Quels sont les causes et les symptômes des démangeaisons ?

Démangeaisons : comment les soulager ?

Les démangeaisons sont toujours extrêmement gênantes. Pour éviter que les symptômes ne persistent, il est utile d’apprendre à en connaître les causes, pour mieux lutter contre elles.

Qu’est-ce qu’une démangeaison ?

On parle de démangeaison lorsque la peau est irritée et donne en permanence envie de la gratter. La sensation peut être très légère, et presque imperceptible, mais elle peut aussi être très douloureuse. Une démangeaison peut concerner une zone localisée de la peau, ou bien s’étendre en vastes plaques couvrant une grande superficie cutanée. Parfois, les démangeaisons peuvent même recouvrir une personne des pieds à la tête ! En règle générale, les démangeaisons se signalent visuellement par l’apparition de taches de couleur rose ou rouge. Il arrive qu’elles entraînent aussi l’éruption de cloques.

Une démangeaison peut être causée par une peau sèche. Cette dernière apparaît durant l’hiver, lorsque le temps est froid et sec. Mais elle peut aussi être provoquée par l’utilisation du chauffage central ou d’un climatiseur, ainsi que par des douches répétées. Une peau sèche se manifeste souvent par des craquelures sur tout l’épiderme.

Les démangeaisons sont aussi très fréquentes en cas d’éruption cutanée, par exemple lorsqu’un individu souffre d’exéma. Mais les démangeaisons peuvent aussi provoquées par l’agression de la faune et de la flore. C’est le cas lors d’une piqure d’insecte ou de méduse, ou bien lorsque la peau entre en contact avec une plante urticante.

Enfin, les démangeaisons se produisent en cas de maladie, par exemple une hépatite. Elles sont aussi fréquentes en cas d’exposition à certains produits chimiques, ou bien lors de crise allergique. On note que les femmes enceintes sont sujettes à des démangeaisons du fait de l’étirement de la peau.

Les démangeaisons peuvent se révéler dangereuses : en effet, le fait de se gratter racle l’épiderme, ce qui met la peau à nu. Les microbes s’empressent alors de bondir dans la plaie ainsi dévoilée. Pour contrer efficacement les démangeaisons, il faut prendre un traitement adapté le plus rapidement possible. Si les démangeaisons sont trop fortes pour ne pas être grattées, passez la paume de la main sur la zone irritée, plutôt que les ongles

8 idées reçues sur le cholestérol

Certaines idées reçues sur le cholestérol ont un jour ou l’autre changé la façon de se nourrir pour les personnes qui en souffrent. Il est donc crucial de faire la différence entre le vrai et le faux. Voici une vidéo qui fait le tour des aliments qui peuvent agir positivement ou négativement sur le cholestérol.

Il faut bannir les œufs

Cette idée reçue est fausse. Bien que l’œuf soit riche en cholestérol alimentaire, il ne fait pas augmenter le taux de cholestérol sanguin. Le bannir de notre alimentation serait dommage, car la consommation n’a aucun lien direct avec la santé de la personne qui a du cholestérol.

Le poisson est un allié anti-cholestérol

C’est vrai que le poisson prévient les maladies cardiovasculaires. Les Oméga 3 renfermés dans le poisson, et particulièrement le poisson gras, permettent de réduire le niveau des triglycérides dans le sang.

Il ne faut plus manger de fromage

Faux, on a tort d’enlever le fromage de notre alimentation lorsqu’on a du cholestérol. Le fromage est, à quantité modérée, sans incidence sur le taux de cholestérol dans le sang. La consommation quotidienne pour un homme est limitée à 40 g et pour une femme à 30 g.

Il faut choisir les céréales complètes

C’est vrai, vous pouvez baisser le taux de mauvais cholestérol en préférant les céréales complètes aux céréales raffinées. Présentes dans le pain, les pâtes ou le riz, elles sont riches en fibres.

Le soja : un allié contre le cholestérol

Vrai, il faut dire oui au soja, puisqu’il permet de diminuer l’excès de lipides dans le sang. En consommer tous les jours est une meilleure façon de réduire les apports de mauvais cholestérol dans notre organisme.

