de moins en moins attiré par la consommation de viande, vous vous demandez par quoi remplacer les protéines animales ? Quinoa, amandes… Voici 8 aliments riches en protéines végétales et faciles à préparer qui peuvent la remplacer.

 

Le quinoa : 13 g pour 100 g

La petite graine star des menus végétariens est une pseudo-céréale qui ne contient pas de gluten. Même si sa teneur en protéines n’est pas la plus élevée, ses protéines sont complètes : le quinoa contient les 8 acides aminés essentiels que l’organisme ne produit pas.
L’avis du nutritionniste Raphaël Gruman : « De manière générale, avec les protéines végétales pour obtenir de façon complète les 8 acides aminés essentiels il faut combiner 2 végétaux. Ce qui n’est pas le cas avec le quinoa. »

 

Les graines de chia : 17 g pour 100 g

Les graines de chia originaires d’Amérique centrale sont les graines oléagineuses les plus riches en Oméga 3 (avec les graines de lin) et les plus riches en fibres. Comme les graines de courges (19g/100g) elles sont un bon pourvoyeur de protéines végétales. Les graines de courge sont un excellent cocktail de magnésium, phosphore, fer, zinc, potassium, vitamines A et B.
L’avis du nutritionniste : « Les graines sont un très bon complément protéinique à saupoudrer sur une salade de crudités ou une assiette de légumes cuits. »

 

Les amandes : 21 g pour 100 g

L’amande est très riche en protéines végétales et en acides gras insaturés. Elle a un effet anti-cholestérol et permet de prévenir les maladies cardio-vasculaires.
L’avis du nutritionniste : « Les amandes sont très pratiques pour la collation. En grignoter une petite dizaine en en-cas. »

 

Les haricots rouges : 22,5 g pour 100 g

Les haricots rouges sont une très bonne source de protéines végétales, d’antioxydants et de fibres. Il faut les faire tremper toute une nuit avant de les cuire (pendant 1h10).
L’avis du nutritionniste : « Pour une bonne complémentarité des 8 acides aminés, l’idéal est de les consommer avec du riz ou du maïs. »

 

Les lentilles 25 g pour 100 g

Vertes, blondes, corail, brunes, les lentilles se déclinent en un véritable arc-en-ciel de couleur. En plus d’être riches en protéines, elles ont un index glycémique très bas. Elles ne possèdent pas tous les acides aminés essentiels et doivent être associées à une céréale comme le riz.
L’avis du nutritionniste : « La différence en protéines des différentes variétés est négligeable. A choisir selon ses préférences. »

 

Le beurre de noix : 25 g pour 100 g

Extrêmement riche en protéines, zinc, phosphore, on aurait tort de se priver du beurre de noix sous prétexte qu’il a un taux de matière grasse élevé. Il suffit de le déguster avec parcimonie, au petit-déjeuner ou au goûter sur une tartine, en cuisine en remplacement du beurre.
L’avis du nutritionniste : « En consommer une cuillère à café par repas associé à du pain complet pour faire le plein d’acides aminés essentiels. »

 

Les protéines de soja déshydratées : 45 g pour 100 g

Fabriquées à partir de soja, les protéines de soja déshydratées sont très riches en protéines. Elles sont bien pratiques pour préparer des bolognaises ou des lasagnes sans viande. Elles doivent être réhydratées avant d’être cuisinées.
L’avis du nutritionniste : « Le soja agit comme un « hormone-like », il est déconseillé aux enfants. »

 

La spiruline (58 g de protéines pour 100 g)

Cette algue venue d’Asie se démocratise et c’est tant mieux car elle possède le taux le plus élevé de protéine végétale. La spiruline concentre également tous les acides aminés essentiels. C’est une excellente alternative à la viande même si on n’en consomme qu’une toute petite quantité. A saupoudrer sur ses salades, à ajouter à ses jus healthy.
L’avis du nutritionniste : « Elle provient souvent de pays étrangers. Pour un gage de sécurité de production, on la préfère d’origine française ou européenne. »

 

Sources 

Entretien avec Raphaël Gruman, nutritionniste et auteur du Régime MIND pour le cerveau, Editions Leduc. S
– Le grand livre des protéines végétales, Anne Dufour, Carole Garnier, Editions Leduc.S
– Amande, Sésame, avocat… 150 recette végétariennes à base d’oléagineux, Claude et Emmanuelle Aubert, Terre Vivante
– Table de composition nutritionnelle Ciqual 2016

Comment soulager les courbatures ?

