La petite fille de la nuit

Il fait beau, il fait sombre
Il est tard pour les hommes
La journée commence
Pour la petite fille de la nuit

Alors que les arbres étendent leurs longs doigts macabres
Et que la lune domine le ciel de son allure blafarde
Elle n’y voit que des mains aimantes
Et le sourire bienveillant d’un grand ami

Illuminant la plus profonde des obscurités
La nuit est son havre
Doux et paisible
Au milieu de la cacophonie de la vie

Les rues sont noires
Abandonné au soir
Dans ce silence merveilleux
Tous les moments sont précieux

Comme la Lune, la petite fille
Préfère le moment où tout est noirceur
Pour veiller et observer
La beauté cachée de ce monde

La neige luit comme
Un désert de sable blanc
éclairant le paysage
De ses reliefs éclatants

Les flocons de neiges dégringolent
Complexes cristaux
Où des milliers d’univers peuvent exister
En tombant joyeusement, tout est brisé

Les yeux fermés
L’on entend plus que le vent bâfré
Son doux chant lancinant
Chef d’orchestre de la vie vacillante

Elle imagine les étoiles étincelantes
Au-delà de la petite planète bleue
Là où tout grouille et s’embrouille
Dans une frénésie effrénée contre toute pensée

Le soleil levé, tout va trop vite
Pour regarder et admirer
Les merveilles éternelles
Offerte à nos yeux inconscients

Lorsque le soleil tourne pour aller ailleurs
Tout s’arrête et s’éteint
Les esprits s’allument pour voir
Ce qu’ils ne voient pas la lumière allumée

Le maître du temps, pour un instant
Brise ses indicibles règles
Permettant aux impuissants
De patauger frétillant

Dans la mare infinie du temps
Touchant chaque élément
Sentant la puissance du moment
Irradier dans tous mouvements

Ce moment elle le passe consciente
Pour ne pas oublier toute la beauté
De la Terre qui s’éveille aux regards
De ceux qui veulent bien regarder

Comme la Lune, elle s’enfuit
Lors de la période illusoire de la lumière
Là où tous se croisent et s’entrechoquent
Oubliant tout ce qui importe

Le maître du temps a réparti son cadran
Indomptable, la journée passe dans l’oubli
Et dans l’envie d’une autre nuit
A voler à travers les univers

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.