Il faut bannir l’huile d’olive

Faux, seulement, on devrait en consommer avec modération. Mieux que le beurre ou la margarine, l’huile d’olive renferme des acides gras mono-insaturés et des acides oléiques. Ceux-ci aident notre organisme à combattre les maladies liées au cœur.

Il faut éviter les viandes rouges

Vrai mais toutes les viandes rouges ne sont pas mauvaises pour le cœur. Il existe des viandes plus riches en matières grasses que d’autres. Lorsque ceux-ci renferment plus de 10 % de lipides, il ne faut pas en manger.

La pomme est excellente contre le cholestérol

En effet, la pomme est un allié anti-cholestérol. Étant un concentré de pectine et de fibres solubles, ce fruit mène un combat contre les matières grasses, responsables des maladies cardio-vasculaires.

Pourquoi dit-on un « nègre » en littérature ?

negre

Un nègre désigne l’auteur anonyme d’un texte attribué pour le public à un autre individu.

Un siècle avant son utilisation en littérature ce mot désignait les hommes qui travaillaient énormément, sans reconnaissance, souvent comme domestiques, en référence aux esclaves noirs.

Par analogie, au 18ème siècle, le terme fut utilisé pour signifier celui qui effectuait le travail d’un commanditaire, souvent célèbre, qui s’en attribuait la réalisation.
Parmi les innombrables cas, citons celui d’Auguste Maquet, surement le plus célèbre des nègres. Il rédigea le premier jet de nombreux romans d’Alexandre Dumas. Une fois la base historique posée, ce dernier reprenait le texte pour lui insuffler son style, comme ce fut le cas pour les Trois Mousquetaires, le Comte de Monte-Cristo ou encore Vingt ans après.

En 1845 Eugène de Mirecourt dénonça le recours à un nègre par Dumas dans le pamphlet Fabrique de romans : Maison Alexandre Dumas & Cie. Dumas porta plainte et Eugène de Mirecourt fut condamné à quinze jours de prison.

Top 3 des huiles anti-âge pour le visage

Les huiles végétales, c’est la façon la plus naturelle de prendre soin de son visage. Dites adieu aux crèmes anti-âge ! Optez pour les huiles, à la fois saines et très efficaces pour chouchouter votre peau.


L’huile de rose musquée

L’huile végétale de rose musquée est bourrée d’actifs tenseurs et d’acides gras poly-insaturés, qui agissent sur la régénération des cellules. Ces propriétés en font une alliée de tout premier choix pour les peaux matures. Cette huile végétale possède aussi des vertus cicatrisantes, grâce à une forte teneur en vitamine A et parce qu’elle est riche en acide rétinoïque. Tout est bon dans cette huile, qui ralentit l’apparition des rides du visage, hydrate et revitalise les peaux sèches et abîmées, répare les méfaits du soleil, et prévient même, sur le corps, l’apparition de vergetures. Pour le visage, elle s’utilise avant le maquillage, sur une peau propre, en tapotant du bout du doigt quelques gouttes sur la peau. En soin de nuit, elle peut être appliquée plus généreusement, pour nourrir la peau du visage en profondeur.

L’huile de bourrache

L’huile de bourrache est extraite des graines du même nom. Elle est particulièrement riche en acides gras essentiels, ce qui lui donne des vertus assouplissantes et un fort pouvoir d’hydratation en profondeur. Extrêmement nourrissante, elle va naturellement prévenir l’installation des rides chez les peaux matures. Sur le corps, elle est aussi souveraine contre les vergetures. C’est un véritable concentré de bienfaits pour la peau.

L’huile d’argan

L’huile végétale d’argan, c’est la magicienne. Elle est tirée d’un fruit, l’amande de l’arganier, arbre endémique du Maroc et du Sud-Ouest algérien. L’huile d’argan est très riche en vitamine E, ce qui lui confère des propriétés antioxydantes. Elle contient aussi une forte proportion d’insaponifiables, pour la moitié des bêta-carotènes, ce qui la rend apte à bien protéger la peau du visage contre les agressions extérieures. Cette huile nourrit l’épiderme en profondeur et lui redonne éclat et souplesse. C’est la meilleure alliée des peaux matures. Elle leur redonne souplesse et éclat en douceur.