Grippe, sport… Vous souffrez de courbatures ? Nos astuces pour soulager la douleur… vite !

De la chaleur pour détendre les muscles

La chaleur détend les muscles et permet à la circulation d’éliminer les toxines responsables des courbatures en augmentant la dilatation des tissus et le flux sanguin

Douche, bain chaud, sauna, hammam… un quart d’heure de chaleur suffit pour soulager les courbatures.

 

 

Bicarbonate et lavande dans l’eau du bain

Le bicarbonate alcalinise le bain et rééquilibre le Ph des tissus musculaires à travers la peau.

En effet, l’accumulation des toxines dans le muscle induit un excès d’acidité. Dans une baignoire moyenne, une tasse suffit.

La lavande relâche et draine le muscle. On trouve des préparations toutes faites dans le commerce, mais on peut la réaliser soi même avec un verre de lait entier au quel on ajoute 3 à 4 goutes d’HE de lavande. Pour bien diluer, placer le verre sous le robinet de l’eau en remplissant la baignoire.

 

 

Le massage à l’arnica pour détendre les muscles

Les massages détendent le muscle, drainent et font pénétrer l’huile par friction.

L’huile végétale d’arnica est antalgique, décontracturante et améliore le drainage. On peut y ajouter des huiles essentielles pour en booster l’effet : la lavande, qui a les mêmes propriétés et les renforce, le romarin, anti-inflammatoire et réparateur, la menthe, rafraichissante et anesthésiante ou encore la camomille réparatrice et antispasmodique.
Comptez 2 gouttes d’HE pour une cuillère à soupe d’huile végétale (maximum 10 % d’HE).

Attention : jamais d’huile essentielle pure sur la peau !
A noter : L’arnica peut aussi être pris en homéopathie. Arnica Montana en 9CH, 5 granules toutes les heures, puis espacer les prises lorsque la douleur diminue.

 

 

S’hydrater pour « rincer » les muscles

Pendant l’effort, le corps élimine les toxines issues de l’activité des muscles par l’urine et la sueur.

Il faut donc boire avant, pendant, et après l’effort, pour que les muscles se débarrassent des toxines accumulées. Comptez 1,5 L à 2 L de liquide par jour, à voir à la hausse s’il fait chaud.

Une tisane diurétique pour mieux éliminer

Pour accélérer l’élimination des toxines, le Dr Jean-Christophe Charrié conseille d’utiliser le chrysentemum américanum, que l’on trouve en pharmacie et qui active le drainage, mélangé à de la mélisse, relaxant musculaire.

A quantité égale, une boule à thé pour une tasse, à infuser pendant 15mn.

Le cassis, antidouleur naturel

Le cassis stimule les glandes surrénales qui fabriquent les corticoïdes naturels luttant contre la douleur et l’inflammation.

Le macérat glycériné de bourgeon de cassis est sa forme la plus active.
On le trouve en pharmacie sous forme concentrée ou diluée en première décimale D1. Pour la D1, utiliser entre 25, 50, 75, 100 gouttes selon l’intensité de la douleur, 3 fois par jour. Maximum 1 goutte pour 1 kg chez l’enfant. Diviser la dose par 10 pour la forme concentrée.

En cas de doute sur la posologie, demandez conseil à un pharmacien.

 

S’étirer et bouger !

Le muscle courbaturé reste contracté, il a besoin d’énergie et se nourrit des toxines qu’il accumule.

En l’étirant, on crée une tension inverse qui le libère.
Il faut aussi bouger pour dérouiller les muscles et les drainer. Choisir un exercice doux, marche, vélo (sur du plat!), natation… et penser à bien respirer pour bien oxygéner le sang et les muscles.

Paracétamol et Aspirine

Paracétamol et aspirine sont des grands classiques contre la douleur.