Minceur : 5 plantes qui font maigrir

Comment mincir avec des plantes ?

Les efforts d’un régime peuvent être boostés par l’action de cinq plantes naturelles, qui accélèrent le processus d’élimination des graisses. Elles complètent merveilleusement bien une phase de régime combinant activité physique et alimentation équilibrée. Découvrez les 5 plantes qui font maigrir.

Le maté

Le maté possède un atout majeur pour la santé : il est très riche en caféine. Son action est essentielle sur les lipides, les graisses et les sucres, qui sont très rapidement brûlés. On le trouve en Amérique du Sud, où il est généralement consommé sous forme d’infusion de feuilles de maté.

Le guarana

Le guarana contient dans chacune de ses graines une quantité impressionnante de caféine. C’est un aliment naturel qui stimule de façon incroyable les catécholamines et l’adrénaline. La libération de ces hormones motive ainsi l’organisme de façon accrue, afin de brûler et éliminer les graisses efficacement.

Le thé vert

Le thé vert, grâce à ses propriétés diurétiques, est un amincissant efficace. Les feuilles de thé vert sont en effet riches en caféine, et leur action permet de détruire les graisses rapidement, notamment les graisses dites « de réserve », un vrai fléau qui provoque des excédents de poids.

La reine-des-prés

Pour mincir et résorber la cellulite, la reine-des-prés est une plante très appropriée. Grâce à sa teneur riche en sels de potassium, elle permet d’éliminer l’eau rapidement. Elle est recommandée pour les régimes amincissants.

Le pissenlit

Dans la famille des plantes dépuratives, le pissenlit est également un allié de choix. Il permet à l’organisme de libérer facilement ses toxines. Qui plus est, grâce à ses propriétés diurétiques, il favorise la digestion des graisses et régule le taux de glycémie dans le corps

Méthode pour soulager les tensions musculaires

Comment soulager les tensions musculaires ?

Vous avez des tensions musculaires ? Sachez que les mauvaises postures, le stress ou le manque d’activité physique sont les principales causes. Découvrez dans cet exercice, un des moyens pour prévenir les tensions musculaires. La méthode « Le TIR À L’ARC ou le KARATÉ » est une astuce efficace pour calmer ce fardeau.

La préparation du corps

Faites cet exercice régulièrement le matin ou le soir selon votre besoin et votre disponibilité. Pour commencer, placez vos pieds en parallèle. Prenez ensuite une grande respiration et videz tout l’air dans vos poumons. Répétez cet exercice de respiration trois fois. Le but est de préparer votre corps à l’exercice du « tir à l’arc ». Ainsi, n’entrez pas dans l’exercice suivant tant que vous ne vous sentez pas encore prêt. Prenez votre temps pour vous calmer avec ce premier exercice.

La méthode « Le tir à l’arc »

Quand vous êtes prêt, vous allez imaginer devant vous une cible. Puis, vous allez vous préparer à tirer à l’arc. Vous allez avancer par exemple le pied gauche. Sur l’inspiration, vous allez armer l’arc. Pour vous aider, mettez votre main droite vers l’épaule et au moment de la rétention d’air, imaginez ensuite que toutes les tensions musculaires, physiques ou émotionnelles se placent dans votre main droite. Considérez donc votre main droite comme des flèches. Et maintenant, lancez ces flèches dans la cible imaginaire sur l’expiration. N’hésitez surtout pas à refaire cet exercice 3 fois.

Dans le troisième exercice, vous allez remettre vos pieds en parallèle. Vous allez répéter ce même mouvement, mais cette fois-ci, avec votre pied opposé. Avancez votre pied droit. Armez l’arc sur l’inspiration, imaginez que toutes les tensions sont dans vos poings gauches. Puis, tirez l’arc sur l’expiration dans votre cible imaginaire. Renouvelez ce mouvement 3 fois.

Quatrième exercice : préparez-vous à refaire cet exercice avec les deux pieds en parallèle. Cette fois-ci, avec les deux mains et le même rythme de respiration. Chargez vos deux poings de toutes vos tensions musculaires, physiques ou émotionnelles sur l’inspiration, puis lâchez-les dans la cible. Faites cet exercice 3 fois.

Le temps de pause

Pour sentir suffisamment l’effet de ces exercices, prenez quelques minutes pour ressentir votre corps de la tête jusqu’au pied. Essayez de voir où se situe votre respiration, si elle est basse ou si elle est haute. Puis, quand vous voulez, étirez-vous, respirez et ouvrez les yeux tranquillement.

Les thérapies alternatives de soutien bénéfiques contre le cancer du sein

La méditation et le yoga ont des effets positifs pendant et après le traitement du cancer du sein.

Des chercheurs de l’université de Columbia ont analysé les thérapies psychocorporelles les plus efficaces à associer aux protocoles de soins, pour agir sur la qualité de vie des patients atteints d’un cancer du sein, et la diminution des effets indésirables provoqués par le traitement.

Parus dans A Cancer Journal for Clinicians (une publication de l’Association Américaine de Cancérologie), ces travaux démontrent que la méditation est la pratique de soutien la plus favorable à la réduction de l’anxiété et autres symptômes de dépression et également pour améliorer la qualité de la vie.

L’utilisation de la musicothérapie, du yoga et des massages seraient positive sur les mêmes symptômes, ainsi que sur les troubles de l’humeur. Le yoga et l’hypnose ont été jugés favorables à la diminution de la fatigue. D’une manière générale, le yoga est le plus efficace pour améliorer la qualité de vie, d’après les résultats de deux essais cliniques récents.

Shiatsu et acupuncture contre les effets secondaires

La pratique du shiatsu et de l’acupuncture est idéale pour lutter contre les effets secondaires (nausées et vomissements) engendrés par la chimiothérapie.

« L’utilisation ordinaire du yoga, de la méditation, des techniques de relaxation et la musicothérapie pour traiter les symptômes psychologiques montrent de grands bénéfices réels, explique Debu Tripathy, oncologue. Étant donné ces preuves et les risques peu élevés de ces disciplines, les médecins peuvent proposer ces thérapies comme partie intégrante des soins, particulièrement quand les symptômes ne sont pas bien contrôlés ».

Quelle est l’origine de l’expression « se faire du mouron » ?

se faire du mouron

L’expression  »se faire du mouron » signifie qu’une personne se fait beaucoup de souci.

Le mot « mouron » est pour le moins énigmatique. Il désigne des herbes de très petite taille que l’on trouve à la campagne. Or depuis le 19ème siècle on utilise ce mot en argot pour parler d’une touffe de poils, de la chevelure.

L’expression signifie donc littéralement « se faire des cheveux » qui n’est que la forme simplifiée d’une autre expression « se faire des cheveux blancs ». Par ricochet, « se faire du mouron » s’est mis à signifier au 20ème siècle « se faire de la bile », autre expression au sens équivalent.

On remarque que ces expressions qui ont toutes la même signification, font toute référence à une production involontaire du corps humain. Comme si l’impossibilité ou l’incapacité à en contrôler le surgissement ou la transformation (dans le cas de la couleur blanche des cheveux) était source d’une grande inquiétude pour les hommes.

Lutter contre les bouffées de chaleur

Bouffées de chaleur : Les causes et les conseils de prévention

Lorsque notre corps subit un trouble physique ou un symptôme désagréable au quotidien, on ne tient pas toujours compte de leur signification ni les gestes à adopter. Ce phénomène se produit en général plus chez la femme que chez l’homme. Tout ce qu’il faut savoir sur les bouffées de chaleur en 6 points.

Comment les reconnaitre ?

Les symptômes des bouffées de chaleur sont nombreux et se diffèrent d’une personne à une autre. En général, elles se traduisent par une sensation de chaleur brusque et passagère du visage et du cou. Elles peuvent se manifester par des rougeurs, accompagnées généralement de sueur et de frisson. Les bouffées de chaleur sont principalement dues à un déséquilibre hormonal et se manifestent surtout la nuit.