L’aspirine à l’avantage de fluidifier le sang ce qui peut aider la circulation, mais peut faire l’objet de contre-indications. Quand au paracétamol, pris trop fréquemment, il peut fatiguer le foie. Soyez prudent, prenez-en un déjà un et attendez le résultat.

Les courbatures peuvent être un signe de…

Si les courbatures s’accompagnent de fièvre, il y a sûrement un virus là dessous !

Tournez-vous vers votre médecin. Il peut aussi s’agir d’un traitement inadapté. Cela arrive souvent avec les anti-cholestérol. Si c’est votre cas, parlez-en à votre médecin. Il fera un dosage des enzymes musculaires, témoin de la dégradation des fibres musculaires. Si les CPK sont élevés, il faut changer le traitement.

Sources

Se soigner toute l’année au naturel , Jean-Christophe Charrié, Prat Editions, 2013.

Tisanes : guide pratique pour toute la famille , Claire Laurand-Berthoud, Editions Jouvence, 2013

MATIN AVEC TOI

 MATIN AVEC TOI

Les matins où je suis dans tes bras

Je sens si fort ton coeur qui bat

Ces matins sont des bonheurs sans fin

Tant que tu croiseras mon destin

Les matins quand tu es près de moi

Resplendissant de douceur et de soie

Ces matins , ensemble, sont des bonheurs

Que nous offrons comme des fleurs

Lorsque je me réveille à tes côtés

Nos matins paraissent envoutés

Et tant qu’il y aura des matins

Notre amour ne risquera rien

Que faire en Bourgogne le week-end

QFEBCWE

Samedi 6 et dimanche 7 à Givry (71)

Assouvir sa gourmandise au Week-end Gourmand du Domaine Desvignes.

Plus d’infos ici 

Dimanche 7 à Pougues-les-Eaux (58)

Faire le plein de jolies pousses à Jardipougues. 

Plus d’infos ici  

Dimanche 7 à Villars-Fontaine (21)

En prendre plein les mirettes lors de la Visite Commentée des 7 fresques monumentales Street-Art.

Plus d’infos ici

Dimanche 7 à Ancy-le-Franc (89) 

Faire un bond dans le passé lors de la Fête Médiévale.

Plus d’infos ici 

l’acteur Victor Lanoux, 80 ans, est décédé dans la nuit de mercredi à jeudi à Royan

Résultat de recherche d'images pour "victor lanoux"

L’acteur Victor Lanoux, 80 ans, célèbre pour son rôle de « Louis la brocante » à la télévision, est décédé dans la nuit de mercredi à jeudi à Royan, a annoncé son agent à l’AFP.

« Sa famille et ses proches sont au regret de vous faire part du décès de Victor Lanoux, comédien et scénariste, à l’âge de 80 ans, cette nuit à 00h30 à l’Hôpital de Royan », a annoncé son agent dans une courte déclaration transmise à l’AFP.

L’acteur à la moustache a joué dans de nombreux films, dont le diptyque culte d’Yves Robert – « Un éléphant ça trompe énormément », « Nous irons tous au paradis » – et dans « Cousin, cousine » de Jean-Charles Tacchella.

Né le 18 juin 1936 à Paris, Victor Lanoux, de son vrai nom Victor Robert Nataf, a commencé comme machiniste de cinéma, notamment sur « Notre Dame de Paris » de Jean Delannoy, avant de se tourner vers le métier d’acteur.

Révélé dès 1961 par un numéro de cabaret avec Pierre Richard, il joue ensuite des rôles classiques au théâtre sur la scène du TNP, dans « Hamlet », « L’Illusion comique » ou encore « La Folle de Chaillot » sous la direction de Georges Wilson.

Le public le découvre ensuite au cinéma dans les années 70 dans « L’Affaire Dominici » (1972) de Claude Bernard-Aubert avec Jean Gabin, puis dans « Cousin, cousine » (1975) puis « Un éléphant ça trompe énormément » (1976).

De 1998 à 2014, il a interprété le personnage de « Louis la brocante » dans la série éponyme sur France 3, relatant les aventures d’un brocanteur détective en herbe au grand coeur.

Souffrant de problèmes cardiaques, Victor Lanoux avait été victime d’un malaise sur le tournage de « Louis la Brocante » en 2007.