Les causes : les hormones

Les causes des bouffées de chaleur sont principalement les bouleversements hormonaux. Elles peuvent être provoquées majoritairement par la ménopause, mais également par l’hystérectomie ou l’ablation des ovaires, la grossesse, l’hyperthyroïdie et l’hypoglycémie. Chez l’homme, la baisse du niveau de testostérone est également comme une raison de l’apparition des bouffées de chaleur.

Les autres causes

A part les problèmes hormonaux, les bouffées de chaleur peuvent subvenir dans le cas d’intolérance alimentaire, d’allergies, de stress, de mauvaise alimentation et d’hygiène de vie (la consommation d’aliment épicé, caféine, alcool, sel ou tabac).

Les conséquences

La régulation de la température dans notre organisme est la première concernée par les bouffées de chaleur. Les sueurs nocturnes jouent sur la qualité du sommeil et peuvent engendrer du stress, de la fatigue et du surmenage. Après une bouffée de chaleur, un refroidissement peut se faire sentir soudainement provocant de l’inconfort dû à l’écart de la température ressentie.

Les solutions

Certains traitements peuvent être prescrits par un médecin en cas de bouffée de chaleur due à un dérèglement hormonal. Des estrogènes sous forme de médicaments (THS) sont parfois prescrits, mais seul l’avis d’un médecin peut accorder ce traitement. L’homéopathie ou la phytothérapie ou encore la méditation seraient des méthodes recommandées afin de lutter contre les sueurs.

Conseils de prévention

Pour prévenir et soulager les bouffées de chaleur, la pratique journalière d’une activité physique est la première prévention aux bouffées de chaleur. Ce mode de prévention exige d’éviter de consommer de l’alcool en excès, d’éviter les aliments trop épicés ou encore d’apprendre à se détendre. Ce trouble physique est facilement évitable grâce à un mode de vie plus serein.

6 conseils pour éviter la chute des cheveux

Perte de cheveux

Après les rayons solaires de l’été, l’automne fait tomber les feuilles mortes et les cheveux durant quelques semaines. Conseils et traitements adaptés pour limiter ce désagrément et garder de beaux cheveux avant l’hiver. Pour les aider à passer le cap de cette saison difficile tout en gardant éclat et bon moral, voici quelques recommandations.

Les bénéfices des massages du cuir chevelu

Pour préparer la repousse et stimuler la circulation du cuir chevelu tout en le renforçant, des massages effectués chez le coiffeur ou dans des instituts spécialisés assurent épaisseur aux nouveaux cheveux et préparent son hygiène de vie future.

Lavages réguliers et soins à base d’huiles essentielles

Il est important de continuer à entretenir et nourrir ses cheveux en les lavant avec des shampoings doux et sans sulfate et en les rinçant à l’eau tiède. On peut y ajouter des soins à base d’huiles essentielles pour rééquilibrer la densité de kératine, notamment l’huile essentielle de citron pour les cheveux gras ou ternes.

L’effet boostant des compléments alimentaires

Dermatologues et coiffeurs conseillent de suivre une à deux cures de compléments alimentaires au moins 3 mois avant le début de l’automne, puis fin novembre, pour mieux anticiper les changements de saisons en ainsi enrayer la chute de cheveux.

Les traitements antichute à la rescousse

Des traitements anti chute de cheveux renforcent la structure de la kératine et des fortifiants à base de concentrés régénérateurs peuvent pallier à la perte capillaire. Tous agissent en prévention et jouent sur la repousse du futur cheveu.

Les bons aliments pour de beaux cheveux

Les aliments riches en fer (viande rouge, abats, lentilles, poissons, œufs et fruits de mer), ceux riches en vitamine B (céréales complètes et poissons gras), les fromages à pâte dure et les fruits et légumes devraient être privilégiés pour garder une chevelure éclatante toute l’année.

Gare aux lissages et défrisages fréquents

Tout comme une décoloration de mauvaise qualité, les défrisages de cheveux crépus ou les lissages effectués trop fréquemment, notamment sur cheveux fragiles et fins, peuvent occasionner des pertes de cheveux plus importantes ou réduire leur cycle de vie. Mieux vaut réserver ces gestes à quelques occasions pour les réaliser.

Où acheter ?

Sur Internet : Vous pouvez acheter de l’huile essentielle de citron.